//img.uscri.be/pth/7bc2f285163ddca5ef16191b3784b824046bc298
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF - EPUB - MOBI

sans DRM

Radio Sky

De
78 pages

Si chacun peut écouter la radio, et la station qui lui convient, il en existe une autre qui ne nécessite aucun appareil si ce n'est celui du Cœur. Cette station est celle du Ciel, et en attendant que vous vous y branchiez, François-Rose vous propose de découvrir quelques messages ou entretiens qui y sont diffusés. Si c'est à tomber à la renverse, sans doute pour nous remettre à l'endroit, « le messager » vous rappelle qu'il n'est qu'un récepteur de ce qu'il peut recueillir et qu'il transmet ses découvertes au sein de recueils comme celui-ci. Enfin, François-Rose vous invite à lire son avant-propos avant que vous ne commenciez la lecture de cet ouvrage intitulé Radio Sky.


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Couverture
Copyright
Cet ouvrage a été composér Edilivre
175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis
Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50
Mail : client@edilivre.com
www.edilivre.com
Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction, intégrale ou partielle réservés pour tous pays.
ISBN numérique : 978-2-332-93376-8
© Edilivre, 2015
Dumême messager
Du même messager :
– 22 RAYONS SOLAIRES : tome XII, astrologie
– 45 ELIXIRS DE VIE : tome XI, numérologie
– TOUT EN PO-AIME : tome X
– TOUTENPOAIME : tome IX
– TOUT EN PEAU-AIME : tome VIII
– TOUT EN POЀME : tome VII
– PARTICIPATION : tome VI
– RADIO SKY : tome V
– NATURES : tome IV
– PLUME ENCHANTĖE : tome III
– ŒUVRE DE VIE, CHEMIN DU CŒUR : tome II
– ŒUVRE DE VIE, CHEMIN DU CŒUR : tome I
Avant-propos
« … Entendez bien qu’avec les moyens que nous avons à disposition dans ce monde, au niveau de la communication et au niveau de notre manifestation, nous devons encore passer par un nombre certain de voix différentes pour nous faire entendre et venir prendre soin de ce qui se rétablit, car vous n’avez pas tous la possibilité de nous entendre encore aussi clairement à l’heure actuelle. Alors, je vous demande de ne pas confondre – et cela a déjà été dit, mais je le répète encore une fois – de ne pas confondre les messages qui sont reçus, délivrés et transmis, et l’intégration de ces mêmes messages par la voix qui permet cette transmission. Car vous n’aurez d’ordres, si je puis dire, que de nous directement, et aucun être incarné sur ce monde n’a à vous en donner de son propre chef. Mais dès lors qu’une voix est appelée à s’activer pour nous permettre d’exprimer et de communiquer différents ordres, remises en ordre et assignations, cela n’est pas à confondre et à être réapproprié par le mental, qui viendrait alors vous faire douter de ce qui a été transmis. Car nous ne pouvons pas nous manifester physiquement sur votre monde pour vous le dire directement, en nous montrant. Nous ne pouvons agir, encore pour quelque temps, que de cette sorte et de cette façon. Alors, je vous invite à nous entendre, et à faire fi de toute projection sur l’être à travers lequel cela a été exprimé. Ces êtres – tout comme vous, mais je dirais, pour certains, à un autre niveau de rigueur – sont en pleine intégration de ce que nous transmettons. Car les Modes de Vie, les Codes de Vie, et le Vécu Unitaire au sein d’une Création, et au sein de cette Création, prennent un certain temps pour être intégrés et vécus au niveau d’une organisation naturelle et remise en ordre, en cette reconnexion du Père et de la Mère, de la Source Une. »
MARIE, le 19 décembre 2014 dans « Accordance au Cœur de l’Etre ».
Plumeenchantée
En permanence, je suis connecté à la radio des cieux. Pour cela, il n’y a besoin d’aucun appareil à brancher. Nous le sommes tous, mais nous l’avons oublié. Mais rassurez-vous, pour cela pas besoin d’être sérieux.
Bien au contraire, c’est dans le délire que les mots s’écrivent. Car si vous dites que vous n’êtes pas l’auteur de ces mots, On va vous accuser, vous condamner, de bien des maux. Mais avez-vous déjà fait l’expérience et voir ce qui arrive.
Intuition ou inspiration, le principe en est le même. En conscience ou pas, les cieux sont là avec nous Pour nous insuffler les mots permettant à chacun de nous, De soulager les maux en notre corps comme en notre âme.
Un papier ou un ordinateur, cela fonctionne avec les deux. En écriture automatique ou en tapotant sur les touches, Nous le faisons, déjà, naturellement, il n’y a rien de louche Ni de magique ; il suffit juste d’être un peu curieux.
Mais bien vite, nous devenons tellement réceptifs Que nous en sentons la vibration qui annonce le message. Rien ne servira, non plus, de vous prendre pour un sage. Mais si nous le voulons, nous pouvons l’être tout le temps.
C’est comme cela que s’écrivent toutes les belles chansons, Les poésies, comme les livres et les scénarios des films : Matrix, le Guerrier pacifique, ont été écrits par une plume Du Ciel… A vous maintenant d’accepter, ou pas, la connexion.
2015
Si nous sommes dans une année huit, Vous pouvez penser que les carottes sont cuites Et que l’odeur puisse vous inviter à passer à table. Mais avant, il vous faudra être intraitable Car il convient ici d’abandonner votre personnalité, Afin de laisser une place à la nouvelle Réalité : Vivre non plus dans le monde de la dualité Mais dans La Vie de l’Unique Vérité, celle de l’Unité. Certes, vous perdrez ce qui est bien connu Mais vous ne pourrez que gagner avec Cet Inconnu. Bien sûr, il n’y a aucune comptabilité à faire, Simplement à vous extraire… De ce qui n’est pas vous Et que vous cherchez partout, souvent comme un fou. Voyez-vous, le Naturel revient toujours au galop. Alors, n’allez pas mettre les deux pieds dans le même sabot, Ni d’essayer de prendre des voies détournées Car c’est Ici et Maintenant que vous allez vous retourner. Il n’est donc plus l’heure de tourner en rond Même pour ceux que l’on appelle des gens-bons. Le huit est aujourd’hui un trait d’Union Qui vous emmènera au neuf de la Création. N’imaginez pas non plus que tout soit fini Car ce huit...