//img.uscri.be/pth/a2781195dfcb2888e73a7de6b2d860ff8aa1bcaf
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB - PDF

sans DRM

Recueil d'un homme malade et condamné

De
50 pages

« Ces poèmes ne sont pas les miens, mais un hommage à mon père qui les a écrits. Je tenais à vous les faire partager car ils ont été écrits en partie au cours de sa maladie. Mon père s'est battu contre le cancer en écrivant ces textes chargés d'espoir et de vie.
J'espère à mon tour que ces poèmes pourront apporter de la joie aux personnes ayant des difficultés dans la vie. »


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composér Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-74139-4

 

© Edilivre, 2015

L’amitié

Grandissant jour après jour

Sur l’arbre du temps,

L’amitié est un fruit

Qui murit doucement

C’est quand vient le moment

Où l’on doit se quitter

Que sa vraie dimension

Enfin apparaît

D’une douce chaleur

Elle sait nous envelopper

Et le froid de son départ

Nous fait longtemps frissonner

Lumière qui éclaire

Le gris de la vie

Une vraie amitié

Jamais ne s’oublie

Aimé

Amour oh ! Amour fou

Qui doucement s’éveille

Tu as guidé mes mains

Et apaisé mes craintes

Mon cœur battait si fort

En te voyant si belle

Rendant mes gestes gauches

Et ma voix incertaine

Tes yeux sont les plus beaux

Ta bouche la plus belle

Je vais de l’un à l’autre

Porter par la tendresse

Mes baisers passionnés

Se posent sur tes lèvres

Et sur la soie lissée

De tes douces paupières

Amour I

Allongée sur la couche

Où l’amour est passé

Son corps dans la pénombre

Est plein de volupté

La clarté jalouse

De la lampe de chevet

Jette des ombres troubles

Sur sa peau satinée

Une lueur de tendresse

Brille dans ses yeux

Que la douceur des étreintes

Ont cerné peu à peu

Doucement elle soupire

Auprès de son bel amant

Dont l’œuvre sublime

La conduite au firmament

Par des touches magiques

Il a su faire vibrer

Sa sensibilité exquise

Comme une harpe bien accordée

Et épuisée elle glisse

Dans un profond sommeil

Dehors l’incendie de l’aube

Embrase le lointain

Amour II

Un baiser, une caresse

Un frisson qui traverse

Une chair délicieuse et ferme

Quand le désir ce fait pressant

Elle est conquérante et soumise

Sous l’exquise emprise

Faite de force et de douceur

Par le feu du tendre tourmenteur

Comme un bateau dans la tempête

Son corps tangue de pied en tête

Et...