Rupture(s)

Rupture(s)

-

Français

Description

 Tour à tour incisif, engagé, lèger, existenciel, Rupture(s), premier recueil de poèmes de Noé Gaud, offre un regard surréaliste sur un jeu de miroir subtil.

Des images plein les mots, des poèmes qui donnent à voir, une inspiration, un souffle, une écriture simple, originale.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 18 avril 2013
Nombre de lectures 25
EAN13 9791024600000
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
couverture Rupture(s), Noé Gaud


Rupture(s).


Noé Gaud

NeoLogo LMN 1.3

Les éditions la matière noire

"La poèsie là où on ne l'attend pas"

MMXIII


Ceci est un extrait gratuit.

Retrouvez ce livre ainsi que l'ensemble de notre catalogue à:

www.lamatierenoire.net


V

Heureux?


Heureux ?

Je ne sais pas, je ne crois pas. Enfin comment pourrais-je l’être sans savoir ce que je cherche ? J’attends l’envie par tant de moyens. Je m’use si vite. La concentration se disperse fréquemment et j’erre au milieu d’idées confuses. Oui car les sons, les images, les odeurs, les couleurs m’offrent multitude de sensations aussi différentes les unes des autres et qui toutes m’intéressent, mais comment les allier, les marier pour un millier d’années et qu’ainsi naisse la créativité ?

Voilà mon trouble toujours rude à cerner, cependant :


J’arracherai de mon cœur

Les sources des rancœurs

Qui chaque jour et chaque heure

Mènent la vie comme un leurre.


Je transcenderai leurs maux

Pour sans user des mots

Momifier ton visage

En un si beau rivage.


Et c’est de ton visage entre miroirs

Où de tes yeux à l’infini

Que je tirerai l’envie


Des mille anciens grimoires

Souvenirs de mille vies

Et mille rêves trahis.

XIX

Le cadavre


Le


Corps que l’âme

A

Déchiré

Avance,

Vide,

Répugnant,

Et bientôt… mort !

XX

Tôt ou tard...


Sa gorge se noue

De ses mots saouls.

Ses yeux laissent couler

Les larmes des mensonges.

Il n’en peut plus,

Il ne veut plus

De sel sur les joues,

De sales traces dans le cou.

Plus rien n’échappe,

Plus rien ne s’efface

En face des forces,

Indomptables forces

Qui font des farces

Jusqu’en mars.


Qu’importe la chute

Il ne veut qu’un choc,

Une dernière frappe,

Un boom j’t’attrape.

Point de non-retour :

Sans élastique

Offert au vide.

Point de non-retour,

Interdit

De revenir

Sécher la terre

Ou de sucrer ce gout amer

En un sourire

Sans regard

Gris.

cover