Si vous saviez

Si vous saviez

-

Livres
140 pages

Description

D'une salle de garde impersonnelle, d'un océan agité, un marchand de sable pour la vie, marin à ses heures, nous livre avec émotion des moments d'éternité, revisitant l'amour et ses instants dérobés, magiques. De la tendresse des mots naît une poésie du cœur, sensible, nostalgique parfois.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 03 janvier 2013
Nombre de lectures 40
EAN13 9791092117042
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

 

Un Regard

 

Un regard

Un sourire

 

Une étincelle

Une faible lueur

 

Une hésitation

Une interrogation

 

Des regards qui se croisent

Des questions que l’on pose

 

Des gestes hésitants

Pleins de ces maladresses

Faites de timidité

Cachant tant de tendresse

Que l’on voudrait montrer

Que l’on voudrait donner

 

Saurez-vous regarder ?

Saurez-vous observer ?

Saurez-vous deviner ?

 

 

D’où me viennent

 

D’où me viennent ces richesses

Que je puise d’un gouffre

Qui me semble à chaque fois

De plus en plus profond

Sombre et inaccessible 

Et voilà tout d’un coup

Que la lueur renaît

Que le bois mort s’embrase

Que la flamme se ravive

Comme un feu de Saint-Jean

Au son des cornemuses

 

Jouez museux ! Jouez sonneurs !

Que sifflent fifres et pipeaux !

Que battent les tambourins !

Que sonnent les crécelles !

Que les chants et les rires

Éclatent dans la nuit !

 

Le feu crépite dans l’obscurité

Le silence revient…

 

Dieu, que ta voix est douce

 

 

Non non s’il vous plaît

 

Non non s’il vous plaît

Je suis trop vieux pour vous

 

Vous êtes la jeunesse

Vous êtes la fraîcheur

Vous êtes la candeur

 

Que feriez-vous de moi

J’ai connu tant de temps

J’ai vécu tant de vies

Ces merveilleux moments

Qui m’ont tellement comblé

Que je croyais passés consommés achevés

Et voilà qu’à présent vous êtes devant moi

Je vous observe

Muet

Je vous regarde

Inquiet

 

Déjà mon cœur vous parle

Attentif à l’écho

D’un silence plein d’espoir

Et d’attente 

 

Tout n’est que murmure

Frôlement de mots

Caresse de phrases

Je n’ose crier ce que j’essaie de chuchoter

Je sais que vous l’entendrez mieux

 

 

Et voilà que

 

Et voilà que je vous rencontre

Esquisse de sourire

Furtive envolée

Et vous êtes passée

 

Mais quel est ce hasard

Qui fait que je vous croise

La nuit dans un couloir ?

 

Quelques mots

Un regard

Un bonsoir

Et vous vous éloignez…

 

Et voilà le matin

Et nos chemins convergent

À nouveau côte à côte

Un regard peut être un petit peu plus curieux

 

Mais j’ai bien dit peut-être…