Silence pluriel (Poèmes)

-

Livres
168 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

A travers ce recueil de poèmes, l'auteur nous invite à partager ses réflexions sur des sujets comme la femme, l'Afrique, l'enfant, la démocratie, la torture... L'auteur lance un message "silence pluriel" pour rompre tous les bâillons, pour que les peuples reprennent le combat pour l'égalité, le travail et la solidarité.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 octobre 2012
Nombre de lectures 47
EAN13 9782296506138
Langue Français
Poids de l'ouvrage 9 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0093€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
de
NankoRIa Lancéï Condé
SILENCEPLURIEL Poèmes
Silence pluriel
Nankoria Lancéï CondéSilence pluriel
Poèmes
Préface de L. Ambè Condé
Du même auteur Mélodies guinéennes ou la vérité du cœur, IDEC, 1996. © L’Harmattan, 2012 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-336-00082-4 EAN : 9782336000824
Remerciements
Mes remerciements les plus sincères vont à tous ceux qui, de près ou de loin, m’ont assisté dans la réalisation de cette œuvre, singulièrement messieurs Néné Moussa Maléya Camara, écrivain-poète et Lansana Ambè Condé, chef du département Culture à l’université René-Levesque de Conakry.
À ceux qui, dans le train de la mort, sont partis pour l’infini : – Mon père Daman – Ma mère Nankoria Camara À ceux dont le billet pour le voyage dans le monde éternel n’est pas encore émis : – Mes dignes épouses Kangbè et Aminata – Mes adorables enfants – Mes respectés collaborateurs du ministère de l’Administration du territoire et de la Décentralisation...
Préface
Il n’est pas donné qu’aux seuls hommes d’hier De naviguer sur les rides des mers. Le gris soleil du jour À certains en laisse encore privilège et amour. Il n’est cependant pas donné aux impotents De voyager sur les ailes du temps ; D’entendre ce qu’ils n’écoutent pas, De voir ce qu’ils ne regardent pas, De ressentir ce qu’ils ne perçoivent pas. Il n’est surtout pas donné à tous De partager avec tous le suprême bonheur de L’élection ! Pour une fois, Allah en soit loué ! Voilà qu’avec Humilité et sans passion, De ce partage descendu de l’olympique Le fils de la mère « Effort » vous adresse la table lyrique. Alors !! Servez-vous à loisir Pour votre plus grand plaisir. De « la femme à l’oreille », tout est exploration ; Tout est vérité : une vérité délibérément nue Trop cruellement nue hélas ! Pour plaire aux âmes Sataniques. Fort heureusement nue de la nudité des semences. Les semences du légitime espoir de la Restauration La restauration d’un monde nouveau, unique ; Monde à l’amour, à la fraternité et au bonheur prévenu. Monde généré par la lutte sur soi et les autres contre les tares. Pour qui convient que se taire, c’est encore parler
9