Tenir la traînée d

Tenir la traînée d'un astre

-

Livres
90 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Fouad Chardoudi est un peintre poète, ayant à son actif plusieurs recueils. Artisan du verbe, il a su inventer son style poétique qui lui a permis de réussir une transition logique avec une peinture lyrique. "Dans les mots le silence gagne plus en vénération/Et dans les mots je remâche l'herbe de la vie par deux joies siamoises/Elle est maintenant toute seule sur le pont de l'amour/Le vent baigne ses cheveux primitifs/Mes rendez-vous auxquels elle n'est pas venue l'entourent/Au bout du pont".

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 04 janvier 2016
Nombre de lectures 5
EAN13 9782336401690
Langue Français
Signaler un abus
Fouad C
Tenir la traînée d’un astre
Traduit de l'arabe par Mounir SERHANI
Accent tonique - Poésie
Tenir la traînée d’un astre
« Accent tonique » Collection dirigée par Nicole Barrière « Accent tonique » est une collection destinée à intensifier et donner force au ton des poètes pour les inscrire dans l’histoire. Dernières parutions LE GRIOT DES TEMPS MODERNES Daouda Mbouobouo JOURNAL DE LA PIE Rodolfo Häsler LA BLESSURE DE L’ŒIL Geneviève Cornu ECRIT DANS UN MIROIRAndrés MoralesLES SALTIMBANQUES, LE GRAND EXODE ET AUTRES RECITS, NOUVELLESCostas Valetas LE CAHIER. LE CHANT SÉMANTIQUE. CHOIX DE TEXTES 2004-2009 Éric Dubois ALORS DIT-ELLE ; ECAILLES ALEXANDRINES Mona Latif-Ghattas RISEES DE SABLE Jacques Hermann - Maria Zaki LE LIVRE POÉTIQUEEL ATHIR. ANALECTES DE LA POÉSIE OMANAISE CONTEMPORAINE Tayeb Ould Aroussi et Abderrazak El Rabei (coord.) FLEURS EN TERRAIN VOLCANIQUE Juliette Salvat
Fouad CHARDOUDI
Tenir la traînée d’un astre
Traduit de l’arabe par Mounir SERHANI
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-08190-8 EAN : 9782343081908
Puis, me dit-il : « La parole t’est innée et est la vérité de ton silence. Quand tu parles, tu es donc silencieux. »
Muhi Eddine Ibn Arabi