Tous les hivers

-

Livres
64 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La vie, c'est comme des rondes. Ronde des âges, ronde des amours, ronde des chagrins et des peines, des regrets et des désespoirs, des folles espérances. Rondes qui se fondent, se croisent, se superposent, s'éloignent et se défont. Sous des cieux plus ou moins bleus, plus ou moins ternes, plus ou moins noirs. Parfois éclatants aux soleils couchants, parfois rouge sang, annonciateurs d'ouragans. Petite infidélité à la nouvelle que ce recueil de G. Biffiger... Et l'infidélité peut être belle si elle se pare de blancheur neigeuse, si elle questionne la vie secrète des choses, si elle chante, avant qu'il ne disparaisse, un monde par trop malmené. Folie humaine en Éden, vents et tempêtes au paradis, ombres qui s'étendent sur les existences... autres thèmes pour un recueil sur lequel vont et viennent les vagues du désenchantement...

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 22 novembre 2012
Nombre de visites sur la page 26
EAN13 9782748397291
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0066 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Tous les hivers
Geneviève Biffiger Tous les hivers
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0117749.000.R.P.2012.030.31500 Illustration de Mélanie Kerebel melanie-kerebel-illustrations.fr Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2012
« Dans la friche on sème les mots On y sème aussi des phonèmes Des morphèmes des sémantèmes Roses roseaux au bord de l’eau Bruns grains fichés dans les labours Verts coquelicots des prairies Noirs lys au fond des forêts Dans la friche on sème des mots Pour qu’ils repoussent bien plus beaux »
Raymond Queneau
Palette d’automne Impalpable gris bleuté des montagnes floues, Effilures immatérielles des nuages diaphanes, Dentelles noires des branches Qui cisèlent le blanc laiteux du ciel, Obstination des ultimes feuilles recroquevillées Qui s’agrippent et tremblent, Animant de leur dernier souffle Le squelette moussu du vieux tilleul, Symphonie triomphante du bouleau devenu or, Menue agitation des moineaux insouciants, Vols en noir et blanc des pies bruyantes Dont les cris trouent le silence, Gorge rouge de l’oiseau blotti qui s’en moque, Robes alezanes des chevaux imperturbables… C’est l’automne des mauvais jours Qui attend l’hiver de pied ferme. Pas encore transi mais déjà. Pas encore mort mais déjà. Se lover dans le vieux fauteuil près de la cheminée. Feu de bois qui pétille. Parfum de vanille. Vanille des îles. Iles de lumière gorgées de soleil ! Soleil où es-tu ? Et toi que fais-tu ? Un gâteau gonfle lentement Et se dore à la chaleur du four. Les enfants vont rentrer Et l’été ressusciter ! ***
9
Coup de vent Le grand noyer s’est allongé, Vaincu par les coups acharnés Que lui livraient depuis la veille De lourdes rafales butées Venant à bout de son sommeil. Depuis deux ans il faisait grève, Grève de feuilles, grève de sève, Grève de fruits, même talés, Dépérissant, trop épuisé, Jusqu’à ce jour où dans son rêve Givré, trop long, transi de froid, Il rend les armes, tel un roi Digne et raide, les bras levés Vers le ciel longtemps défié, Trouant ainsi l’orée du bois. Il n’est plus en première ligne, Protégeant des vents forts la vigne Vierge rouge grimpant aux troncs Des autres arbres qui s’alignent, Se dressent, ploient, mais tiennent bon. Les arbres sont notre miroir, Ayant un matin et un soir, Et quand ils sont exténués, Après avoir longtemps lutté,
10