//img.uscri.be/pth/7dd8c7bcbda0b2d38c446364d486197cfc1f45b6
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB - PDF

sans DRM

Un enfant pleure pour rire

De
100 pages

Journaliste depuis plus de 30 ans dans une grande agence de presse, Jean-François Montet a sorti de sa boîte à malice ces poèmes aphoristiques pleins de saveur. Des textes qui, ancrés dans notre époque, savent convaincre par leur légèreté attachante, d'autres davantage tournés vers les jeux de mots et de sonorités qui plaisent par leur côté ludique, tout en gardant parfois une incontestable profondeur.


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Couverture

Copyright

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-33255680-6

 

© Edilivre, 2013

 

Un enfant pleure pour rire

Dans un jardin public

Un enfant pleure pour rire

Et tous les autres enfants pleurent vraiment

De le voir si bien rire

 

Vacance

Il était sorti de l’enfance

Comme on revient de vacances

Avec dix raisons de tuer

Et tout recommencer

 

Rue Saint-Antoine

Dans la rue Saint-Antoine

Un petit chien tout roux suivait un grand chien marron

Tenu en laisse par son maître

A la fin, agacé, celui-ci se fâcha

Lâchant la laisse de son chien

Celui-ci s’échappa

Dans la rue Saint-Antoine

Un petit chien tout roux et un grand chien marron

Tous les deux côte à côte ou à la queue leu leu

Disparaissent en riant

 

Belle d’un soir

Dans sa longue robe de soi

La mort danse avec elle

Mais elle sait qu’elle est belle

Cherche l’amant d’un soir

 

Etre avoir

Il est une chose d’elle

Que tu devrais savoir

quand une femme est belle

Elle ne peut être AVOIR

 

La bourse du chagrin

Je t’aime, tu sais

Comme la maison que je n’ai pas

Au détour de l’allée simple du jardin

Je t’aime, tu sais

Comme un fou abonné à la bourse du chagrin

 

Chaque amour

Hélas, ma tendresse

Chaque amour

Lève

Mélancolique le jour

Hélas, ma tristesse

Chaque amour

Et la pluie

Pleurent ton retour

Hélas, ma faiblesse

Mon rêve

Chaque amour blesse

Mon amour

 

Les grands ensembles

Ces gens ont été heureux ensemble

Ces gens ne sont plus heureux ensemble

Entre temps est passé le marchand de sable

Des grands ensembles

 

C’est l’printemps

C’est l’ printemps

Les robes ont refleuri

Et laissé là l’hiver

Qui crève le cœur en l’air

De n’être pas ici

C’est l’ printemps

Les poissons statufiés

Ont retrouvé la vie

Et descendent les cours d’eau

Par delà les collines

C’est l’ printemps

Là-bas dans le village

Un jeune homme est passé

En tapant le tambour

Pour réveiller l’amour

C’est l’ printemps

Deux lièvres sortis de terre

Ont relevé la tête

Et hument le fond de l’air

C’est un grand jour de fête

C’est l’ printemps

Les oiseaux de partout

Vont je ne sais où

Et chantent à l’unisson

En couleur leur chanson

C’est l’ printemps

L’hirondelle est partie

Là-bas vers la Hollande

Annoncer...