174 pages
Français

Un petit coin de planète bleue

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le périple poétique dans lequel nous entraîne Pierre Le Naour débute de la voûte étoilée… et n’aura de cesse de nous conduire, dans un mouvement focus, au plus près de l’homme et de son âme. Du spectacle silencieux offert par la Terre depuis la galaxie, aux paysages de France, jusqu’aux questionnements, doutes, folies qui s’emparent de l’humanité, l’auteur élabore un recueil où création, temps, vie et destruction s’imposent comme thèmes majeurs et secrets. Le regard que porte Pierre Le Naour sur le monde balance entre l’émerveillement et la désillusion, entre l’étonnement et la crainte. D’un côté donc, ce miracle que représente l’existence ici bas; de l’autre, une vision désabusée de l’humanité, prise dans une évolution folle. De cette confrontation jaillit alors cette interrogation centrale et qui ne cesse de se rappeler à nous au fil des poèmes: "Toi, l’homme, qui prétends ne pas savoir d’où tu viens,/Qui ne sais pas, paraît-il, qui tu es,/Pourrais-tu me dire où tu vas?".

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 19
EAN13 9782748367621
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0075€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Un petit coin de planète bleue
Pierre Le Naour Un petit coin de planète bleue
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0116124.000.R.P.2011.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2011
Préface de l’auteur La première chose qui frappe l’homme, lorsqu’il se penche sur son passé, c’est la disproportion des chiffres entre le Big-Bang et la durée de notre civilisation « dite après J.-C. ». 13.700.000.000 milliards d’années contre quelque 00.000.002.010 milliards d’années, au point que, sur un graphi-que à l’échelle, l’on serait dans l’incapacité de tracer un point représentant cette minuscule période. Les chiffres ! Quelle fascination que la vision des chiffres dans leur rigueur incontournable. Les chiffres qui empilés, assemblés, manipulés, prennent les formes géométriques les plus complexes, de pyramide, de lo-sange, de sablier… de sapin de Noël. 1 10 100 1000 10000 100000 1000000 10000000 100000000 1000000000 10000000000 100000000000 1000000000000 En l’état des connaissances actuelles et la valeur approxima-tive des dates avancées, les scientifiques nous exposent un déroulement de la création de l’Univers qui évolue à la vitesse à laquelle les moyens technologiques permettent de remonter le temps et qui s’accroît au fur et à mesure que la démographie augmente le nombre de cerveaux pensants.
9
La population de la planète était estimée approximativement à :  1.000.000 d’Homo Erectus vers – 1.500.000 ans.  10.000.000 vers – 500 000 ans.  231.000.000 en l’an 1  450.000.000 en l’an 1 500  1.564.000.000 en l’an 1 900  3.000.000.000 en l’an 1 960  6.900.000.000 environ en l’an 2 010 Soit une augmentation de : 30 fois en 2010 ans, 4, 4 fois en 100 ans, 2,3 fois en 50 ans Chaque jour, une nouvelle découverte fait avancer la science et repousse un peu plus loin notre ignorance. L’homme nomade, qui marche droit devant lui, dans sa re-cherche inconsciente de continuelle amélioration de son espèce sortie de l’eau et de ses conditions de vie, poursuit depuis le début des temps le moyen d’aller plus vite, d’aller plus loin. À pied, il a fait le tour de la planète, traçant les premiers chemins, les premières voies. Sur des engins flottants, il est passé d’un continent à l’autre. Puis en domestiquant l’animal, il en a fait son moyen de lo-comotion jusqu’au jour où le cheval s’est mis à la vapeur en 1769 avec le chariot à vapeur de James Watt. La révolution industrielle de 1770 à 1850 est le début de la plus grande mutation de l’histoire de l’humanité depuis le Néo-lithique il y a environ 8000 ans. En 250 ans, depuis l’exploitation des énergies fossiles, char-bon, puis pétrole, uranium… la civilisation a pris un essor plus important que depuis l’apparition de la race humaine, il y a 3 millions d’années. Du seul moyen de traction que l’homme possédait jusqu’en 1770, qui était l’animal et particulièrement le cheval, l’intelligence avec laquelle il a su développer l’usage des riches-ses énergétiques de la Terre lui permet de faire, aujourd’hui, le tour de la planète en quelques heures ou quelques jours, en fonc-tion du moyen de déplacement utilisé : air, terre, eau. De marcher sur la lune, de sonder Mars… D’envisager la découverte des planètes qui l’entourent et que son œil observe avec curiosité depuis qu’il scrute cet espace qui s’ouvre à lui à l’infini.
10