Vainement, je chante
81 pages
Français

Vainement, je chante

-

81 pages
Français

Description

Ces poèmes de la paix, de l'exil, de l'Orient, de la mère et de la guerre ne reposent pas sur un seul sujet ou thème. Des valeurs très nobles sont chantées ici pour solliciter la dignité, la liberté, la fraternité et l'égalité qui sont souvent menacées. Une vocation poétique qui s'inscrit dans la littérature dite « engagée » et semble même assoiffée d'un monde d'utopies. Un style expressif, métaphorique, hyperbolique et nourri par une rhétorique d'audace philosophique qui nous fait revenir aux mythes et au monde des divinités.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 05 janvier 2021
Nombre de lectures 0
EAN13 9782140167669
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

n°756
Mohamed Bakria
Vainement, je chante
et autres poèmes Poètes des cinq continents
Traduits de l’arabe par Hanen Marouani
Préfaces de Rawya Burbara et de Nabil Tannus
Vainement, je chante
Poètes des cinq continents En hommage à Geneviève Clancy qui l’a dirigée de 1995 à 2005. La collection est actuellement dirigée par Philippe Tancelin La collectionPoètes des cinq continentsnon seulement révèle les voix prometteuses de jeunes poètes mais atteste de la présence de poètes qui feront sans doute date dans la poésie francophone. Cette collection dévoile un espace d’ouverture où tant la pluralité que la qualité du traitement de la langue prennent place. Elle publie une quarantaine de titres par an. Dernières parutions755 – Irina MOGA,Variations sans palais,2020. 754 – Manlio BRIGAGLIA,Les grands classiques de la poésie en langue sarde, traduit en français par Claude Schmitt, 2020. 753 – Meriem TERKI,Sursaut, 2020. 752 – Porfirio SALAZAR,Animal, ombre obscure. Animal, sombra mía, bilingue espagnol-français, traduit par Marie-Christine Seguin, 2020. 751 – Philippe TANCELIN,La forêt énigmatique, 2020. 750 – Issa Hassan AL-YASIRI,Je m’en vais seul, 2020. 749 –Irène SHRAER,Une couronne à ma porte,2020. 748 – Abdi Ilmi ACHKIR,Dans les bras nus du khamsin,2020. 747 – Éric SCOTTO D’APOLLONIA,Ce qui bat,2020. 746 – Julien RANSON,A tout ce qui fut le chant d’aube et autres poèmes,2020. 745 – Juan MARCOS , Poésie du matin , 2020 744 – Colette WITTORSKI,L’immensité des liens, 2020. 743 – Jean-Louis KERANGUEVEN,La grande eau verte du poème. La granda aiga verda del poema,2020.742 – Ben Ali SAINDOUNE,Parlez vent, mes amissuivi deLe quart d’un nocturne abîme,2020. 741 – Dominique VITAL,Le bruit et la rumeur suivi deLire l’Ire, 2020. 740 – Soisik LIBERT,Un Dragon sur la Cimaise,2019.
Mohamed Bakria Vainement, je chante et autres poèmes Traduits de l’arabe par Hanen Marouani
Préfaces de Rawya Burbara et de Nabil Tannus
Du même auteur Ô rêve! Ne pars pas, Yafa édition et diffusion, Jordanie, 2019. Sur le chemin de la chimère, Al-Hadith, Haïfa, 2017. Une âme portée par le vent, Kul-shee, Haïfa, 2016. Sur le siège usé, Al-Adou impression et diffusion, Al-Jalil, 2015.
© L’Harmattan, 2021 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-21769-7 EAN : 9782343217697
Préfaces Notre poète est-il une prolongation de Mahmoud Darwich dans le récit poétique et le développement de l’idée et des outils langagiers utilisés ? Mohamed Bakria envahit nos sens par ses poèmes, et j’entends des rythmes que je connais et qui me poussent à me rapprocher encore plus pour sentir une saveur de Darwichdans les émotions et les mots. Mohamed Bakria interpelle le lecteur et lui demande d’en savoir encore plus sur des faits historiques et des légendes des peuples, pour monter avec lui aux jeux olympiques, en essayant de découvrir les significations cachées derrière les montagnes symboliques. Il nous ouvre des encyclopédies scientifiques et leWikipédiapour nous faire plonger dans le monde de la connaissance et pour nous permettre de tenir compte de notre ignorance. Il a donc gagné le défi, et ces poèmes sont devenus le stimulateur de la pensée du lecteur pour se mettre à chercher les origines de notre désertion. Mohamed Bakria laisse, derrière lui, le poème bousculé après chaque lecture, car on ne va pas se mettre d’accord à propos d’une seule interprétation. Le poème peut occuper les gens et remplir le monde de ses différentes significations. Rawya BurbaraDocteure ès lettres (Langue et littérature arabes) et professeure de littérature arabe
7
Ces poèmes contiennent un bouquet de l’héritage des peuples, des mythes et des symboles, ce qui montre que notre poète est sur le chemin de l’universalité, et je crois qu’il l’est déjà grâce à un grand nombre de ces poèmes avec des poètes du monde. Nabil Tannus Docteur ès lettres (Langue et littérature arabes) et critique littéraire.
8