88 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Valparaiso

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Valparaíso, Valpo pour les intimes, lieu mythique qui nous a tant fait rêver !


Coincée entre montagne et océan, c’est une ville-yoyo aux multiples funiculaires, ascenseurs et bus bondés où l’on se demande si le prochain virage ne sera pas le dernier... Une fois dissipée la pacifique brume matinale, Valpo se révèle multicolore, débordante de créativité et d’animation.


Mais c’est avant tout un port. Si la pêche résiste encore, les immenses nefs de métal s’étalent maintenant le long des quais et les grues-vautours plongent dans leurs entrailles pour construire des gratte-ciels de containers.


Au-dessus d’elles planent des escadrilles de pélicans...


Au travers d’une vingtaine de textes, Romain Biard partage avec nous ses rencontres et ses déambulations dans les différents quartiers de la ville.



Un recueil de 25 poèmes ayant pour cadre la ville portuaire chilienne où l'auteur a vécu pendant deux ans. Il évoque ses rencontres et les paysages ainsi que l'exclusion et la pauvreté. Electre



Sélectionné pour le Prix Révélation 2020 de la Société Des Gens de Lettres.



Editions Tangerine nights



Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9791093275369
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0030€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Valparaiso Extraits Bordel d’escalier enchevêtrement de marches inégalité de la destination
Les étoiles se reflètent sur la surface charbonneuse de l’eau Etang de mercure pailleté jeté en pâture à nos regards innocents et insatiables
Il aurait pu être un dandy
porter haut la coiffe mais voilà pour rien au monde il ne
dévisserait sa casquette de supporter de
Colo-Colo
* * *
In Valpo mío, p83
In Le cartonnier p33 * * * Tu es assise, et tu regardes la mer. Tu es assise, là, sur ces cerros, et tu caresses le temps qui passe, Femme aux courbes gracieuses, à la robe légère que nos pensées soulèvent discrètement, ouvrant un espace entre la maille et ton grain de peau, espace qui masque à peine tes formes, linéaments sensibles tirés des chairs d’Egon ou de Hopper. Tu es celle qui fait chavirer les belles âmes, dans ce désir fou de t’enlacer, de te posséder. Tu peux enfiler ton pseudonyme, Alimapu, je saurai te retrouver.In Canción porteña p78