//img.uscri.be/pth/bf0d4258aeeafd374ecdd79419167e4da6cb8ff5
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Vers des ombres

De
86 pages
Vers des ombres résonne comme un cri de détresse, un hurlement dans la nuit africaine. Une poésie haletante, menée tambour battant contre tous les maux de l'Afrique.
Voir plus Voir moins
Wabadang Vairi
Vers des ombres
poésie
Préface de Sena Yawo AKAKPONUMADO
VERS DES OMBRES
Wabadang Vairi
VERS DES OMBRES
poésie
© L’Harmattan, 20145-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-00510-2 EAN : 9782343005102
À tous ceux qui sont victimes de l’injustice et aux humanistes, en Afrique et à travers le monde entier.
PREFACE Vers des ombres est une œuvre poétique qui parle des situations de la vie politique, sociale et culturelle auxquelles tout Africain ou tout humaniste est actuellement soumis. L’on ne vit que de nom et on ne s’exprime que par esprit. Le réel n’existe plus, il n’y a que des ombres qui parlent, car tout physique est ennemi des intérêts. Trente ans après les indépendances, un nouveau courant politique et social envahie l’Afrique : la démocratie. Mal exprimée, mal accueillie, elle tourne la tête de tous les Africains. Or, le peuple africain, calqué avant tout sur un modèle de régime héréditaire, ne peut s’adapter si vite à cette nouvelle idéologie politique. Pour l’Africain, le pouvoir c’est du père au fi ls. Mais faut-il conserver ce modèle ? Face à la démocratie, les tendances changent de gré ou de force selon les intérêts des uns et des autres, et c’est le plus fort qui a toujours raison. Les grandes puissances surmenées par le combat du terrorisme mondial tirent la démocratie an Afrique par la queue, d’où la tempête qui secoue de nombreux dirigeants africains mal avertis pour leur soif d’intérêts personnels. Par leurs connaissances, leur force et leur pouvoir politique, les grandes puissances s’imposent en tant que modèles de démocratie, bâtisseurs et défenseurs de la paix, mais toujours avec un fond impérialiste et paternaliste, pour transformer l’Afrique en un monde « moderne » et solvable selon leurs propres principes qui ne cadrent pas avec les réalités africaines. Cette option entraîne des conflits politico-socioéconomiques et culturels en Afrique. Les chefs d’États africains, face aux besoins de leur peuple et aux exigences des puissances impérialistes, perdent le contrôle de la destinée de l’Afrique. Ces dirigeants africains machinés ne savent plus tenir le bâton de la guidance africaine. Parfois conditionnés, parfois obstinés, ils finissent par détruire leurs
7