Puzzle
315 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Puzzle

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
315 pages
Français

Description

Les hôtels sont à l’image de la vie. Des inconnus que rien ne rapprochait s’y croisent. Des étrangers s’y frôlent au hasard des rencontres. Et les portraits qu’on en brosse parfois, un peu malgré soi, s’affinent à mesure que l’âme de ces êtres se laisse deviner.

Le Saint-Georges, affaire familiale située dans une station balnéaire de Normandie, est l’un de ces hôtels. Il traverse une crise grave au moment où débute le récit. Affrontements en vase clos entre membres de la famille ? Non. Amis, proches et clients sont aussi parties prenantes. On ne peut échapper au monde qui vous entoure… Soudain, venus d’ailleurs, drames et imprévus s’invitent et plongent les personnages au coeur d’une énigme troublante, dans des bouleversements inattendus et destructeurs, sources pourtant de renaissance et de renouveau…

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2011
Nombre de lectures 22
EAN13 9782876234956
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0116€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Puzzle
JEàn monvILLE
Puzzle
RoMàn
miChel Demaule
ConcepTion graphique CHRIs iMpEns ET LEs 3tSTUdIO
© ÉDitiONSmiChel Demaule, 2011 41, RUE dE rIcHELIEU – 75001 PàRIs. MIcHELdEMàULE.coM
Du même auteur
Une hisToire de SPIE – NaîTre eT RenaîTre PREssEs dE L’ÉcoLE NàTIonàLE dEs PonTs ET CHàUsséEs, 2004; noUvELLE édITIon, mIcHEL dE màULE, 2011.
À vous, croisés en chemin, aux riches heures, eT aux auTres, images fugiTives, éTernelles, à C. eT V. ma reconnaissance.
1. ÉDOuarD etlÉON
lE vEnT soUffLE LégèREMEnT, REpoUssànT àU LoIn UnE bàRRE dE nUàgEs ànodInE qUI sE fond àvEc L’HoRIZon àU-dEssUs dE Là MER. lE soLEIL vIEnT dE s’éLEvER sUR dEs coLLInEs boIséEs qUI, á L’EsT, boRdEnTGodERToT,càREssànTdEsEsRàyonsMàTInàUXLEsToITs dàRdoIsEdELàpETITEvILLEbLoTTIEEnTREdEgRàndEsfàLàIsEscàL-càIREs. DoMInànT Là vàLLéE sUR LE vERsànT sUd, Là TERRàssE dUSainT-GeorgesconsTITUE Un LIEU d’obsERvàTIon IdéàL d’où L’on pEUT, d’Un coUp d’œIL, bàLàyER ToUT LE pàysàgE. lE pLUs soUvEnT désERTE á cETTE époqUE dE L’ànnéE, ELLE àccUEILLE àUjoURd’HUI qUELqUEs cLIEnTs bIEnHEUREUX, àTTIRés pàR LEs pRoMEssEs d’UnE bELLE joURnéE dE pRInTEMps. ÉdoUàRd VàRIn, confoRTàbLEMEnT InsTàLLé dàns Un fàU-TEUIL càpàRàçonné d’épàIs coUssIns, à posé, En vEInE dE coURàgE, Un IMposànT dossIER sUR UnE pETITE TàbLE dE boIs qUI LUI fàIT fàcE. màIs IL pEInE vIsIbLEMEnT á concRéTIsER sEs bonnEs InTEnTIons ! iL pRéfèRE goûTER qUELqUEs MInUTEs EncoRE, dàns Là doUcEUR dU MàTIn, L’HàR-MonIE dEs coULEURs ET Là càLME spLEndEUR dE Là MER. À sà gàUcHE, Là pLàgE, LIEU pRIvILégIé d’EXcURsIon dEs HàbITànTs dE ToUTE Là RégIon dURànT LEs wEEk-Ends, EsT vIdE dE pRoMEnEURs En cE joUR dE sEMàInE. QUànT àUX vàcàncIERs, àMoUREUX voLàgEs dE GodERToT, ILs L’onT désERTéE dEpUIs dE Longs MoIs, pERdUs dàns
9
LEURs gRàndEs cITés. iLs nE REvIEndRonT qU’àUX bEàUX joURs RETRoUvERsEsgRosgàLETsgRIs,sànspITIépoURLEsMEMbREsETLEs coRps dE cEUX qUI osEnT, dévTUs, s’y éTEndRE. toUT àU Long dE L’HIvER LEs RoULEàUX dE Là MER HoULEUsE s’écRà-sEnT bRUyàMMEnT sUR LE RIvàgE ET dEs vàgUEs pUIssànTEs sàpEnT sàns RELâcHE LEs gRàndEs fàLàIsEs bLàncHEs. màIs cE pREMIER jEUdI d’àvRIL voIT s’àccoMpLIR UnE soRTE dE MIRàcLE. C’EsT Un joUR dE TRvE où LE soLEIL, éTonné, n’à pàs MME LE pLàIsIR dE joUER àvEc qUELqUEs nUàgEs égàRés, ET où Là màncHE, fàTIgUéE pàR pLUsIEURs MoIs d’EffoRTs IncEssànTs, sE REposE EnfIn. ÉMERàUdE àU voIsInàgE dEs gàLETs, gRIsE MâTInéE dE bRUn En boRdURE dEs fàLàIsEs, ELLE sE TEInTE En bLEU vERs L’HoRIZon. ignoRànT Là bRIsE d’esT, TRop TénUE poUR soULEvER dEs vàgUEs, ELLE nE LàIssE écHàppER qUE dE MInUs-cULEs fILETs d’écUME sUR sà sURfàcE pREsqUE éTàLE. unE véRITàbLE àUbàInE poUR LEs MoUETTEs dE GodERToT, àUssI éLégànTEs qUE cELLEs dE CàboURg : « là MER càLME où dEs MoUETTEs épàRsEs fLoTTàIEnT coMME dEs coRoLLEs bLàncHEs. » FIdèLEs àU LIEU, IndIfféREnTEs àUX TRànsHUMàncEs EsTIvàLEs ET àUX RITEs HEbdoMàdàIREs, ELLEs REpREnnEnT pLEInE possEssIon dU sITE dès qUE Là pLàgE ET Là vILLE sE vIdEnT. loRsqUE LE vEnT ET LEs vàgUEs s’àpàIsEnT, LEURs cRIs EnvàHIssEnT ToUT L’EspàcE, obsédànTs, coMME cHàRgé dE MEssàgEs MysTéRIEUX ET HosTILEs. màIs, àUjoUR-d’HUI, Là LégèRETé dE L’àIR ET Là gàIETé dE Là nàTURE REnàIssànTE LUI donnEnT UnE TonàLITé pLUs àMènE, TànT L’InsoUcIàncE ET LE pLàIsIR dE vIvRE vonT dE soI. QU’IL fàIT bon RvER EnTRE Là TERRE ET LE cIEL, conTEMpLER Là vILLE qUI s’ànIME dEpUIs cETTE TERRàssE EnsoLEILLéE àccRocHéE àU fLànc dE Là coLLInE ET EnTEndRE, MLéE àU cLàpoTIs dEs vàgUEs qUI coUREnT sUR LEs gàLETs dE Là pLàgE, Là RUMEUR confUsE qUI MonTE dEs RUEs. On sE sEnT pRoTégé dE L’àgITàTIon dU MondE dàns cET ïLoT dE gàZon, d’àRbUsTEs ET dE fLEURs, doMIné pàR Un fLoT dE vERdURE qUI
10