//img.uscri.be/pth/0f2d30435eea76ac5ef9a9ff5bfb3d47f44760ad
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Réalités et roman guinéen de 1953 à 2003 T4

De
91 pages
La richesse des données idéologiques fondamentales des romans guinéens se fait l'écho des problèmes essentiels du rapport des écrivains à l'évolution sociopolitique de la Guinée, et du rapport de l'intellectuel à l'engagement politique. Ainsi l'écrivain guinéen se rend utile par les projets de société qui se dégagent de ses oeuvres et susceptibles de réhabiliter l'histoire de son pays.
Voir plus Voir moins

Réalités et roman guinéen de 1953 à 2003

© L’Harmattan, 2009 5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-09843-5 EAN : 9782296098435

Boubacar Diallo

Réalités et roman guinéen de 1953 à 2003

4.-L’idéologie des romanciers guinéens

L’Harmattan

Dédicace

Pour Mohamed Wann, mon beau-fils Aïssatou Diallo, sa femme et ma fille, en toute affection.

Introduction
La lecture idéologique d’une œuvre romanesque part du postulat que toute pratique d’écriture s’inscrit dans un espace social constitué par des discours tenus sur le monde. Il s’agit du sens du témoignage qui donne une vision idéologique du texte littéraire. Le roman guinéen ne déroge pas à cette logique. Comme kwabena Britwum le fait remarquer " une lecture sociocritique du texte ne devrait pas se réduire purement et simplement à une connaissance sociologique du réel 1 ambiant extérieur au texte ( )". En entamant ici la "critique idéologique" – terme que nous préférons à " lecture idéologique", expression chère à Jacques Leenhardt, nous prenons en compte, sur plusieurs plans d’expressions, des prises de positions, d’idées face à ces problèmes importants. En fait, l’œuvre contient globalement deux unités de signification : une unité de surface qui, en se dégageant du texte narratif, s’affiche au travers de l’établissement par le narrataire-lecteur de la relation entre l’univers romanesque et le texte social ; une unité profonde qui va au-delà de ce que Kwabena Britwum nomme "la socialité ou le texte réel (2)". Il s’agit du sens du témoignage qui donne une vision idéologique du texte littéraire. Le travail de production de l’œuvre romanesque se fait en rapport avec un intertexte toujours présupposé dans le texte ; car " le romancier entend et retient du réel le discours tenu sur lui par les différentes pratiques humaines, y compris la sienne (3)". Une des caractéristiques fondamentales du discours social est donc d’apparaître comme une mise en évidence naturelle ou faussement naturelle du réel. Cela revient à considérer alors le discours social comme " une banque des idées reçues, un vague répertoire plus 4 ou moins ordonné d’archétypes et de sténotypes ( )" ; en somme, pour parler comme 5 Françoise Gaillard, comme : " …une mémoire commune au texte et au lecteur ( )". Mais, une telle affirmation ne rend pas cependant totalement compte de la présence du discours social dans le texte, puisque l’idéologie n’est pas pure"… immanence dans le texte, elle est aussi le principe organisateur présent dans des réseaux 6 surcodant les autres codes dont elle sert à expliquer la fonctionnalité ( )".Il est question de tenter une conceptualisation des différentes visions sociales des écrivains,
Cité par David N’dachi TAGNE, Op.Cit, p. 198. Kwabena BRITWUM, " Pour une sociocritique du roman africain", in African Perspectives, n° 1, 1977, p. 137. 3 Claude DUCHET, " Réflexions sur les rapports du roman et de la société" in Revue d’histoire littéraire de la France, colloque roman et société, 1973, p.10. 4 Ibid, p. 10. 5 Françoise GAILLARD, " Codes littéraires et idéologie" in Littérature, n°12, p. 6 Ibid, p.31.
2 1