Labé ville-champignon de Guinée
117 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Labé ville-champignon de Guinée

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
117 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Situé au cœur du massif du Fouta Djallon, Labé offre l'aspect d'une ville en pleine expansion spatiale et démographique avec des activités multiples. A l'origine simple village, cette cité sut résister au démantèlement des chefs-lieux de province par le pouvoir colonial. Principal centre urbain de la Moyenne-Guinée, elle s'affirme comme une ville-champignon rayonnant sur la région environnante et ouverte aux échanges avec les autres régions naturelles de Guinée et les pays limitrophes.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juillet 2010
Nombre de lectures 561
EAN13 9782296701571
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

LABÉ

Ville-champignon de Guinée
Abdoul Goudoussi DIALLO


LABÉ

Ville-champignon de Guinée


L’HARMATTAN
© L’H ARMATTAN , 2010
5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-296-12186-7
EAN : 9782296121867

Fabrication numérique : Actissia Services, 2012
Je dédie ce livre
À la jeunesse scolaire et universitaire de Guinée
Aux enfants n’ayant pas eu la chance d’accéder
à un enseignement formel
À mon fils, Thierno Amadou, et à ma fille, Maïmouna,
deux fleurons de ma vieillesse que Dieu m’a donnés
tardivement et généreusement au soir de ma vie.
À tous les amis de la Guinée
REMERCIEMENTS
Au terme de la rédaction de cet ouvrage je tiens à remercier les personnalités et personnes-ressources qui m’ont encouragé, appuyé par la mise à disposition de documents divers ou aidé à l’édition de ce livre consacré à la ville de Labé et à sa région.
Il s’agit principalement, entre autres, de :
Mme Armelle Riché de l’Harmattan France pour ses remarques, critiques et suggestions.
Mme Dieng Zenab Koumanthio Diallo, directrice du musée du Fouta à Labé et Mr Bonata Dieng, sociologue
Mr Kaba Diakité Sansy qui a assuré le suivi en tant que représentant de l’Harmattan Guinée
Mr Régis Bouchardeau, assistant Technique à l’Ambassade de France en Guinée
Mme Bah Aissatou Diallo, Docteur ès Sciences économiques, fonctionnaire retraitée des Nations Unies
aux membres de la famille de Diari qui m’ont donné à scanner de vieilles photos conservées depuis la période coloniale.
Dr Maladho Siddy Baldé, professeur d’Histoire
Mamadou Oury Diallo, ingénieur à la CBG, Kamsar, qui m’a donné des photos d’illustration
El Hadj Ahmadou Thiam, Maire de Labé
Ibrahima Sampiring, ancien Maire de la Commune
La Communauté d’Agglomération Sicoval, Toulouse Sud Est, en coopération décentralisée avec la Commune urbaine de Labé
Youssouf Joseph Gomez, informaticien de l’IUHEG.
Thierno Boussouriou, El Hadj Aliou Tély et Thierno Alpha Mamoudou, professeurs d’Arabe et informateurs traditionnalistes.
CITATIONS DE POÈTES DE LA RÉGION :
Thierno Mamadou Samba Mombeya

Midho yhawi e hoore tulde gandun an
No mi yheewira nibbhe maddyere an
Je suis juché au sommet du monticule de mon petit savoir
Afin d’apercevoir l’étendue des ombres de mon ignorance

Thierno Sadou Dalein

Heewi to kebhal
Woni kaddi fadhal ;
Heewi nde fadhal
Woni kaddi kebhal.
À trop gagner
On finit par perdre ;
À trop perdre
On finit par gagner.

Alfâ Ibrahima Fougoumba

Djangii faamaali
Faamii djangaali
Djangaali faamaali
Ko bhee tato wonoyta sabaabe
Bonnungol ndii leydi.
Celui qui a étudié mais n’a rien compris
Celui qui a compris mais n’a rien étudié
Celui qui n’a rien étudié ni rien compris
Ce sont ces trois-là qui seront responsables
De la destruction du pays.

Thierno Abdourahmane Bah

Ko mo dyangii tun si o faamodiree
Ko mo dyangii tun si o fewna dhatal.
Seul l’homme éduqué est ouvert au dialogue
Seul l’homme éduqué peut indiquer le droit chemin.



Carte de la Guinée
Première partie : Cadre physique


Vue de Labé depuis le plateau de Donghol Dayébhé
Situation et site
La ville de Labé est située par environ 11°19’ de latitude Nord, 12°18’ de longitude Ouest dans la zone des hauts plateaux du massif du Fouta Djallon, à 420 km de Conakry.
Elle est localisée sur un plateau légèrement ondulé avec des collines et replats dominés au Nord par le Mont Limboko (1255m), à l’Est par le Mont Kolima (1225m), à l’Ouest par le Mont Sérima (1201m) et au Sud par le plateau de Donghol Dayébhé (1182m).

Labé est à la fois un Chef-lieu de commune urbaine, de préfecture, de région administrative ou gouvernorat ainsi que la capitale de la région naturelle de la Moyenne Guinée correspondant approximativement au massif montagneux foutanien.
Relief et structure géologique
Le massif du Fouta Djallon couvre du point de vue géomorphologique aussi bien les préfectures de la région de la Moyenne Guinée que les prolongements de cet ensemble montagneux en Guinée Maritime et en Haute Guinée.
C’est un socle précambrien recouvert partiellement d’une couverture sédimentaire de grès de l’Ordovicien, de schistes du Silurien, de grès d’âge Dévonien, et recoupé d’intrusions de roches éruptives du Secondaire (dolérites surtout). Le massif est disloqué du point de vue tectonique en failles délimitant trois paliers à l’Ouest, au Centre et à l’Est, le Fouta central étant le plus élevé.
Ainsi ce vaste massif montagneux localisé au Centre – Ouest de la Guinée et culminant à 1538m d’altitude au Mont Loura (préfecture de Mali) est fortement accidenté avec des plateaux étagés surplombant des vallées encaissées et des dépressions intérieures ou « ayndés ».



Contreforts occidentaux du Fouta Djallon

Selon une coupe Ouest – Est, le Fouta Djallon est divisé morphologiquement en Fouta occidental, central et oriental.
Le Fouta central constitue une région de hauts plateaux de 1200m d’altitude moyenne traversant du Sud au Nord les préfectures de Mamou, Dalaba, Pita, Labé et Mali avec comme principaux sommets les monts Loura (1538m), Diaguissa (1425m), Tinka (1372m), Limboko (1255m) et Kolima (1225).



Zone des Hauts plateaux (Donghol Touma)

Ce belvédère domine le Fouta occidental, ensemble de plaines et de bas plateaux compris entre 200 et 1100m d’altitude et localisés essentiellement dans Koundara, Gaoual et Télimélé.



Photo FTA
Un bowal, plateau au sol cuirassé

Le cuirassement des sols ou bowalisation, typique en Guinée, notamment dans la région qualifiée de Bowé (pluriel de bowal ou plateau cuirassé) située à l’Est de la Préfecture de Boké (Bowé-Boulléré), à l’Ouest de celle de Télimélé (Bowé-Guémé et Bowé – Kompéta) et au Sud de Gaoual (Bowé-Ley Mâyo) est un processus de latérisation sur une topographie plane ou légèrement ondulée. Il consiste en une altération superficielle d’une roche éruptive ou sédimentaire contenant surtout des silicates de fer et d’alumine avec élimination plus ou moins complète de la silice et accumulation puis induration des oxydes de fer et d’aluminium au niveau de l’horizon superficiel sous un climat sujet à des alternances de saison humide et sèche.

Le Fouta oriental compris entre 500 et 1000m couvre les préfectures de Tougué, Koubia et en partie celles de Mamou, Dabola et Dinguiraye. Ces plateaux profondément entaillés par les vallées du bassin du Bafing et partiellement de la Gambie se raccordent vers l’Est au haut bassin du Niger.



Contreforts orientaux du Fouta Djallon
Climat
Le climat, de type tropical de montagne, qualifié de climat régional foutanien, se caractérise par une alternance de deux saisons d’à peu près égale durée : une saison humide de mai à octobre et une saison sèche de novembre à avril.
La température moyenne annuelle est de l’ordre de 21°9 avec une moyenne des maxima de 28°6 et une moyenne des minima de 15°3. Le maximum thermique est enregistré en avril au moment du passage du soleil au zénith avec environ 24°6 en moyenne tandis que le minimum moyen de température se situe en décembre et janvier avec 20° quand souffle l’harmattan, vent frais et sec en provenance du Sahara. En mars-avril cet alizé continental devient sec et chaud et transporte parfois des poussières de sable consécutives à l’avancée du désert avec son corollaire de réchauffement climatique, de tarissement des rivières et des points d’eau.
La pluviométrie moyenne annuelle sur une longue période est de 1712 mm à Labé – centre avec un maximum moyen de 374 mm au mois d’août. Depuis les années 1970 on note une tendance prononcée à la sécheresse sous forme de retard de la saison humide, de trous pluviométriques par des arrêts de pluie durant plusieurs jours, en somme une mauvaise répartition des précipitations.

Au niveau du massif foutanien on enregistre parfois en décembre et janvier des minima absolus de 4 à 6° à Mali, Labé et Dalaba. L’hivernage diminue en direction de la zone nord frontalière du Mali, du Sénégal et de la Guinée Bissau où elle est d’environ cinq mois.
La quanti