Ma route de la soie, d'Erevan à Samarcande

-

Livres
150 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Après son itinéraire Rome-Jérusalem en compagnie de celle qui n’était plus, la marche devint pour Gérard Pasquet vitale, essentielle, moyen de se ressourcer et de se découvrir. Au point de se lancer dans un nouveau périple de dix-sept semaines, sur une nouvelle route mythique, au sol battu par les commerçants du passé: la Route de la Soie. Entre l’arménienne Erevan et l’ouzbèke Samarcande, au cours de cette parenthèse initiatique que représente tout voyage, se révèlent ainsi à l’inlassable pèlerin des paysages grandioses qui le rapprocheront toujours un peu plus du spirituel, des êtres authentiques et hospitaliers qui baliseront un cheminement géographique, culturel et intérieur. Suite d’"Avec elle, de Toulouse à Jérusalem", "Ma Route de la soie" voit son auteur s’enfoncer plus profondément dans un Orient où fantasmes et réalités cohabitent incessamment. Des monastères montagneux propices à la méditation à la ruche Téhéran, des rives surréalistes de la mer d’Aral aux sociétés post-communistes de l’Eurasie, ce carnet de voyage dépeint, entre fascination et étonnement, l’épreuve du moi au contact de l’Autre et de ses richesses.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 60
EAN13 9782748343816
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0067 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Ma route de la soie, d’Erevan à Samarcande
Gérard Pasquet Ma route de la soie, d’Erevan à Samarcande
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0111248.000.R.P.2008.030.40000 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2008
A mes petits enfants nés (Dimitri, Nino, Oscar) et à naître… Avec toute mon affection.
Prologue Au cours de ma vie, j’ai beaucoup voyagé, essentielle-ment en avion et en voiture ; pour raisons professionnelles, raisons personnelles, touristiques. J’ai connu de grands hôtels, de grands restaurants, et les séjours dans les Relais & Châteaux nous enthousiasmaient profondément, ma femme et moi. J’ai connu la marche voici une dizaine d’années. Fran-cine me reprocha un jour, avec une parfaite mauvaise foi, de ne rien entreprendre ensemble, hormis de faire des en-fants. Même prise au second degré, cette réflexion m’interpella. J’avais pratiqué de nombreux sports et Fran-cine aimait marcher. « Et si nous marchions ? » lui lançai-je un jour ? Cette question l’enthousiasma… et sans entraînement, mais do-tés d’une belle santé et d’une certaine inclination à l’approche spirituelle, nous partîmes pour Compostelle. Ce fut une révélation… tant physique, culturelle, que spiri-tuelle. Dès notre retour, une question évidente nous tarauda : « maintenant, qu’allons-nous faire ? (en dehors de nos occupations professionnelles évidemment). A nouveau, je lançai : « Et si nous partions pour Jérusalem ? » « A pied ? » « A pied ! »
9
Nous décidâmes de partir, d’abord de Toulouse pour Rome, ville que nous atteignîmes en un peu plus de deux mois. Nouvelle révélation, nouvelle élévation. Malheureusement, le retour fut un cauchemar. Un par-cours beaucoup plus difficile nous attendait. Francine lutta un an et demi contre la maladie qui l’emporta par un froid soleil noir d’hiver. Dans des conditions différentes, je me reposai la même question : « et maintenant ? ». Assuré qu’il restait tout de même un chemin à parcourir dans ma vie, certes le plus difficile, je pris ma retraite, et partis de Rome pour Jérusalem seul, à pied, à travers l’Italie, la Grèce, la Turquie jusqu’à Istanbul, puis l’Anatolie, la Cappadoce, la Syrie, la Jordanie du Nord, enfin Israël et Jérusalem. Quatre mois et 5 000 km plus loin (relatés dans le livre « Avec elle, de Toulouse à Jéru-salem »), je n’eus plus qu’une aspiration : marcher. — « Que fais-tu dans la vie ? Que deviens-tu ? » — « Je marche ». A ces questions que des personnes me posent, entre deux voyages, ma réponse laisse fleurir quelque sourire condescendant sur le visage de mes interlocuteurs. A mes proches, je confie que cette marche est en fait une démarche : connaissance du monde, découverte d’autres peuples, d’autres cultures, d’autres religions, dé-couverte du génie de la nature et de celui de l’homme à travers les sites traversés ; découverte de soi et de l’autre si différent et si semblable, chemin spirituel enfin. Pour cheminer, il faut du temps, le temps de plonger en soi-même et parfois d’effleurer l’Esprit. Enfin, ce senti-
10