Rêve Papou

Rêve Papou

-

Français
191 pages

Description

A l'âge de onze son film favori était Indiana Jones. Cela ne l'a pas quitté car passionnée d'archéologie elle s'inscrit à la Sorbonne en Histoire de l'art et Archéologie et obtient une maîtrise en médiévale. Fascinée par la science-fiction et la fantasy en général, elle écrit l'Héliodrome, publié aux Editions le Manuscrit. Actuellement, elle travaille dans une société de production audiovisuelle dont les activités principales sont la fabrication de documentaires historiques et des expositions artistiques. Mais elle a une autre activité, elle accompagne des groupes à l'étranger depuis plus de dix ans, ceci lui a permis de rédiger mon premier carnet de voyage.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 12 mai 2008
Nombre de lectures 215
EAN13 9782304011524
Langue Français
Poids de l'ouvrage 5 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

2 Titre
Rêve Papou

3Titre
Isabelle Micale
Rêve Papou
Le peuple des mondes anciens
Récit de voyage

5Éditions Le Manuscrit






6 Titre























© Éditions Le Manuscrit 2008
www.manuscrit.com

ISBN : 978-2-304-01152-4 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782304011524 (livre imprimé)
ISBN : 978-2-304-01153-1 (livre numérique)
ISBN 13 : 9782304011531 (livre numérique)

7Éditions Le Manuscrit






Remerciements à Jérôme pour sa patience à me relire
et corriger mes nombreuses perles.
Merci Nathalie et Adeo pour leur enthousiasme et
leurs passions du voyage ; sans eux j’aurais mis plus de
temps à découvrir cette sublime contrée.

Je dédie ce livre aux civilisations disparues.

« Le voyage est un retour vers l’essentiel »
Proverbe tibétain
SOMMAIRE
Sommaire .................................................................11
Introduction ..............................................................13
La préparation ......................................................19
J1 Jayapura ...........................................................29
J2 Sentani .............................................................46
J4 Kilise Wamarek ...............................................75
J5 Wamarek Wesagalep .......................................88
J6 Wesagalep Wuserem (5 h de marche) ...........101
J7 Wuserem Syokosimo Lever 7 h 30................109
J8 Festival Baliem Yokosimo Kurima Wosilimo
Lever 7 h.............................................................120
J9 Wosilimo Jiwika Anemoigi village- Wamena
............................................................................126
J10 Wamena - Anjelma (2 h 30 de marche).......141
J11 Anjelma – Tangma (2 h 30).........................145
J12 Tangma - Polimo – Wamena .......................147
J 13 Vol Wamena/Jayapura/Kissy Kissy ...........149
J14 Kissy Kissy ..................................................154
J15 Kissy Kissy – Jayapura retour dans l’après-
midi.....................................................................158
Conclusion..............................................................161
Épilogue .................................................................165
Annexes I................................................................166
Plan166
Annexes II167
11
Chronologie :......................................................167
Annexe III ..............................................................171
Filmographie sélective .......................................171
Bibliographie sélective...........................................175
Annexes IV.............................................................179
Langues179
Lexique...............................................................185
12
INTRODUCTION
Quel étrange chemin m’a conduit à choisir
une telle destination ?
Le hasard ? Non, pas tout à fait…
L’intuition, peut-être… L’Irian Jaya est mysté-
rieuse. Cette île a une aura fantastique. Ce lieu
est étrange et envoûtant. Une terre inconnue
que je devais absolument connaître ; mon rêve
papou. Une force spirituelle m’attirait vers ces
contrées lointaines peuplées d’habitants qui vi-
vent comme aux temps de la Préhistoire. Car se
plonger dans les temps anciens, c’est quelque
part revenir à ses propres racines. Trouver le
sens de sa propre vie, et comprendre ce qui est
véritablement important. Mes nombreuses pé-
régrinations à travers le monde m’ont donné
maintes fois l’occasion de réfléchir sur mon rôle
de voyageuse, et de touriste voyeur. Je me suis
remise en question tellement de fois… Au dé-
but, je vivais mes voyages au jour le jour, avec
plein d’insouciance et la tête dans la lune, car un
peu naïve face à la politique étrangère ; vivre au
présent, faire un maximum de visites… Au-
13 Rêve Papou
jourd’hui, je vis toujours au jour le jour, mais
d’une manière plus intelligente, du moins
j’essaye. Je fais moins de choses et je le vis plus
intensément… Les voyages sont matières à ré-
flexion. Toutes mes interrogations, sans ré-
ponse un temps, sont maintenant en partie sor-
ties de l’ombre ; mais il en est apparu de
nouvelles que je dois résoudre… Je suis
devenue un peu plus philosophe… Serais-je
devenue sage ? Je n’y crois pas trop, ma mère
non plus d’ailleurs !
En revanche, j’ai appris un ensemble de cho-
ses extraordinaires, le voyage est la prolongation
de l’éducation. Grâce à lui, on élargit les
possibilités de nos pensées. Inévitablement, au
contact d’autres civilisations, on change sans
même s’en rendre compte. On devient plus to-
lérant, plus patient moins violent. La connais-
sance de l’autre permet de mieux comprendre
l’autre, puis de mieux se comprendre soi-même.
Probablement mes expériences passées ont
forgé en moi ce goût de l’aventure de l’inconnu,
l’envie d’aller toujours plus loin… Mes ren-
contres avec des étrangers m’ont incité à
connaître l’histoire de leurs pays, leur façon de
penser, leur culture.
Aussi de plus en plus je voulais fuir les desti-
nations touristiques, mais comment résister aux
merveilles de ce monde… Je voulais voir les
Pyramides d’Egypte, les temples Mayas, le Ki-
14 Isabelle Micale
limandjaro, le Taj Mahal, le Sahara et j’en
passe… Mais que faire face à l’invasion des tou-
ristes ? Trop de monde ! Nous serons bientôt
9 milliards sur la planète… Heureusement nous
ne prenons pas nos vacances en même temps…
Un déferlement touristique est à prévoir pour
ce petit jardin paradisiaque qu’est l’Irian Jaya !
Au mois d’août 2006, le chiffre des touristes
en Irian Jaya était de 200 personnes environ…
Ce qui est une chance inouïe ! Seulement, deux
cents mais pour combien de temps ?
Qui ne rêve pas d’aller sur les traces des an-
ciens explorateurs ?… Avec fascination, j’avais
découvert les histoires des exploratrices comme
Isabelle Eberhardt, Alexandra David-Neel, Ella
Maillart ou encore Anita Conti…
(Mon côte ultra-féministe réagit et oui, je ne
cite que des femmes. Je leur rends hommage…
Grâce à elles, aujourd’hui, les femmes voyagent
et non pas peur de le faire.)
Je voulais me perdre dans la jungle et ren-
contrer des tribus anciennes… J’ai peut-être été
influencée par les écrits Edgar Rice Burroughs
avec son cycle de Pellucidar ou bien par le ci-
néma avec l’inoubliable et fantastique Johnny
Weissmuller en Tarzan, roi de la jungle… Revi-
vre au temps de la guerre du feu de J.H. Rosny
Ainé.
Ça c’est excitant et réveille l’Indiana Jones
qui est en moi.
15 Rêve Papou
De toute façon, j’aurais un jour ou l’autre fini
par aller là-bas… Tous les chemins mènent à
Rome… Surtout si l’endroit est moins peuplé
que Paris au mois d’août.
Quel pays impressionnant !
Ce Territoire si immense et encore inaccessi-
ble reste mal connu. C’est pour cela que je vous
propose d’aller à la rencontre des Papous, de
vous les faire découvrir tels que je les ai perçus.
En fait je vais vous conter mon séjour à la fa-
çon de Woody Allen et de Nikolaï Miklokho-
Maklaï… Bien que ce livre n’aurait pas pu
s’appeler « Tout ce vous avez voulu savoir sur
les Papous sans jamais oser le demander », ni
même, soyons sérieux « Papou Blanche » ?…
Alors, laissez-vous conduire dans un autre
univers et envahir par mon récit au pays des
merveilles. Mon carnet de bord n’a aucune pré-
tention sauf celle de vous faire partager mon
voyage et mes sensations.
Je suis passionnée d’archéologie. Je ne suis
pas ethnologue. Je suis une simple touriste qui
aime la faune, la flore, la respecte et qui ne veut
pas être dupe de la réelle situation du pays. Mon
message se veut informatif et mes impressions
sont personnelles.
Mais, j’insiste sur le fait que ma vision des
choses n’est peut-être pas la réalité. Je ne rap-
porte ici que les événements que j’ai vécus sans
aucun effet grandiloquent avec honnêteté. En
16 Isabelle Micale
effet, j’ignore ce qu’a pu réellement voir le Pa-
pou, ce qu’il a pu penser à mon sujet, à mon
grand regret. J’aurais souhaité presque rapporter
sa vision des faits, l’interviewer, lui donner la
parole, ce que d’ailleurs a très bien fait le pho-
tographe Marc Dozier en invitant ses amis pa-
pous en France. Ainsi, il a pu accomplir une
expérience humaine merveilleuse, pleine de gé-
nérosité, de partage. Les Papous lui ont confié
leurs impressions sur notre pays. Un papou
dans le métro, cela ne se voit pas tous les jours !
Cette situation est très surréaliste mais certai-
nement riche intérieurement.
A ce moment là, le Papou est comparable au
dragon. Son regard doit être extraordinaire.
Le mot « dragon » est dérivé du verbe Der-
komai qui en grec signifie « regarder avec inten-
sité ». Le Papou a eu l’occasion d’observer in-
tensément notre société. Qu’a-t-il vu ?
Certes, il a du être émerveillé et aussi en-
vieux. Qui ne le serait pas ?
En ce qui me concerne, je ne peux
qu’imaginer leurs pensées car malheureusement
mon temps en Papouasie fut trop court pour
lier une telle amitié. Mais les Papous véhiculent
une grande sagesse et apportent d’étonnantes
réflexions sur nous, en tant qu’individu. Leur
philosophie et humour sont incroyables et peu-
vent nous donner des leçons sur le respect de
l’autre et le partage. Phénomène de société qui
17 Rêve Papou
est chez nous encore d’actualité. Aussi je me
suis documentée afin de compléter certains
éléments qui me manquaient. Vous trouverez à
la fin de mon récit, des annexes. Ce sont des
compléments d’informations ; un plan de la ré-
gion, une chronologie, une filmographie, une
bibliographie sommaire qui m’a été très utile
pour rédiger mon expédition et aussi un lexique
de la langue Papoue.
À travers les lignes qui vont suivre, vous allez
partager mon séjour en Irian Jaya. Je vais men-
tionner des éléments insolites concernant, la
politique, l’économie, l’histoire, la culture qui
contribueront à mieux cerner ce beau pays.
Ceux qui me connaissent ne seront pas sur-
pris de mes digressions et mon goût pour le
fantastique ; ceux qui me lisent sans me connaî-
tre, je les avertis de mon penchant pour le lugu-
bre.
Sachez que je n’écris pas pour plaire aux édi-
teurs, ni même au plus grand nombre. J’ai tou-
jours été attiré par les histoires mystérieuses,
pourtant aujourd’hui je prends la plume pour
relater une histoire réelle puisque c’est une par-
tie de mes souvenirs. J’en senti le besoin de le
faire pour dénoncer la situation en Irian Jaya.
J’espère ainsi vous donner un nouveau regard
sur cet ancien peuple cannibale et susciter en
vous une curiosité. Ces hommes sont si diffé-
18 Isabelle Micale
rents mais si proches ; Ils vivent encore à l’âge
de pierre.
La préparation
Les librairies spécialisées sur le voyage sont
bien désemparées quand on leur parle de l’Irian
Jaya. Préparer un voyage sans guide ce n’est pas
évident. Le Lonely Planet sur l’Indonésie
consacre une petite partie à l’Irian Jaya. Je de-
vais m’en contenter. Puis j’ai acheté une carte
Nelles pour comprendre mon itinéraire à tra-
vers la vallée de la Baliem. Comme chaque an-
née, je pars avec l’agence de voyages Adeo.
J’aime leur esprit et leurs valeurs. Adeo vient du
latin qui signifie « qui va vers » sous entendu
vers l’autre… J’accompagne des groupes à
l’étranger et j’aime cela… Je me documente
énormément avant de partir. Nous avons un
rapport de voyage qui a été conçu par les ac-
compagnateurs précédents. Mais je sais que la
réussite dépend de notre enrichissement per-
sonnel. Aussi je lis beaucoup avant de partir.
J’essaye de connaître l’histoire du pays dans le-
quel je vais. Mais j’aime aussi découvrir les ro-
manciers de ce pays ou les récits de voyage
d’autres personnes.
Pour l’Irian Jaya, la littérature est vaste, je
choisis quelques ouvrages et je plonge dans les
livres avec engouement et passion. Soif de
19