Sur la trace des peuples perdus
245 pages
Français

Sur la trace des peuples perdus

-

Description

Jean-Pierre Dutilleux nous entraine avec lui à la rencontre des ethnies les plus isolées de notre planète, réparties sur quatre continents : Asie, Amériques, Afrique et l'Océa- nie. L'auteur nous livre les plus belles histoires d'un ethnographe des temps modernes.
Ce récit regroupe 40 ans d'aventures, d'engagement. C'est le vécu du réalisateur qui consacre sa vie à la rencontre et la défense des derniers Peuples Premiers.


Jean-Pierre part sur la trace de ces peuples perdus à travers les déserts de Madagascar et d'Afrique de l'Est, la forêt équatoriale du Congo, en passant par les sommets de Nouvelle-Guinée, jusqu'au plus profond de l'Amazonie. Le lecteur est entraîné dans un parcours initiatique et pédagogique, sans jamais tomber dans le côté universitaire.


Le récit est composé d'une quarantaine d'histoires (de 6/7 pages chacune environ), ponctuées de faits mystérieux, de magie et de sortilèges, mais aussi de séquences palpitantes, toujours inattendues.


L'humour est aussi de la partie. On ne se prend pas au sérieux tout en cherchant à faire passer un message pour soutenir ces derniers témoins de l'Histoire des premiers hommes dont la survie est, aujourd'hui, menacée par la dévastation accélérée, voire frénétique, de leur univers par le monde extérieur auquel ils n'ont rien demandé.


L'ouvrage foisonnera de personnages hauts en couleur : Ari, l'anthropophage insoumis d'Irian- Jaya (Indonésie), le chef Raoni (tribu des Kayapos) dont Jean-Pierre Dutilleux a initié la renommée mondiale et contribué à préserver un immense territoire en Amazonie, grand comme 6 fois la Belgique, ou encore, Marlon Brando et le chanteur Sting, impliqués dans ces combats...



Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 13 mai 2015
Nombre de lectures 23
EAN13 9782755621242
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

couverture
pagetitre

Pour cela, et pour tout le reste, merci. Kenavo!

 

Je le dédie également à tous les Peuples premiers

qui m’ont accueilli, gardé en vie et qui ont partagé

leur Monde avec moi.

 

Enfin, bien sûr, à ma fille Alexandra.

Remerciements :

Merci à mon éditeur, Hugues de Saint Vincent pour avoir cru en cette aventure, à Mathieu Lauverjat, pour son œil averti et attentif dans la finition et la fabrication de l’ouvrage.

 

Les villes de Vannes en Bretagne, Malmédy en Belgique, l’abbaye de Neumunstër à Luxembourg pour leur soutien.

 

Mick Gerriet, David Robo, Pierre Defendini, Luc et Marie-Jeanne Dutilleux, Jacques Rocher, Heidi Heckes, Alberto Lensi, Jean-Loup Chiflet, Christiane Dumond, Jean-Claude Vinson, Samantha Novella, Antonio Carlos de Meideiros, Carlos Cabal, Selisma de Nascimento, et enfin Lorris Murail pour son aide précieuse sur quelques chapitres.

 

À tous mes amis de par le monde qui m’ont aidé de près ou de loin à réaliser tous ces voyages.

Préambule
 image

J’ai rencontré Jean-Pierre Dutilleux en 1977, alors qu’il venait de terminer son film Raoni. Il ne portait pas de pantalon de golf, mais il m’a fait penser à Tintin. Était-ce parce qu’il est belge ou à cause d’une espièglerie qu’il s’amuse à ne pas cacher, en tous les cas, dans les années qui ont suivi, son comportement m’a conforté dans cette idée. Il apparaissait un beau jour de retour de chez les Asmats de Nouvelle-Guinée, de chez les Agtas des Philippines ou les Masuanes de Céram. Il me racontait les histories extraordinaires qu’il avait vécues.

Moi, j’étais grand reporter à RTL. Nous nous retrouvions dans un bistrot de Saint-Germain-des-Prés. Quelques fois Jean-Pierre revenait du Brésil, et me faisait part des inquiétudes de Raoni devant l’avancée de la déforestation.

D’autres fois, nous nous croisions dans des lieux plus lointains. Un jour, le hasard avait voulu que nous ayons l’un et l’autre une correspondance à Lima, à peu près à la même heure. Entre deux avions, nous avions discuté une dizaine de minutes, lui venait de quitter le Brésil, moi j’allais en Argentine. Une autre fois, j’étais chez une amie dans une ferme de la savane de Bogota, Jean-Pierre, de passage avec un voilier, à Carthagène, sur la côte des Caraïbes, était venu nous rejoindre. Dans ses bagages, un chapeau melon et une corde qu’il avait tendue entre deux arbres, et il s’était mis à marcher dessus. Il m’avait expliqué qu’avec cet exercice de funambule, il était parvenu plusieurs fois à amuser des tribus plutôt hostiles à son arrivée.

Quelques années plus tard, c’était en 1988, à Paris. Lui revenait du Xingu, moi j’étais devenu responsable des magazines à TF1, je ne voyageais plus beaucoup, mais j’avais un petit pouvoir qui me donnait des moyens. Au Brésil, Kritako, comme l’appellent les Indiens Kayapos, avait vu un Raoni désespéré qui l’avait imploré de faire quelque chose pour sauver son peuple et sa forêt. Si nous ne bougions pas, lui avait dit le grand chef indien, son peuple allait prendre les armes et attaquerait les bûcherons et tous ceux qui détruisaient son territoire. Raoni savait très bien qu’il perdrait cette guerre contre les blancs, qu’à la fin, les Kayapos seraient massacrés, mais les Indiens préféraient ce suicide collectif à la mort lente qui les attendait si les envahisseurs continuaient leur progression destructrice dans la forêt amazonienne.

Ce soir là, dans notre bistrot parisien, nous nous sommes laissés aller à rêver… Et si nous accédions au souhait du grand chef ? Et si nous lui faisions rencontrer les puissants de notre monde pour les convaincre d’aider à sauver son peuple et toutes les autres tribus ?

Rêve impossible. À cette époque pour l’État brésilien, les Indiens étaient considérés comme des enfants irresponsables, ils n’avaient pas de papiers d’identité... Pas évident de faire faire le tour des grandes capitales de la planète à un homme qui n’a pas de passeport.

Ce soir là, nous avons quitté notre bistrot, un brin euphoriques : je m’étais engagé à lui faire rencontrer le président François Mitterrand. Jean-Pierre, dans la foulée, avait ajouté « et pourquoi pas le roi d’Espagne, le prince Charles, le pape ! »

Nous l’avons fait.

Bernard Laine
Vice-président de l’Association
Forêt Vierge, fondée en 1989.

Note de l’auteur

Lors de mes tribulations, j’ai parfois l’impression d’être sur les traces d’Edward S. Curtis, qui, au siècle dernier, photographiait les dernières tribus Indiennes aux États-Unis et préservait ainsi les rares images d’un monde aujourd’hui disparu. Il en est, hélas, de même avec la plupart des tribus que j’ai eu le privilège de connaître...

Ainsi, avant que mes souvenirs s’estompent à jamais, je prends grand plaisir à vous en conter certains. J’ai dû, quelques fois, changer les noms des personnages. J’ai laissé mon esprit vagabonder dans mes aventures et s’arrêter, à sa guise, sur quelques histoires. Elles remontent des profondeurs, claires mais fragmentées. Je vous les livre en l’état, brutes, comme elles me sont revenues: parfois longues et détaillées, d’autres fois brèves, à peine effleurées. Certaines s’épanouissent dans l’écriture, les souvenirs revenant par vagues. D’autres, ne m’offrent qu’une précieuse anecdote avant de retomber dans l’oubli. Vers la fin de la rédaction, je ne pouvais plus m’arrêter tant des pans entiers de ma mémoire s’ouvraient à moi.

J’ai compris qu’il me reste beaucoup d’histoires à raconter et à partager... si la vie m’en laisse le temps.

Jean-Pierre Dutilleux

Si…

 

Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie

Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,

Ou perdre d’un seul coup le gain de cent parties

Sans un geste et sans un soupir ;

 

Si tu peux être amant sans être fou d’amour,

Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre

Et, te sentant haï, sans haïr à ton tour,

Pourtant lutter et te défendre ;

Si tu peux supporter d’entendre tes paroles

Travesties par des gueux pour exciter des sots,

Et d’entendre mentir sur toi leurs bouches folles

Sans mentir toi-même d’un seul mot ;

 

Si tu peux rester digne en étant populaire,

Si tu peux rester peuple en conseillant les rois

Et si tu peux aimer tous tes amis en frère

Sans qu’aucun d’eux soit tout pour toi ;

Si tu peux méditer, observer et connaître

Sans jamais devenir sceptique ou destructeur ;

Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,

Penser, sans n’être qu’un penseur ;

 

Si tu peux être dur sans jamais être en rage,

Si tu peux être brave et jamais imprudent,

Si tu sais être bon, si tu sais être sage

Sans être moral ni pédant ;

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite

Et recevoir ces deux menteurs d’un même front,

Si tu peux conserver ton courage et ta tête

Quand tous les autres les perdront,

 

Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire

Seront à tout jamais tes esclaves soumis

Et, ce qui est mieux que les Rois et la Gloire,

Tu seras un homme, mon fils.

Rudyard Kipling

image

CHEZ LES ASMATS, IRIAN JAYA

image
  CHAPITRE 1

Le mystère Rockefeller

Ari, un guerrier grand et fort, craint de tous, tremble d’excitation. Un coquillage Nautilus, ciselé en torsades, perce sa cloison nasale, la faisant ressembler aux défenses d’un sanglier. Les yeux noirs exorbités du cannibale me lancent des éclairs menaçants. Il sait que la valise en cuir marron, calée à l’avant de la pirogue, contient 30 kilos de tabac. De l’or en barre pour le peuple Asmat !

Nous quittons la petite mission néerlandaise sous le regard inquiet du père Van der Straten. Depuis la rive boueuse, il nous fait des signes d’adieu qui ressemblent beaucoup à des signes de croix. Je n’en mène pas large et c’est l’estomac noué que je vois disparaître notre dernier refuge, avalé par la forêt vierge alentour. Les douze pirogues qui nous emmènent, longues d’une quinzaine de mètres, sont taillées dans des troncs d’arbres. Leurs proues sont finement sculptées de motifs érotiques représentant principalement des hommes enfilés les uns dans les autres, certains la tête en bas ! Nous sommes en route pour Otjanep, le cœur sauvage du redoutable pays Asmat, interdit aux étrangers depuis la disparition de Michael Rockefeller, en 1961. Notre inquiétude ne cesse de croître, nous imaginons déjà qu’un sort semblable nous est réservé ! Je suis déjà séparé de Bill Leimbach et de Lorne Blair, mes deux compagnons d’infortune. Nous avons chacun notre pirogue avec dix guerriers, entièrement nus, ramant debout, en cadence. Ils ont tous le nez percé d’objets étranges, coquillages ou petits os, et des plumes blanches sont plantées dans leurs cheveux crépus. Ils sont armés d’arcs et de flèches. De sinistres poignards sont attachés à leurs biceps par des ligatures de rotin, noires de crasse. Ce sont des os taillés en forme de longs stylets pointus, parfaits pour achever un ennemi. Ils ressemblent beaucoup aux tibias humains que j’ai pu observer au petit musée d’Agats, la mission catholique hollandaise. En effet, quelques missionnaires courageux vivent, ou plutôt survivent, éparpillés dans trois ou quatre villages de ces lieux, parmi les plus inhospitaliers de notre planète. Une centaine de clans hostiles, chasseurs de têtes et anthropophages de surcroît, sont disséminés dans la région. Ils sont en guerre permanente avec leurs voisins, depuis la nuit des temps, dit-on.

)