Récompense
16 pages
Français

Récompense

-

Description

Pourquoi est-ce que les cavaliers s’obstinent à pratiquer l’équitation malgré les risques de chutes, les fractures, les rigueurs de l’hiver, tous les impondérables qui font de l’équitation un sport pas tout à fait comme les autres ?

Un texte qui apporte quelques éléments de réponse.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 02 mars 2018
Nombre de lectures 1
EAN13 9782378120146
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Récompense
— Tu boites encore ! — Tu es mieux placé que quiconque pour le savoir, Docteur ; je te rappelle que c’est toi qui as recollé les quatre morceaux de ma jambe ! Dis-je en allant m’asseoir en face de son bureau — Oui, mais c’était la droite et tu boites de la gauche ! objecta mon vieil ami tout en refermant la porte de son cabinet avant d’aller prendre place à son tour — J’ai besoin d’une ordonnance. — Une ordonnance ? Tu n’as déjà plus d’antalgiques ? — Si, si, bien sûr ; mais tu peux me faire une ordonnance pour une radio ? C’est Isa… Tu sais comment elle est ; elle y tient absolument ; déjà, qu’elle me tanne pour arrêter… — Qu’est-ce qui t’est encore arrivé ? Ta femme a raison, laisse tomber tout ça, ce n’est plus de ton âge ; si toutefois il y a un âge pour se suicider par petits morceaux avec ces foutus canassons ! Vous, les cavaliers, pour un médecin, vous êtes insupportables ; j’en ai assez de vous réparer et vous voir revenir à nouveau cassés, avant même d’avoir pu vous oublier ! J’ai l’impression de perdre mon temps et pire, vous mettez ma vocation médicale en péril ! Tu mériterais que je triple mes honoraires. Franchement, c’est ton vieil ami qui te parle ; tu ne peux pas être raisonnable ? Tu te démolis pour tes cavalières et leurs chevaux, mais regarde les conséquences ! Tu parles d’une récompense ! Fais comme moi, bon sang ! Pastis, transat au soleil, un peu de golf, avec voiturette évidemment. Je ne l’ai pas laissé finir. Mon vieux camarade avait débité son flot de paroles d’abord avec colère ; il est vrai qu’il ne chômait pas pour remettre sur pied les accidentés de tous bords. Aussi, il estimait que les cavaliers en rajoutaient de trop ; jamais patients, toujours prêts à reprendre des risques avant d’être consolidés ! Mais...