Albertine disparue
224 pages
Français

Albertine disparue

-

Description

C'est au cours de l'été et de l'automne 1922 que Marcel Proust apporta des modifications décisives au manuscrit d'Albertine disparue. Personne, à ce jour, ne pouvait cependant en mesurer l'importance, car ce texte s'était, croyait-on, à jamais perdu. Il a fallu qu'un providentiel concours de circonstances permette d'en découvrir une version dans l'héritage de Madame Mante-Proust, et c'est ce texte qui est ici publié. Les proustiens y apprendront, avec émotion, que Proust lui-même souhaitait que la dernière version de son Albertine disparue fût plus brève, plus dense que celle dont on disposait jusqu'à présent. Par quelques retouches, ajouts, retraits, il infléchissait le sens du livre en y injectant ces "atomes de vérité" qui, à eux seuls, accroissent la rigueur d'une composition dont la splendeur prend ainsi son profil définitif. En 1925, son frère, le chirurgien Robert Proust, n'avait pas voulu éditer cette "vraie" Albertine disparue. De cette prudence, compréhensible dans le contexte d'alors, il était temps de s'émanciper et de livrer, enfin, à une avide postérité, l'ultime forme d'un chef-d'oeuvre.

Cette édition d'Albertine disparue a été établie par Nathalie Mauriac, arrière-petite-fille de Robert Proust, avec la collaboration d'Etienne Wolff.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 avril 2014
Nombre de lectures 40
EAN13 9782246795551
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

C'est au cours de l'été et de l'automne 1922 que Marcel Proust apporta des modifications décisives au manuscrit d'Albertine disparue. Personne, à ce jour, ne pouvait cependant en mesurer l'importance, car ce texte s'était, croyait-on, à jamais perdu. Il a fallu qu'un providentiel concours de circonstances permette d'en découvrir une version dans l'héritage de Madame Mante-Proust, et c'est ce texte qui est ici publié. Les proustiens y apprendront, avec émotion, que Proust lui-même souhaitait que la dernière version de son Albertine disparue fût plus brève, plus dense que celle dont on disposait jusqu'à présent. Par quelques retouches, ajouts, retraits, il infléchissait le sens du livre en y injectant ces "atomes de vérité" qui, à eux seuls, accroissent la rigueur d'une composition dont la splendeur prend ainsi son profil définitif. En 1925, son frère, le chirurgien Robert Proust, n'avait pas voulu éditer cette "vraie"
Albertine disparue. De cette prudence, compréhensible dans le contexte d'alors, il était temps de s'émanciper et de livrer, enfin, à une avide postérité, l'ultime forme d'un chef-d'oeuvre.

Cette édition d'Albertine disparue a été établie par Nathalie Mauriac, arrière-petite-fille de Robert Proust, avec la collaboration d'Etienne Wolff.