Après la nuit ...

Après la nuit ...

-

Français
108 pages

Description

Une sorte d'archéologie personnelle du deuil, une fervente observation de la nature dans ses métamorphoses saisonnières et la perception animiste de l'univers fondent ce récit d'une inter-connexion entre tous les êtres, entre les vivants et les morts, dans une continuité fluide qu'aucune rupture, même quand elle paraît définitive, ne peut rompre vraiment. Et au-delà ? La vie encore, revigorée, jaillissante, allègre !

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 16 avril 2019
Nombre de lectures 6
EAN13 9782140119422
Langue Français
Poids de l'ouvrage 16 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Sylviane Haesevoets Après la nuit… Récit
Rue des Écoles / Récits
APRÈS LA NUIT
Rue des Écoles La collection « Rue des Écoles » est dédiée à l’édition de travaux personnels, venus de tous horizons : historique, philosophique, politique, etc. Elle accueille également des œuvres de fiction (romans) et des textes autobiographiques. Déjà parus
De Beaucoudrey (Olivier),Le préfet est mort,roman, 2019. Wiame (Benjamin),Le barricadeur de mots, roman, 2019. Jeanningros (Maxime),Les miraculés magnifiques, roman, 2019. Pilloy (Richard),« Excusez-moi Mesdames », roman, 2019.
Boutrin (Théodore Harry),Les saveurs d’un congé bonifié, récit, 2019. Dieudonné,La chute, cette belle envolée, roman, 2019 Wallet (Jean-Marie),Bois flottés, roman, 2019. Locus (José),Rumeurs de la Soufrière, roman, 2019. Manuceau (Jean-Christophe),La désirée,roman, 2019. Seyler (Marie-Françoise),Attale, la tante bouchère, roman, 2019. Fainsilber (Liliane),Trois boutures de jasmin, roman, 2019. Tourné (Pierre-Jacques),L’hypnophobe, roman, 2019. Ces douze derniers titres de la collection sont classés par ordre chronologique en commençant par le plus récent. La liste complète des parutions, avec une courte présentation du contenu des ouvrages, peut être consultée sur le site www.editions-harmattan.fr
Sylviane Haesevoets Après la nuit… Récit
Du même auteur « Enseignante à Conakry », inJe m'appelle Conakry, Boubacar Yacine Diallo, L’Harmattan Guinée, 2017. © L’Harmattan, 2019 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-17453-2 EAN : 9782343174532
7
J’ai pour Nabuchodonosor les yeux d’Amytis
I Je suis née la nuit de Noël et je l’ai toujours ressenti comme une prédestination, dont seul mon destin accompli donnera la clef. Bien que le passage du temps lui ait enlevé un peu de sa magie, de toutes les fêtes de l’année, c’est Noël que je continue à privilégier dans mon cœur et dans mes pensées. Mon prénom ultime est Noëlie. On n’a pas retenu Désirée. Il suffisait d’ajouter uneau final prénom de mon père, mais personne n’y a pensé et Noëlie clôt pour l’éternité la série de mes prénoms. Dans mes souvenirs les plus anciens et les plus heureux se confondent, à jamais unis avec ferveur et au-delà de la mort même, mon anniversaire et mon père. Et pour ce dernier Noël, que nous passerons ensemble, tous ceux qui l’ont approché en mon absence ne m’ont-ils pas dit qu’il m’avait attendue ? L’aide sanitaire et le médecin n’ont-ils pas été stupéfaits de le voir littéralement ressusciter quelques heures après m’avoir vue de retour dans la maison ? Une dernière fois, nous passerons Noël ensemble. J’aurai un sursis de quelques jours : une veille de Noël vacillante comme la flamme d’une bougie moribonde, dont on conserve la faible lueur en l’emprisonnant au creux des mains jointes. Mon père, je le tiens au creux de mes mains, amaigri, recroquevillé sur lui-même, ne pouvant plus se soutenir qu’avec l’aide des coussins dont le lit est maintenant encombré, survivant pour moi, rien que pour moi. Autrefois, je pensais à Noël avec fébrilité et le temps qui m’en séparait me paraissait toujours trop long. Enfin venait le jour où je pouvais descendre du grenier la boîte qui contenait tous les objets brillants destinés à la décoration du sapin : ceux qu’on m’avait offerts l’année précédente, tout frais, et ceux que l’institutrice me donnait quand ils étaient défraîchis : ainsi un bonhomme de neige
9