Averroès ou le secrétaire du diable

Averroès ou le secrétaire du diable

-

Livres
304 pages

Description

Né en 1126 à Cordoue, il a connu la gloire puis la disgrâce, le respect des puissants puis l’exil et la clandestinité. Il a contribué à la légende de l’Andalousie musulmane, mais il a payé au prix fort les audaces de sa pensée.
Ses idées seront tout aussi violemment condamnées par l’Église que par les théologiens musulmans qui lui reprocheront – hérésie suprême – d’oser aborder la foi avec la raison, de refuser l’aveuglement dogmatique et l’usage des textes sacrés pour le seul bénéfice de quelques-uns. Traité en paria, menacé, c’est haï de tous qu’il mourra à Marrakech, à soixante-douze ans. Mais des siècles plus tard son œuvre demeure plus vivante que jamais.
Il s’appelait Averroès.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 18 octobre 2017
Nombre de lectures 0
EAN13 9782213685335
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Signaler un abus
Image de couverture : © iStock Couverture : Sébastien Cerdelli
© Librairie Arthème Fayard, 2017 ISBN : 978-2-213-68533-5
DU MÊME AUTEUR :
Avicenne ou la route d’Ispahan, Denoël, 1989 ; Folio, 1990. L’Égyptienne, Denoël, 1991 ; Folio, 1993. La pourpre et l’olivier, Denoël, 1992 ; Folio, 1994. La fille du Nil, Denoël, 1993 ; Folio, 1995. Le livre de saphir, Denoël, 1996 ; Folio, 1997. Le dernier pharaon, Pygmalion, 1997 ; J’ai Lu, 2000. L’enfant de Bruges, Gallimard, 1999 ; Folio, 2001. o Le livre des sagesses d’Orient1, 2000., Éditions N À mon fils : à l’aube du troisième millénaire, Gallimard, 2000 ; Folio, 2003. Des jours et des nuits, Gallimard, 2001 ; Folio, 2002. L’ambassadrice, Calmann-Lévy, 2002 ; Le Livre de poche, 2003. Les silences de Dieu, Albin Michel, 2003 ; Le Livre de poche, 2005. Akhenaton : le dieu maudit, Flammarion, 2004 ; Folio, 2005. Un bateau pour l’enfer, Calmann-Lévy, 2005 ; Le Livre de poche, 2006. La reine crucifiée, Albin Michel, 2005 ; Folio, 2007. Le colonel et l’enfant-roi : mémoires d’Égypte, Lattès, 2006 ; Folio, 2008. Moi, Jésus, Albin Michel, 2007 ; J’ai Lu, 2010. La dame à la lampe : une vie de Florence Nightingal e, Calmann-Lévy, 2008. Erevan, Flammarion, 2009 ; J’ai Lu, 2010. Inch’Allah I : Le souffle du jasmin, Flammarion, 2010 ; J’ai Lu, 2011. Inch’Allah II : Le cri des pierres, Flammarion, 2010 ; J’ai Lu, 2011. Impressions d’Égypte, La Martinière, 2011. Douze femmes d’Orient qui ont changé l’histoire, Pygmalion, 2011 ; J’ai Lu, 2013. L’homme qui regardait la nuit, Flammarion, 2012 ; J’ai Lu, 2014. Les nuits du Caire, Arthaud, 2013. La nuit de Maritzburg, Flammarion, 2014 ; J’ai Lu, 2015. L’aigle égyptien : Nasser, Tallandier, 2015. Douze passions amoureuses qui ont changé l’histoire, Pygmalion, 2015. Le petit livre des grandes coïncidences2015 ; Le Livre de, Télémaque, poche, 2016. L’envoyé de Dieu, L’Archipel, 2015. La découverte du tombeau de Toutankhamon, Larousse, 2016 Inch’Allah III : Les cinq quartiers de la lune, Flammarion 2016 ; J’ai Lu, 2017. Irena Sendlerowa : Juste parmi les nations, Don Quichotte, 2016. Le sabre d’Allah, Robert Laffont, 2016.
AVERTISSEMENT
Devant la profusion de noms de personnages, de lieux et de dates cités par Averroès dans leur grap hie arabe, nous avons opté, chaque fois que cela fut possible, pour leurs équivalences latines afin de rendre la lecture plus accessible.
Le calife al-Ma’mun vit en songe un homme au teint clair coloré de rouge, au front large ; ses sourcils se rejoignaient ; il avait la tête chauve et les yeux bleu foncé, ses manières étaient affables ; il était assis dans la chaire. J’étais, dit al-Ma’mun, tout contre lui et j’en fus rempli de crainte. Je lui demandai : « Qui es-tu ? » Il me répondit : « Je suis Aristote. » Cela me réjouit et je lui dis : « Ô sage, je vais te questionner. » Il me dit : « Questionne. » Je lui dis : « Qu’est-ce que le bien ? » Il me répondit : « Ce qui est bien selon la raison. » Je lui dis : « Et après ? » Il répondit : « Ce qui est bie n selon la Révélation. » Je lui dis : « Et après ? » Il me rép ondit : « Ce qui est bien aux yeux de tous. » Je lui dis : « Et après ? », il me répondit : « Après il n’y a pas d’après. »
Al Nadîm,Kitâb al fihrist.