Brève de Russie

Brève de Russie

-

Livres
131 pages

Description

Court roman écrit en 1996 avec pour décors Pétersbourg sous la neige, à l'arrière plan une guerre toujours d'actualité et au premier plan un personnage prisonnier de l'histoire de son pays tel un insecte fossile pris dans une goutte de résine.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 15 juin 2011
Nombre de lectures 40
EAN13 9782748103540
Langue Français
Signaler un abus
Avertissement de l’éditeur manuscrit.com  maison d’édition francophone  a pour vocation de réunir les conditions idéales pour que tous les manuscrits trouvent leur public. Pour ce faire, manuscrit.com s’est doté du plus grand réseau de lecteurs professionnels : composé de libraires et de critiques, il est entièrement voué à la découverte et à la promotion d’auteurs de talents, afin de favoriser l’édition de leurs textes. Dans le même temps, manuscrit.com propose  pour accélérer la promotion des oeuvres  une diffusion immédiate des manuscrits sous forme de fichiers électroniques et de livres imprimés. C’est cette édition que le lecteur a entre les mains. Les imperfections qu’il y décèlera peutêtre sont indissociables de la primeur d’une telle découverte.
manuscrit.com 5 bis rue de l’asile Popincourt 75011 Paris Téléphone : 01 48 07 50 00 Télécopie : 01 48 07 50 10 www.manuscrit.com contact@manuscrit.com
Brève de Russie
© manuscrit.com, 2001 ISBN: 2748103556 (pour le fichier numérique) ISBN: 2748103548 (pour le livre imprimé)
Katka Bounine
Brève de Russie
ROMAN
" Tout est leurre, tout est rêve. Tout est autre qu’il y parait." Nicolas Vassilievitch Gogol.
2
UN MOIS DE MARS, A SAINT PETERSBOURG.
7
LE PREMIER JOUR:
Ce n’est plus la nuit, pas encore le jour. Une lu mière incertaine monte de la mer et des toits enneigés des fumées s’élèvent en volutes opaques qui s’étirent et se déchirent dans un ciel sombre, transparent. Mais la ville dort encore, repliée sur ses places noires, ses ruelles obscures et, figée par le froid, la Néva fond son espace pur et blanc dans l’ombre de la rive gauche. Ensevelies sous les neiges sales ses Îles respirent à peine. Au milieu d’un parc à l’ordonnance glacée, seule l’académie de médecine militaire brille de toutes se fe nêtres éclairées et derrière les murs épais de sa façade givrée, un cercle attentif de blouses vertes suspend son souffle aux gestes d’un homme. Grand, maigre et un peu voûté, il se redresse et parcourt l’assistance d’un re gard clair logé dans des orbites profondes. D’une voix sourde il énonce: Le coeur et la balle battent ensembles. Comme s’ils étaient faits l’un pour l’autre… Ancien médecin consultant principal (1 ), Professeur à l’Institut et Che valier de nombreux ordres soviétiques, Lev est à la re traite depuis longtemps. Mais, parce qu’il est le seul à savoir le faire, ce matin il est là pour délivrer un coeur qui a oublié de mourir de la balle qui le transperce. Quand il est arrivé certains ont ri en douce de ses cheveux longs et blancs retenus derrière la nuque par un élastique et dans son dos l’expression " vieux cin glé "a circulé. Maintenant ceux qui l’entourent ont les
9
Brève de Russie
yeux fixés sur ses mains et tout près, dans les couloirs qui sentent le chou et la kacha (2), les caméras de la té lévision russe plus que jamais à l’affût d’un beau geste, attendent déjà.
3
Lev prend une grande inspiration et dans le si lence simplement troublé par le halètement discret d’un respirateur, il se remémore une prière enfantine. Celle du petit oiseau qui demande au Seigneur de le protéger du vent et de la pluie; de détourner de lui les balles des chasseurs et de le guider loin des filets tendus dans les arbres. Il ne se souvient pas de toutes les paroles mais une bouffée d’azur, une sérénité soudaine le submerge et, sans trembler, il prend au cœur la balle avec laquelle il semblait si bien s’entendre. La balle avait rencontré le cœur dans les ruines encore fumantes d’un combat de rue, à Grozny, maintenant elle se balance dans un récipient de porcelaine blanche et de nouveau le cœur bat seul. Comme au spectacle des applaudissements éclatent mais il ne salue pas. Sa tête est vide. Sa voix qu’il ne reconnaît pas livre aux journalistes les phrases qu’ils sont venus entendre. Son dos et ses yeux lui font mal. Depuis bien longtemps il n’a plus l’habitude de soutenir une telle tension nerveuse et maintenant qu’elle est retombée, il éprouve une étrange tristesse. Il a beau se dire qu’après tant d’années passées loin des blocs opératoires, il vient de réaliser une performance, il est trop las pour en être fier. Il n’a qu’une envie: se retrouver seul pour faire des grimaces. Il laisse ceux qui l’entourent fêter l’événement à grand renfort de bouteilles déjà ouvertes, refuse un taxi et décide de revenir chez lui à pied.
10