Brèves drolatiques de montagne

Brèves drolatiques de montagne

-

Livres
136 pages

Description

Après avoir publié quatre romans, Liliane Rodrigues propose à ses lecteurs un recueil de seize nouvelles empreintes de réalisme, d’humour, de bizarrerie ou de surnaturel. Chacune de ces histoires se déroule en montagne, sur les hauts plateaux d’Auvergne, avec pour cadre un bel été, un hiver neigeux ou un délicieux printemps. Pour tisser la trame de ses récits, la romancière s’est inspirée de la vision subjective qu’elle a de la réalité quotidienne dans la région montagneuse qu’elle habite et a transposé cette perception dans un monde mi-réel mi-fantastique.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 09 février 2012
Nombre de lectures 84
EAN13 9782748377200
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Du même auteur
Un Juste haïssable (2009)
Jackpot sentimental(2010)
Le délire extatique du papillon(2010)
Les Sérénissimes outragées(2011)
Liliane Rodrigues
BRÈVES DROLATIQUES DE MONTAGNE
 
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur :
http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France
IDDN.FR.010.0116839.000.R.P.2011.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication par Mon Petit Éditeur en 2012
Retrouvez lauteur sur son site Internet : http://liliane-rodrigues.blog4ever.com
Je dédie ce livre à Claudette, ma très chère sur.
Les autres Du haut de ses vingt-sept ans pétris darrogance, la belle, ultra-chic et brillante Carole avait de plus en plus de mal à sup-porter les autres. Quel que soit leur sexe, leur âge, leur activité ou leur nationalité, les autres lui semblaient égoïstes, stupides, malveillants, menteurs et hypocrites. Depuis longtemps déjà, la célèbre petite phrase de Jean-Paul Sartre, «Lenfer, cest les autres », était imprimée en lettres de feu dans son esprit. « Le plus ennuyeux, cest quils sont partout, songeait-elle parfois avec découragement. Je les subis dans ma propre fa-mille, sur mon lieu de travail, à chaque coin de rue, dans les magasins, sur les routes, dans les trains, les avions et même sur le Web, puisque des hordes de cyberbavardeurs encombrent ma messagerie. » Les rares fois où elle daignait faire acte de présence dans la ferme familiale nichée au pied du puy de Sancy, elle se disait : « Jusque dans ce trou perdu, les gens du village trouvent le moyen de me porter sur le système. Hommes, femmes ou en-fants, tous me regardent comme une extraterrestre Ras-le-bol des autres ! » Le matin même, en allant acheter du pain frais dans lunique épicerie du bourg, elle navait pas manqué de se faire cette réflexion une fois de plus. Sans raison apparente, maintenant quelle était seule dans la cuisine de la vieille maison, occupée à allumer les petites bou-gies disposées sur le gâteau danniversaire de sa grand-mère, une comparaison osée par Gustave Flaubert lui revint en mémoire :
9
BRÈVES DROLATIQUES DE MONTAGNE
«pullule ainsi sur le globe, comme une sale poignée de mor-Lhumanité pions sur une vaste motte ». elle était étudiante, cest avec Quand une délectation féroce quelle avait fait sienne cette pensée de lours solitaire quétait lécrivain. Il est vrai quà lépoque, ses professeurs et ses soi-disant bonnes copines avaient déjà le don de lexaspérer au plus haut point. Les premiers du fait que, se-lon elle, leur quotient intellectuel nétait pas à la hauteur des exigences élevées quils imposaient aux élèves ; les autres, en raison de leur caractère changeant et trop souvent puéril. Tu en mets du temps ! observa son frère en faisant irrup-tion derrière elle. Grouille-toi !  Disparais de ma vue ! rugit-elle avec la folle envie de lui jeter le gâteau à la figure. Dès que le garçon eut tourné les talons, une mouche vint se poser sur la table, à une dizaine de centimètres de la pâtisserie. Cédant à une pulsion sadique, cest avec une extrême lenteur que Carole approcha des ailes de linsecte lallumette enflammée quelle tenait entre ses doigts, mais celui-ci senvola avant quelle nait eu la satisfaction de le transformer en torche vivante.  Sale bête ! lança-t-elle avec dépit. Lorsque le gâteau rutilant de lumière fit son entrée dans la salle à manger, il fut accueilli par de joyeux applaudissements. Sans se départir de son sempiternel air sérieux, Carole alla dé-poser le Royal au chocolat sur la table, sous le nez de Mamie Ginette. Les yeux rivés sur les petites flammes, la vieille dame attendit que sa fille, son gendre ou lun de ses trois petits-enfants  tous venus de la ville pour fêter avec elle ses soixante-dix-huit ans  lui enjoigne de souffler ses bougies.  Où est Michael ? demanda alors le père dun air mé-content  Il ne doit pas être loin, répondit Carole en haussant les épaules. Il y a quelques secondes, il est venu me casser les pieds dans la cuisine.
10