//img.uscri.be/pth/896629613f3e4e325173fe6a19ab5f00c5043f5d
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Ce qu'on entend quand on écoute chanter les rivières

De
304 pages

" Le monde s'achève sans cesse autour de nous. Chaque mesure de notre partition appartient déjà au souvenir et à l'imagination au moment où nous la jouons. Autant l'écouter. "


C'est une soirée paisible à Salisbury. Quand soudain, non loin de la majestueuse cathédrale, un fracas de tôle froissée déchire le silence. Autour d'un banal et tragique accident de la route, cinq vies vont entrer en collision. Il y a Rita, gouailleuse et paumée, qui vend des fleurs au marché – et un peu d'herbe pour arrondir ses fins de mois. Il y a Sam, un garçon timide en proie aux affres des premières amours tandis que son père tombe gravement malade. George, qui vient de perdre sa femme après quarante ans d'une passion simple. Alison, femme de soldat esseulée qui sombre dans la dépression et se raccroche à ses rêves inassouvis. Et puis il y a Liam, qui du haut des remparts observe toute la scène.


Cinq personnages, comme les cinq rivières qui jadis se rencontrèrent à l'endroit où se dresse aujourd'hui la ville. Cinq destins, chacun à sa manière infléchi par le drame. Cinq vies minuscules, qui tour à tour prennent corps et voix pour se hisser au-delà de l'ordinaire et toucher au miraculeux.


Roman traduit de l'anglais par Karine Lalechère





Barney Norris est né dans le Sussex en 1987 et a grandi à Salisbury. À la fin de ses études, il fonde la compagnie théâtrale Up In Arms et monte ses premières pièces, Eventide et Visitors, qui lui valent de nombreuses récompenses et l'imposent d'emblée en Angleterre comme l'un des jeunes dramaturges les plus doués de sa génération. Ce qu'on entend quand on écoute chanter les rivières est son premier roman.


Karine Lalechère est traductrice depuis 2001. Titulaire d'un DESS de traduction littéraire, elle a appris l'anglais en faisant la cuisine sur un voilier de croisière en Turquie. Elle a traduit notamment Patrick McGuinness, Karen Joy Fowler et Ta-Nehisi Coates. Après avoir vécu à Londres et à New York, elle habite et travaille aujourd'hui à Paris.





" Barney Norris : retenez ce nom. À trente ans seulement, il signe un premier roman remarquable. " The Times


" Bouleversant. " The Guardian


" Une écriture merveilleuse, capable de sonder l'ordinaire pour en faire surgir des richesses exceptionnelles. Un écrivain déjà mémorable, d'une maturité rare pour son âge. " Sunday Times


" Le premier roman de Barney Norris, tout autant que son œuvre théâtrale, témoigne d'une grande finesse et d'une intense puissance d'émotion. " David Hare


Voir plus Voir moins
CE QU’ON ENTEND QUAND ON ÉCOUTE CHANTER LES RIVIÈRES
BARNEY NORRIS
CE QU’ON ENTEND QUAND ON ÉCOUTE CHANTER LES RIVIÈRES
r o m a n
TRADUIT DE L’ANGLAIS (GRANDE-BRETAGNE) PAR KARINE LALECHÈRE
ÉDITIONS DU SEUIL e 25, bd RomainRolland, Paris XIV
Titre original :Five Rivers Met on a Wooded Plain Éditeur original : Doubleday / Transworld Publishers, London © Barney Norris, 2016 N original : 978-0-857-52372-3 ISB
L’exergue : George Eliot,Middlemarch,traduit et annoté par Sylvère Monod © Éditions Gallimard/Folio 4305
 978-2-02-134017-4 ISBN
Ce titre est également disponible en e-book sous l’e-pub 978-2-02-134015-0
© Éditions du Seuil, août 2017, pour la traduction française
LE CODE DE â PROPRIÉÉ INEEçUEE INERDI ES çOPIES OU REPRODUçIONS DESINÉES À UNE UIISâION çOEçIVE. TOUE REPRÉSENâION OU REPRODUçION INÉGRâE OU PâRIEE FâIE PâR QUEQUE PROçÉDÉ QUE çE SOI, SâNS E çONSENEMEN DE ’âUEUR OU DE SES âyâNS çâUSE, ES IIçIE E çONSIUE UNE çONREFâÇON SâNçIONNÉE PâR ES âRIçES L.335-2 E SUIVâNS DU CODE DE â PROPRIÉÉ INEEçUEE.
www.seuil.com
À Charlie
On ne s’attend pas à voir les gens s’émou-voir profondément de ce qui n’est pas exceptionnel.Lélémentdetragédiequirésidedans le fait même de la fréquence n’a pas encore pénétré dans les émotions grossières de l’humanité, peut-être notre constitution ne pourrait-elle guère en supporter une forte dose. GEORGE ELIOT,Middlemarch