D'une vie à l'autre RECIT

-

Livres
87 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Une petite ville au bord d'un lac entouré de montagnes comme décor pour mettre en scène quatre personnages. Maxime, Léda, Robert et Suzanne se retrouvent pour un dernier adieu à Lou, une amie commune. Les souvenirs de chacun enrichiront cette journée bien particulière.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juillet 2011
Nombre de lectures 36
EAN13 9782296465725
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0062€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

D’une vie à l’autre




























© L’Harmattan, 2011
5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-296-55240-1
EAN : 9782296552401

Pauline Seigneur

D’une vie à l’autre

récit

L’Harmattan

Chapitre 1

ls sont assis côte à côte sur le banc de l’église.
DiscrèteI
ment, ils se penchent pour se compter, se rassurer. Ils sont
tous là, Suzanne, Léda, Maxime. Robert lève les yeux vers
la chaire où trône le pasteur. Sa voix forte s’envole sous les
voûtes, s’accroche aux croisées d’ogive, retombe et se pose
en douceur sur le cercueil où s’épanouit un beau lis blanc.
Les orgues tonitruantes assourdissent les condoléances des
inconnus qui défilent, le pas lent, la tête penchée sous le
poids de la compassion, un pauvre sourire coincé entre leurs
lèvres sèches.
Au bord de la tombe, l’odeur de la terre fraîchement
retournée, mêlée à la suavité fade des gerbes de fleurs déjà
fanées soulève le coeur de Suzanne.
— Lou qui n’aimait que les fleurs des champs !
Désolée, Suzanne se tourne vers Léda qui, un doigt
sur la bouche, la fait taire.
Une bénédiction marmonnée et c’est l’envoi au ciel.
— Elle s’y tient déjà ! affirme Maxime, bouleversé.
A l’horizon la barre des montagnes, telle une
frontière infranchissable, brise l’étendue du lac. Pas d’échappée
belle vers l’au-delà. Maxime songe aux cimetières marins...
Les tombes dévalent la pente, invitant leurs locataires à
l’em

8 D’UNE VIE À L’AUTRE

barquement pour des croisières sempiternelles sans
débarcadères.
Ici l’alignement au cordeau des pierres dressées entre les
cyprès mortifères invite à un repos bien rasant.

Il faut bien se saluer et se mettre en route. Suzanne et
Maxime ensemble. Derrière Robert traîne les pieds. Léda
le suit, déjà préoccupée par sa prochaine création dédiée à
Lou, une grande croix taillée dans un bloc de verre.
Avant de quitter l’esplanade, ils se retournent pour un
dernier adieu à Lou prisonnière des entrailles de la terre. Sur
le clocher de l’église flotte le drapeau de la ville. Suzanne le
souhaiterait en berne, Lou aurait bien mérité cet hommage.

Entre exaspération et reconnaissance les gens de
la ville ne savaient quel parti prendre. Lou avait créé des
oeuvres sociales inédites et performantes hors des
procédures habituelles. Ses propositions audacieuses agaçaient.
Lou défendait la sauvegarde des vieux quartiers, la
reconversion en parc de loisirs des friches industrielles encerclant
la bourgade.
Ses projets concernaient surtout l’accompagnement
et le bien-être des enfants. Elle leur avait réservé une chambre
dans son appartement pour mettre en oeuvre une garderie à
sa façon. Dès le seuil franchi, les enfants enlevaient de leur
cou la chaîne où pendait la clé de leur maison. Libérés, ils
s’adonnaient à des jeux bizarres mais combien amusants.
Rien n’altérait leur plaisir d’être pris en défaut d’hilarité et
d’émerveillement.