Enchanter les peut être

-

Livres
104 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L'étonnement scientifique rejoint aujourd'hui l'étonnement poétique. Plongé dans un environnement mystérieux qui l'émerveille ou l'écrase, le poète se doit d'interroger non seulement les détours de sa conscience mais la complexité de l'univers dans lequel l'humanité poursuit son évolution incertaine ponctuée de peut-être. Maurice Couquiaud poursuit ici sa quête d'images et d'émotion, qui l'avait conduit à collaborer avec l'astrophysicien Jean-Pierre Luminet.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 04 février 2017
Nombre de visites sur la page 9
EAN13 9782140028878
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0075 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Maurice Couquiaud
ENCHANTER LES « PEUTÊTRE »
Essai poétique sur le principe d'incertitude
Préface de JeanPierre Luminet
Enchanter les « peut-être »
Maurice Couquiaud
Enchanter les « peut-être »
Essai poétique sur le principe d’incertitude
Préface de Jean-Pierre Luminet
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.harmattan.fr
ISBN : 978-2-343-10992-3 EAN : 9782343109923
Personne n’est plus redoutable
que celui qui n’a jamais douté
Jacques Sternberg
AVANT-PROPOS Discours de Saint-John-Perse lors du banquet de réception de son prix Nobel : «Lorsque les philosophes eux-mêmes désertent le seuil métaphysique, il advient au poète de relever là le métaphysicien ; et c’est la poésie alors, non la philosophie, qui se révèlela vraie fille de l’étonnement,selon l’expression du philosophe antique à qui elle fut la plus suspecte». J’ai choisi de placer en tête de ce nouvel essai leManifeste du poète étonnéque j’ai diffusé en 1976 de modeste façon sur un certain nombre d’exemplaires polycopiés, adressés aux revues, aux poètes contemporains les plus renommés, aux poètes peu connus que j’estimais depuis quelques années. Cet appel avait besoin d’être largement développé. Je savais que dès l’antiquité l’étonnement était apparu comme une source essentielle de la philosophie. J’ai très tôt réalisé que les temps modernes devaient admettre comme Saint-John-Perse que cette source était multiple, qu’elle nous avait offert le développement des branches diverses de la connaissance, l’effervescence des arts, le cours des sensibilités diverses dans la littérature À cette époque ma rencontre avec le poète Gérard Murail fut déterminante, puisque, m’encourageant et soutenant ma démarche, il me fit d’abord entrer dans le comité de la revue phréatique,avant de me propulser plus tard à la fonction de rédacteur en chef. Cette publication avait pour ambition première de diffuser le meilleur de la poésie contemporaine et de donner
9