Enculée

Enculée

-

Livres
162 pages

Description

Éloge de l’amour et de la sodomie, Enculée est un roman indécent et doux.

« Tu me parles : “Crois-tu que je suis normale ? Tu sais je crois que je ne suis pas normale. Ce n’est pas sain d’aimer autant faire l’amour comme ça. J’aime ça plus encore que par la voie normale. C’est pas normal, dis ?” J’ai envie de te dire que je m’en fous. »

Les jeunes filles modernes n’ont rien perdu de leur grande fascination pour l’amour, bien au contraire, elles l’étendent à toutes pratiques généreuses en inversions, transgressions, passions coquines. Et celle-ci, l’amie du narrateur, n’y déroge pas qui, dans une nuit de tendresse, se donne à son amant par devant et par derrière en se faisant du bien. Mais pousser l’amour dans ses retranchements, c’est aussi prendre le risque de révéler une certaine aporie du charnel qui, sous la « philosophie dans le boudoir », laisse poindre la « fin d’une liaison ».

Arrangeant un vocabulaire sexuel, cru et réaliste, en phrases lentes promenées dans des paragraphes concis, se délassant de dialogues, Enculée fait de la pornographie un exercice grave et rêveur.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 20 août 2008
Nombre de lectures 90
EAN13 9782234066250
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Éloge de l’amour et de la sodomie, Enculée est un roman indécent et doux.
« Tu me parles : “Crois-tu que je suis normale ? Tu sais je crois que je ne suis pas normale. Ce n’est pas sain d’aimer autant faire l’amour comme ça. J’aime ça plus encore que par la voie normale. C’est pas normal, dis ?” J’ai envie de te dire que je m’en fous. »
Les jeunes filles modernes n’ont rien perdu de leur grande fascination pour l’amour, bien au contraire, elles l’étendent à toutes pratiques généreuses en inversions, transgressions, passions coquines. Et celle-ci, l’amie du narrateur, n’y déroge pas qui, dans une nuit de tendresse, se donne à son amant par devant et par derrière en se faisant du bien. Mais pousser l’amour dans ses retranchements, c’est aussi prendre le risque de révéler une certaine aporie du charnel qui, sous la « philosophie dans le boudoir », laisse poindre la « fin d’une liaison ».
Arrangeant un vocabulaire sexuel, cru et réaliste, en phrases lentes promenées dans des paragraphes concis, se délassant de dialogues, Enculée fait de la pornographie un exercice grave et rêveur.