Entre le pays et le lointain horizon

Entre le pays et le lointain horizon

-

Français
121 pages

Description

Thiékolon est un homme immergé dans la foule des héros anonymes. Cultivateur de son état, chasseur au gré des saisons, cet homme était un fin connaisseur des arbres de la savane boisée et des propriétés médicinales de leurs racines et il avait la faculté de sonder les mystères de l'existence et de prédire l'avenir. Thiékolon avait prédit la naissance d'un enfant de sexe masculin, appelé à avoir un grand destin, dont les traits de caractère ressembleraient, à bien des égards, à celui de Magan Soundjata Keïta : le sauveur de sa communauté...

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 23 décembre 2019
Nombre de lectures 53
EAN13 9782140138584
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

Mahamadou DiakhitéENTRE LE PAYS ET LE LOINTAIN HORIZON
hiékolon est un homme immergé dans la foule
des héros anonymes. Cultivateur de son état, Tchasseur au gré des saisons, cet homme était un
fin connaisseur des arbres de la savane boisée et des
propriétés médicinales de leurs racines à une époque
où il pleuvait abondamment au Sahel et la sécheresse y ENTRE LE PAYS
était inconnue. Il avait la faculté de sonder les mystères
de l’existence et de prédire l’avenir.
Thiékolon avait prédit la naissance d’un enfant de sexe ET LE LOINTAIN masculin, appelé à avoir un grand destin, dont les traits
de caractère ressembleraient, à bien des égards, à celui de
Magan Soundjata Keïta : le sauveur de sa communauté. HORIZONL’enfant naquit à l’aube d’un lundi où la veille, à l’entame
de cette saison des pluies qui poignait, le village faillit se
Romanconsumer sous les fammes. On fnit par lui donner le nom
de Ndiollo, alias Mamady Amakoy Imamoy Amamara.
Il se révéla être un brillant élève à l’école. Il aura même, à
l’Université, la prestigieuse bourse étrangère lui permettant
de sortir de son pays natal et continuer ses études dans des
Universités européennes. Tout va bien alors dans le meilleur
des mondes jusqu’à ce qu’il se trouve, par un concours de
circonstances malheureux, sans papiers, sans le sou et à la
rue à Zanussi.
Mahamadou Diakhité est titulaire d’un doctorat
en Études portugaises, brésiliennes et de l’Afrique
lusophone, Actuellement, il est Maître de Conférences
assimilé à l’UCAD de Dakar. Il est l’auteur de Levantado
do Chão, de José Saramago : une poétique de
l’exclusion (L’Harmattan, 2014).
Illustration de couverture : © rawpixel - Thinkstock
ISBN : 978-2-343-18998-7
14 €
Mahamadou Diakhité
ENTRE LE PAYS ET LE LOINTAIN HORIZON













Entre le pays
et le lointain horizon

Roman





Mahamadou DIAKHITÉ
Entre le pays
et le lointain horizon
Roman © L’Harmattan-Sénégal, 2019
10 VDN, Sicap Amitié 3, Lotissement Cité Police, DAKAR
http://www.harmattansenegal.com
senharmattan@gmail.com
senlibrairie@gmail.com
ISBN : 978-2-343-18998-7
EAN : 9782343189987 Dédicace
Merci à la Providence de nous avoir aidé à terminer ce
travail et d’avoir facilité notre tâche.
À la mémoire de ma maman, Fanta Camara : celle à qui
je dois tout et par qui tout est advenu. Maman, tu n’étais pas
seulement la brave dame qui m’a mis au monde, mais tout
au long de ton existence, jusqu’au dernier souffle, tu as été
une maman aimante, protectrice. Tu étais aussi mon amie,
ma conseillère, ma confidente. Hélas, nous, nous t’aimons,
certes, d’un amour sincère et profond, mais l’amour que le
Créateur Suprême, l’Unique Souverain, a pour toi est plus
grand encore. Ainsi il a été décrété que tu devais nous
quitter ce dimanche 29 juillet 2018, soit exactement un peu
plus de cinq ans après mon retour au bercail. Ton souvenir
ainsi que l’amour que nous avons pour toi restent à jamais
gravés dans nos pensées, dans nos cœurs et au plus profond
de notre être. Vous avez été, toi et Papa, les premiers à avoir
7 cru en nous. Pour cela et pour tant d’autres choses encore,
nous te disons : merci, Maman. Un grand merci. Et de ce fait,
et pour tant d’autres raisons, nous te dédions ce livre. Le
petit enfant que tu as engendré et dont tu te souciais tant est
devenu un homme accompli, prêt à perpétuer les idéaux de
droiture, de bonté, de loyauté, de dignité, de courage, mais
surtout d’humilité, quelques-unes des vertus cardinales que
tu n’as jamais cessé de nous prodiguer, à nous, tes enfants,
mais également à tous les autres enfants de notre terroir.
Puisse Allah l’Omnipotent t’accueillir parmi ceux qui L’ont
agréé et que Lui-même agrée en son Paradis le plus haut.
Amin.
À mon père, Hamidou Diakhité, l’exemple, la référence
absolue. Celui qui non seulement nous a inscrit à l’école,
mais également nous y a maintenus et a toujours cru en
nous. Tu as su également nous inculquer les valeurs
d’honnêteté, de dignité, de droiture, de courage et de travail,
d’honneur et d’humilité. La sagesse dont tu as toujours fait
montre, toi, le petit-fils de Sellou Diakhité, le premier chef
de village de Botou, mon village natal, fait de toi un homme
respectueux des principes et très respecté de toute la
communauté. Puisse Allah te garder encore longtemps à
nos côtés pour continuer à nous éclairer par ton affection et
tes sages conseils.
À la mémoire de ma tante, Mariama Camara, la dame
généreuse.
8 À mes sœurs et frères : Awa Diakhité, Oulèye Diakhité,
Fatou Diakhité, Boubacar Diakhité, Ibrahima Diakhité,
Alphousseynou Diakhité et Abdou Diakhité.
À ma douce moitié, ma confidente, mon amie : Diénéba
Ndiaye, pour son amour, son soutien et sa patience
inconditionnels et désintéressés à mes côtés.
À ma fille, Fatoumata Bintou Diakhité.
À Mame Bou Kounta – mon ami, frère et guide – et à
Fodé Diaby.
À ma tante, Nanding Camara, la matriarche.
À mes cousines et cousins : Moussa Diakhité, Ibrahima
Coulibaly, Séga Sakhanoko, Adama Sakhanoko, Bakhoba
Fofana, Awa Coulibaly, Alhassane Coulibaly, Aminata
Coulibaly, Sylla Coulibaly.
À toutes les familles Diakhité au Sénégal, en Guinée et en
France.
À mes collègues de l’Université Cheikh Anta Diop de
Dakar : Angone Odome Ferdulis Zita, Bâ Tapsir, Diawara
Ibrahima, Haydara Abou, Horta José Manuel, Kassé Mallé,
Kébé Amet, Kébé Sérigne Mahanta, La Torraca Umberto,
Mbaye Djibril, Mbengue Adama, Ndour Georgette, Ndour
Paul NGor Mack, Noumbissi Nzachée, Samb Fatime,
Soumaré Adama, Thiam El Hadji Omar, ainsi que les
secrétaires (Mesdames Coly, Sarr, Diop, etc.) ; à l’ensemble
des autorités académiques de l’UCAD, Monsieur le Recteur,
Président de l’Assemblée de l’Université, le Professeur
Ibrahima Thioub, Monsieur le Doyen de la Faculté des
9 Lettres et Sciences humaines, Pierre Sarre, Monsieur
l’Assesseur, Alioune Badara Kandji, sans oublier l’ensemble
des autres collègues des autres Départements de l’UCAD, le
personnel administratif et technique et tous les étudiants de
ladite institution, particulièrement ceux du Département de
Langues et Civilisations romanes.
Au corps professoral de l’université Paris IV-Sorbonne :
Madame le Professeur Maria Graciete Besse (ma directrice
de thèse), Monsieur le Professeur Sadi Lakhdary, Madame
le Professeur Nancy Berthier, Monsieur José Leonardo
Tonus, Madame Lucette Petit, Madame Myriam Bennaroch,
Monsieur Pierre Blasco, Monsieur Alexandre Cunha
Fernandes.
À Mesdames les Professeurs : Clara Rocha, Maria Helena
Araújo Carreira, Maria Luísa Álvares Pereira.
À mes amis d’Emmaüs Toulouse : Paul Hartmann,
Albert Sorror, Sylvie Monnier, Edwige Damman Gassette.
Aux Docteurs : Julien Caillot, Monduit de Caussade,
Bruno Rossignol, Mohamed Zouhry.
À Mesdames Catherine Dormoy, Nathalie Carrette,
Sophie Roidot de l’université Paris IV -Sorbonne.
À toutes et à tous vont mes sincères remerciements ainsi
que ma profonde gratitude.

10 Clôturés, emmurés
Captifs d’une terre autrefois bénie
Et qui n’a plus que sa faim à bercer
Passeports, certificats d’hébergement, visas
Et le reste qu’ils ne nous disent pas
Sont les nouvelles chaînes de l’esclavage
Relevé d’identité bancaire
Adresse et origines
Critères de l’apartheid moderne
L’Afrique, mère rhizocarpée, nous donne le sein
L’Occident nourrit nos envies
Et ignore les cris de notre faim
Génération africaine de la mondialisation
Attirée, puis filtrée, parquée, rejetée, désolée
Nous sommes les Malgré-nous du voyage
Fatou Diome, Le Ventre de l’Atlantique, 2003, p. 216-217.
11