Et si tu n

Et si tu n'existais pas

-

Français
352 pages

Description

Mais qu’est-ce que Tristan a fait au ciel pour avoir une famille pareille  ? À chaque fois, il doit répondre à la question rituelle  : «  Alors, toujours célibataire  ?  » Exaspéré de devoir se justifier, le trentenaire s’invente une petite amie. Ce sera Pénélope, étudiante en japonais et experte en chats angoras.

Et son stratagème fonctionne à merveille. Trop heureux de le savoir en couple, ses proches se laissent berner. Même les plus sceptiques, ceux qui ne croient pas à la mort d’Elvis et à la disparition des dinosaures, avalent le gros bobard.

Mais à la mort de sa grand-tante, foudroyée par une intoxication alimentaire, les choses dérapent. La petite fortune que lui a léguée la vieille dame aiguise les appétits de nombreuses Pénélope potentielles. Et Tristan est obligé de fuir, embarquant dans son sillage un banquier douteux, un notaire angoissé et une charcutière romantique…


Un roman délirant, un feu d’artifice d’humour.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 13 juin 2018
Nombre de lectures 6
EAN13 9782824647074
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Et si tu n’existais pas
BENOÎT VANSTAVEL
City Roman
©City Editions 2018 Couverture : Shutterstock/Studio City ISBN : 9782824647074 Code Hachette : 27 8885 7 Collection dirigée par Christian English & Frédéric Thibaud Catalogues et manuscrits : city-editions.com Conformément au Code de la Propriété Intellectuelle, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ouvrage, et ce, par quelque moyen que ce soit, sans l’autorisation préalable de l’éditeur. Dépôt légal : Juin 2018
À Ferdinand, pour ses prochaines escales.
S’en aller ! s’en aller ! Parole de vivant ! SAINT-JOHNPERSE
I
— Je suis une truffe, une grosse truffe, une énorme truffe. Voilà cinq minutes qu’il s’autodénigrait dans le hu is clos familier de son confessionnal intérieur. Et chaque fois, il parvenait à la même c onclusion : désormais, rien ne serait plus comme avant. S’entendre dire cette phrase idio te, s’étaler sur elle dans un mouvement de capitulation avait quelque chose d’à l a fois ridicule et pathétique. Cette phrase résonnait comme ces rengaines proférées par d’inconsolables nostalgiques, attablés au comptoir d’un zinc de quartier. Tout fo ut le camp ! Pourtant, il le savait depuis un moment, il en avait été informé avec solennité, on lui avait même accordé la « primeur » de l’information. Mais les paroles, c’é tait une chose ; à présent, il détenait la confirmation irréfutable d’une lointaine présomptio n : son ami Simon, le Simon des bacs à sable et des rodéos en vélocross, allait se marie r dans dix mois. Le carton rose layette devant lui l’attestait formellement. Nul doute n’ét ait permis, la messe était dite ou presque. Il s’imaginait déjà les mains pleines de r iz, les tympans explosés par les klaxons des voitures quittant les lieux de la cérém onie. Il se rappela alors cette soirée au cours de laquel le avait éclaté la sidérante nouvelle. C’était une de ces soirées de rentrée pour évoquer les vacances, forcément réussies, à l’étranger – photos numériques à l’appui – et les p rojets titanesques d’une année à venir. Une de ces soirées où le couple épanoui invite « le bon copain », celui sur lequel on peut compter et où chacun rentre chez soi, ravi et repu d’une amitié si rassurante. Il revoyait son ami Simon, fier dans son pull marin trois bouto ns, se tourner vers Isabelle, avec une prudence de conspirateur et lui glisser : — Alors… on lui dit ? On lui dit ? On lui dit quoi ? Sur l’instant, il pe nsa qu’on allait lui annoncer l’achat prochain d’un appartement à crédit ou un lointain p rojet de week-end à la campagne et qu’il serait « naturellement de la partie ». Mais q uand des lèvres d’Isabelle, qui venaient de quitter celles de Simon, tombèrent ces mots : « Simon m’a demandé en mariage au retour des vacances. J’ai dit oui. J’ai dit oui à l ’homme de ma vie », il ne put s’empêcher d’avoir l’air stupéfait, tandis que les lèvres d’Is abelle, dociles, retournaient se coucher sur celles de son ami, le futur petit mari. Il se douta it que cette scène se jouerait un jour, mais pas ce soir-là, dans ce restaurant tibétain ! Le yéti serait sorti des cuisines en hurlant qu’il en aurait été beaucoup moins surpris. Et alors que le couple avait ses quatre yeux posés sur lui, afin d’observer, satisfait, l’effet de sa révélation, il dut trouver les mots j ustes, ceux que l’on offre aux bienheureux en pareille occasion. Il les félicita et déclara qu e c’était dans ces moments-là que l’amitié prenait tout son sens tant ce bonheur était partagé . Il était content de lui : la phrase était appropriée à son statut de meilleur-ami-du-couple. Deux mois plus tard, dans la pénombre de son vestib ule, il relisait le carton d’invitation à voix basse :rumot ont la joieMadame et Monsieur Rabutin, Madame et Monsieur Perg de vous annoncer le mariage de leurs enfants Isabel le et Simon. Leur union sera célébrée à l’hôtel de ville de Wimereux, le samedi 30 juillet à 15 h 30. Une réception, à laquelle ils seront heureux de vous accueillir, sui vra dans les salons de l’Hôtel de la plage. À ce faire-part neutre mais efficace était jointe u ne petite fiche bristol d’un rose plus vif, délivrée aux seuls initiés. C’était là le sésame de s VIP, le club des meilleurs-amis-du-couple – ils étaient donc plusieurs dans ce cas – c onviés àvenir faire la fête jusqu’au petit matin avec Isabelle et Simon au restaurant l’ Ermitage, route départementale 787 : réjouissance et effervescence pour un moment d’exce ption.