177 pages
Français

ETRE UNE FEMME AMBITIEUSE AU MALI

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Bien que je sois consciente des nombreux aspects délétéres de nos traditions, il faut voir et utiliser la dimension de la culture qui autorise å faire et la tradition comme catalyseur pour un changement positif : autoriser å faire, å légitimer et å promouvoir les femmes africaines dans les röles de leadership. La culture peut étre utilisée pour nous retenir, mais nous pouvons aussi former Ies cultures de sorte qu'elles soient libératrices. Toutefois, une bonne partie des traditions africaines, qui ont peut-étre leurs racines dans des histoires et cultures glorieuses, ont été récupérées par les hommes pour tendre des embuscades aux femmes, pour les empécher de réaliser leur plein potentiel de leadership. Mais je sais aussi q,..13 n us peuvons trouver la force et les opportunités dans les valeurs et le dynamisme dans nombre de nos cultures.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2018
Nombre de lectures 2
EAN13 9789995274061
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,025€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

ETRE UNE FEMME AMBITIEUSE AU MALI
Roman
SADYA TOURE
ETRE UNE FEMME AMBITIEUSE AU MALI
Roman
INNOV EDITIONS Tous droits réservés Siège social: Route de Sotuba, près de l’Ex MINUSMA, Bamako,Mali E-mail : manuscritinnov@gmail.com Tel:(223) 76 04 87 63 / 98 94 14 14 ISBN: 978-99952-74-061 Dépôt légal: Bibliothèque Nationale du Mali 2018
PRÉFACE
Les femmes sont des leviers pour la paix, le développement et la grandeur du monde. Malgré les violences, les crises, les conflits, les guerres, elles se relèvent, avancent, bâtissent. J’en ai rencontré beaucoup dans les grandes villes ou les plus petits villages d’Afrique, et je ne manque jamais une occasion de saluer leur courage et leur ténacité. C’est pourquoi j’ai été très entou-siaste lorsqu’on m’a proposé de préfacer « Etre une femme am-bitieuse au Mali », un roman semi-autobiograpique de Sadya Touré, une jeune femme de 20 ans très active dans l’arène asso-ciative et elle-même pleine d’aspirations.
Son livre raconte l’istoire d’Alimatou Touré qui, mal-gré le poids des traditions, rêve de devenir Secrétaire Gé-nérale des Nations Unies. Une source d’inspiration pour les femmes du Mali, d’Afrique et même du monde en-tier. D’autant plus que les Nations Unies travaillent à promouvoir les femmes dans les postes à responsabilité.
Le livre évoque la non-scolarisation ou la déscolarisation des filles, résultant notamment du mariage précoce. Selon une étude de l’Etat malien et des Nations Unies datée de 2015, 16% des femmes âgées de 15-49 ans se sont mariées avant l’âge de 15 ans. Dans certaines régions du Mali, des fillettes de 10 ans deviennent épouses et risquent de s’éteindre en donnant la vie dans un pays où, en 2015, une étude de l’OMS, l’UNICEF, l’UNFPA et la Banque Mondiale rapportaient 587 décès maternels pour 100 000 nais-sances vivantes. Le roman évoque aussi l’excision, qui engendre de graves conséquences sur la santé des filles et des femmes, quand elle ne les tue pas. D’après l’étude de l’Etat malien et des Nations
Unies, 83% des Maliennes ont été « cou-pées », et trois-quart des femmes interrogées soutiennent cette pratique, non crimi-nalisée dans le pays. Les Nations Unies ont mené des plaidoyers ardents sur le danger des mutilations géni- tales féminines.
Les défis sont nombreux, mais les femmes comptent pour la moitié de l’umanité et, à ce titre, leur voix compte et leurs aspi-rations sont on ne peut plus légitimes. « Etre une femme ambi-tieuse au Mali » met d’ailleurs en lumière comment l’éroïne se démène pour montrer qu’une femme doit avoir des ambitions, se battre pour réaliser ses rêves, sans se préoccuper des préjugés. Se départir des préjugés et transformer les épreuves en terreau de fertilité. J’ai vu des femmes meurtries, blessées, brisées de- venir des ambassadrices de la paix, de la coésion sociale, du dévelop-pement, des Objectifs de Développement Durable, de l’égalité de sexe. Ce cemin a été parcouru avec le soutien d’ommes, partenaires indispensables pour remporter les com- bats que nous menons.
Des combats pour lesquels le roman de Sadya Touré ap-porte une contribution modeste mais indispensable. Je suis séduite par la détermination de cette défenseure du droit des femmes, et félicite son courage à traiter, si jeune, de ques-tions si sensibles. J’encourage tous les lecteurs pour le soutien au plein épanouis- sement des femmes à parcourir ses lignes empruntes de sincé- rité, et à leur faire éco : le combat doit être collectif, et nous avons besoin de toutes les voix, toutes les forces, pour multiplier les cances d’atteindre nos objectifs.
Je nourris l’espoir que les aventures d’Alimatou Touré feront avancer la cause, créeront un électrococ cez de nombreuses
femmes et qu’elles s’affirmeront pour prendre la place qui leur revient de droit au sein de leur famille, de leur profession et dans la société toute entière. Qui sait : peut-être qu’un jour l’une d’elles prendra la tête des Nations Unies.
Mbaranga Gasarabwe Représentante spéciale adjointe pour la Mission multidimen- sionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), Coordonnatrice rési-dente des Nations Unies, Coordonnatrice de l’action umanitaire et Représentante résidente du Programme des Nations Unies pour le développe- ment (PNUD) pour le Mali.
La parole est sacrée au Mali et je demande la parole aux ai-nées et implore leur pardon si ma prise de parole par inadver-tance touce aux sensibilités des ainées.
J’aimerais prendre la parole en rendant grâce à ces anges gardiens et ces personnes qui contribuent caque jour à travers leur sourire, leurs bras, leur confiance, leurs prières, leur pré-sence, leur caleur umaine, leur fraternité, leurs pensées, leurs conseils, leur aide à faire de moi celle que je suis et dont je rêve. Les grands sages en Afrique ont l’abitude de dire qu’une per sonne est un tout et que ce sont les personnes autour qui font en réalité une personne. Que serait ma vie si je n’étais pas en-tourée de personnes qui sont là pour moi que ce soit en secret, visible ou en pensée, nous tirons notre force de ces personnes qui croient en nous, qui existent et qui sont une énergie positive pour nous car nous aimerons leur montrer qu’ils ont eu raison d’avoir confiance en nous. « La vraie bonté n’attend pas même un retour de reconnaissance ; il lui suffit de la joie inexprimable de voir ses bienfaits fructifier en boneur pour autrui ». Citation de Louis-Auguste Martin
Je remercie Alla en qui je puise toutes mes forces et mes énergies, lui qui me maintient en vie et me permet de réaliser mes rêves. J’espère avoir une longue vie et une bonne santé pour aller au bout de mes rêves. Amen
Que serais-je sans mes parents ? Mes parents : Djenebou DEMBELE et Eladj Dramane TOURE vous qui m’avez appris le culte du travail et de l’excellence, vous qui m’avez donné une bonne éducation et une bonne instruction. Merci pour tout ce que vous m’avez appris et continuez à m’apprendre ; je vous aime.
A mon père adoptif Pape Momar Sow que j’ai rencontré lors de mon séjour à Dakar et jusqu’à nos jours, malgré la distance, j’ai toujours pu compter sur lui, ses conseils et ses messages d’en-couragement. Tu es le symbole que l’amour paternel ne se trans-met pas uniquement par le sang.
Mes oncles : Allimam TOURE et Moctar TOURE ; merci d’être ces figures patronymes pour moi et de me montrer tous les jours que, quoi qu’il arrive, il faut toujours prôner et valoriser les liens du sang. Vous êtes une référence pour moi.
Mes tantes paix et salut sur vous : Nafissa TOURE, Hawa TOURE et Nana TOURE. J’espère que là où vous êtes, vous êtes fières de nous tous et que vous priez pour nous. Reposez en paix Mon petit frère Abdramane TOURE malgré ton jeune âge, tu agis toujours avec maturité et j’espère que ma présence ne t’apportera que réconfort et que je joue bien mon rôle de grande sœur. Mes cousins et cousines : Kalil DICKO, Ama-dou TOURE, Fatouma TOURE, Aissata CAMARA, Nana Safi TOURE, Djenam TOURE, Sidi DICKO, Moamed TOURE, Ibraim TOURE, Papa Yena, Draamane YENA, Ali DIALLO, Fatoumata DEMBELE, Nana COULIBALY, (je ne saurais tous vous citer et j’es- père que vous serez indulgents) merci à tous et à toutes pour vos conseils d’usage, les moments partagés. Je vous aime tous.
Mes familles paternelles et maternelles : Ascofaré, DJITTEYE, Maiga, Yattara, TOURE, DEMBELE. A une personne que j’apprécie particulièrement, qui a été là pour moi et qui n’a jamais cessé de croire en moi Aguibou Maki TALL merci pour tout.