Evelyn

-

Livres
74 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

"Pour être raffinée, la langue de


Jane Austen n'est ni lourde ni guindée."


Jean-Yves Cotté, le traducteur.




Ouvrage bilingue.


TRADUCTION FRANÇAISE INÉDITE !



Dans cette version inédite, le traducteur Jean-Yves Cotté ne s’y trompe pas.


Ce bref récit, un brin surréaliste, est un atelier où la jeune Jane décrit avec brio le milieu social de cette Angleterre qui fera la trame d’une œuvre immensément populaire.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 20
EAN13 9782376419396
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0022 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Evelyn
un texte dejaneausten
jean-yvescotté à la traduction
Evelyn
Bilingue françaisanglais
GWENCATALÁÉD. remueurartslittéraires d
t
In a retired par oF he Couny oF Sussex here is a village (For wha I know o he Conrary) called Evelyn, perhaps one oF he mos beautiFul Spos in he souh oF England. A Genleman passing hrough i on horseback abou weny years ago, was so entirely oF my opinion in his respec, ha he pu up a he lile Alehouse in i and enquired wih grea earnesness wheher here were any house o be le in he Parish. The Landlady, who as well as every one else in Evelyn was remarkably amiable, shook her head a his question, bu seemed unwilling o give him any answer. He could no bear his uncerainyye knew no how o obain he inFormation he desired. To repea a question which had already appear’d o make he good woman uneasy was impossible–. He urned
8
e
En un lieu retiré du comté de Sussex se trouve un village (si je ne me trompe) du nom d’Evelyn, sans doute un des plus beaux endroits du sud de l’Angleterre. Il y a vingt ans, un gentleman qui passait par là à cheval fut si pleinement de mon avis qu’il s’arrêta à la petite taverne pour demander avec le plus grand sérieux s’il y avait une maison 1 à louer dans la paroisse . La propriétaire, qui à l’image de tous les habitants d’Evelyn était d’une extrême amabilité, hocha la tête, tout en semblant réticente à lui apporter une réponse. Pour insupportable que lui fût cette incertitude, le gentleman n’avait pas d’autre moyen d’obtenir le renseignement qu’il attendait. Il lui était impossible de répéter une question qui avait déjà paru mettre mal à l’aise cette charmante femme. Il se détourna
1 Subdivision d’un comté ayant sa propre église et son propre clergyman.
9
From her in visible agiation. ‘Wha a siuation am I in!’ said he o himselF as he walked o he window and hrew up he sash. He Found himselF revived by he Air, which he Fel o a much greaer degree when he had opened he window han he had done beFore. Ye i was bu For a momen–. The agonizing pain oF Doub and Suspence again weighed down his Spiris. The good woman who had wached in eager silence every urn oF his Counenance wih ha benevolence which characerizes he inhabians oF Evelyn, inreaed him o ell her he cause oF his uneasiness. ‘Is here anyhing, Sir, in my power o do ha may releive your GreiFsTell me in wha manner I can sooh hem, and beleive me ha he Freindly balm oF ComFor and Assisance shall no be wanting; For indeed, Sir, I have a simpahetic Soul.’
‘Amiable Woman’ (said Mr Gower, af Feced almos o ears by his generous of Fer) ‘This Greaness oF mind in one o
1
0