eXistence

eXistence

-

Français
117 pages

Description

Une noirceur plus profonde que le néant lui-même régnait sur la ville. C'était cette heure de la nuit où toutes les âmes se retrouvent face à leurs rêves, douceur onirique, apaisante. La cité devenait finalement comme morte sous le joug de l'inactivité. Rien ne bougeait, aucun bruit ne perçait la voûte de silence formée. Les bûches, fidèles à elles-mêmes, peuplaient, seules, les rues désertes. Lorsque soudain, un frémissement de vent apparut, un doux ronronnement de chatte en chaleur éclata en sourdine dans tous les quartiers : ils étaient là !

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 47
EAN13 9782748178081
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

eXistence

Omicrone Mydear
eXistence

Nouvelles






Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit, 2006
www.manuscrit.com
ISBN : 2-7481-7809-2 (livre numérique)
ISBN 13 : 9782748178098 (livre numérique)
ISBN : 2-7481-7808-4 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782748178081 (livre imprimé)








« All the world is a stage and all the men and
women merely players »

William Shakespeare, in As You Like It










A C., D., M., T. et tout ceux qui se
reconnaîtront.






REGARDS
Animosité
Je me rappelle, qu’autrefois, je pleurais toutes
les larmes de mon corps, caché sous la couette
réconfortante, et que je priais pour qu’on le
chasse. Mais le temps a passé maintenant, et la
crainte et l’effroi que Çà me suscitait se sont
transformés en haine. Oui, je le hais de toutes
mes forces, répulse cette chose le plus possible.
Et je pense que je ne comprendrais jamais la
réaction de ma mère.
Pourquoi avait-elle décidé de faire appel à lui,
de lui demander son aide ? Nous n’avions pas
besoin de cet ignoble monstre. Comme
d’habitude, Çà se présente seulement pour le
repas. Çà, car je ne vois pas d’autre façon de le
nommer, semble être attiré par la nourriture
comme les chiens sentent quand leur gamelle
est pleine. Çà s’approche de la table en
grognant, barbouillis infâme de sons difformes,
et, sans jeter un regard sur notre direction, le
monstre impose le lourd poids de son corps
11