Fagotins et niquedouilles

Fagotins et niquedouilles

-

Livres
248 pages

Description

À la racine de nos maux, il y a cette partie des élites qui tentent de nous gouverner, qui doute de la capacité du bon peuple à encaisser les vérités de la vie. Nous avons pourtant facilement admis le fait que la Terre soit ronde, même si cela nous a un peu étonnés. C'est le clergé qui en fit une maladie. Dans la foulée, nous avons encaissé que notre Belle Bleue ne soit pas le centre du monde, puis la même histoire est revenue avec le soleil, et plus discrètement avec la galaxie. L'humain n'est pas un être central, mais seulement un pion périphérique dans un pré carré dérisoire. Pas loin du morpion. Et la vie du bon peuple continue aussi bien qu'hier dans l'espérance des jours à venir. De la floraison amoureuse aux récits plus philosophiques en passant par des tribulations de guerre et les aléas de la modernité, ces contes et nouvelles forment un patchwork de où, de quand et de comment, saupoudré de quelques touches impressionnistes et d'un zeste de science-fiction. Un jeu de reflets déformés d'où, avec humour et détachement, naissent une réflexion et une façon de voir les choses qui se démarquent d'une pensée banalisée. Quelques poèmes et réflexions personnelles viennent ponctuer allègrement la lecture, étapes distrayantes d'un pèlerin en quête d'humour, de savoir et de sagesse.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 31 mars 2014
Nombre de lectures 15
EAN13 9782342020793
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Jean-Paul Régis Fagotins et niquedouilles Société des Écrivains
Sur simple demande adressée à la Société des Écrivains, 14, rue des Volontaires – 75015 Paris, vous recevrez gratuitement notre catalogue qui vous informera de nos dernières publications. Texte intégral © Société des Écrivains, 2014 Le Code de la propriété intellectuelle interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Merci à Marie-France Gibert Baillet, autant pour ses encouragements que pour son soutien chaleureux et constant, et pour son assistance professorale avisée. Merci à la Québécoise Linda Verret d’avoir accueilli ma plume et de m’avoir soutenu dans mon élan. Merci à mon fils Jacques qui osa être mon premier lecteur.
Sommaire Étape ..........................................................................................................9Adolescence d’été ....................................................................................11L’évolution bancroche .............................................................................23Le petit square..........................................................................................27Le bonheur ...............................................................................................29Courtoisie .................................................................................................33Niquedouilles du lundi.............................................................................37Les délices de Bruxelles...........................................................................39Annick sur le rivage.................................................................................41L’hippodrome ..........................................................................................45Terrien, t’es rien…...................................................................................47Périple sans paradis..................................................................................51Rue Quincampoix ....................................................................................57Niquedouilles du mardi............................................................................59Renégat ....................................................................................................61Trois poèmes écrits de mémoire...............................................................65Le contrat .................................................................................................69Spitfire .....................................................................................................75Le crack et son cric ..................................................................................79Saint Valentin...........................................................................................85Niquedouilles du mercredi.......................................................................89À mes garçons,.........................................................................................91La façon pornographique .........................................................................93Katia.........................................................................................................95L’œil-de-bœuf ........................................................................................105The mother road.....................................................................................107Amusement potache : 2-4-6-8…............................................................111Niquedouilles du jeudi ...........................................................................113Tarentule ................................................................................................117L’arbre à désirs ......................................................................................125La mode des uchromies..........................................................................133
7
Ballade au vieux Guilhem, ceint « d’amor » et à toutes les Dames....... Le petit soldat........................................................................................ Dieu était seul........................................................................................ Vertige................................................................................................... Niquedouilles du vendredi..................................................................... Où vais-je ? (Oued Sergoun)................................................................. La diva et la débutante........................................................................... Amie, ..................................................................................................... L’humble berger.................................................................................... Abîme .................................................................................................... Ma chère Isabelle .................................................................................. « Maintenant, je dors toujours en chien de fusil. »................................ Ma cane................................................................................................. Niquedouilles du samedi ....................................................................... Passage .................................................................................................. Citron..................................................................................................... Maïlys.................................................................................................... Les événements naturels........................................................................ Escargot................................................................................................. Opacité .................................................................................................. Niquedouilles du dimanche................................................................... Béa ........................................................................................................ Croisière ................................................................................................ Le miroir................................................................................................ L’ange ...................................................................................................
8
137139145151155157163169171177183187191193195197207211217223227229233235241
Étape Je suis tombé dans cette vie comme un prince miraculeux venu pour adorer mille et une princesses aux charmes éveil-lés. Mais j’ai dû me tromper de porte et j’ai échoué au milieu de gens infirmes et hébétés qui n’ont pas reconnu en moi un messager d’aurore, semant autour de lui les senteurs des fleurs que je savais cueillir dans les prairies. Ou, s’ils l’ont deviné, ils ont laissé sourdre en eux une hostilité ou une haine envers ce qu’ils n’avaient pas su être et que je leur rappelais. J’en devenais comme un doigt honni dans une plaie secrète. Au lieu de me tendre leurs mains pour quelques retrouvail-les, ils m’ont griffé au sang avec leurs ongles noirs et sales, et j’ai su que je n’étais pas reconnu comme un frère, ni même comme un passager du vent léger, lequel sait comment ré-pandre son souffle et la fraîcheur pétillante de son sillage. J’ai vu leurs yeux profonds et noirs comme un abîme. Je les ai sus sans la moindre espérance, ni la moindre cha-leur. Leur nonchalance même n’était qu’un faux-semblant, un rideau déposé sur l’horreur des béances. Sous l’eau calme, mais sombre, de leur étang, j’ai reniflé les vases molles dis-simulées au fond. J’ai ressenti la fange tiède où se traînent leurs chaînes. J’ai su le lent pourrissement qu’ils ont souhaité pour moi afin que je m’accorde à leurs insuffisances. Et maintenant que je tourne mon dos à cette horde sourde, je sais que j’ai laissé dans cet endroit maudit beaucoup de ma jeunesse et de mon sang fiévreux. Je ne sais plus l’éclat de la
9
lumière. Je ne sais plus la couleur de mes cieux. J’ai perdu des années pour de maigres récoltes, et dans mes mains, le sable coule en vain. L’eau de mes yeux n’a plus assez d’ardeur pour inventer des rivières nouvelles, courant vers une mer d’amour. Juste de maigres filets d’eau venant de souvenirs lointains. Tous mes trésors sont devenus des pacotilles. Tous mes élans ne sont que brassées de broutilles. Mes poches sont percées et je n’avance plus. Sur le bord du chemin, le talus est poussière. Il est peu confortable pour reposer mes jambes d’éreinté.
10