//img.uscri.be/pth/b5495d8ab77ef08f9090ffc6afbdc862525004fb
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF - MOBI - EPUB

sans DRM

Faim de chantiers

De
22 pages

Raconté avec beaucoup d'humour, le récit noir de cette nouvelle met en exposition la déchéance de deux ouvriers néanmoins diplômés butant sur le mur du chômage qui se profile à l'horizon...des délocalisations !


Voir plus Voir moins

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-64108-3

 

© Edilivre, 2014

Dédicace

 

 

A la mémoire de Djamel S.L.

1

Je suis un ouvrier.

Personne n’est parfait.

Personne ne m’a demandé mon avis à ce propos. De toute façon, un ouvrier, ça n’a pas d’opinions. Par les temps ingrats qui courent, la planète des ouvriers est faite de dédales où les êtres ne sont plus qu’un flot improbable comme grosse quantité négligeable qui n’a guère plus de substance. Une masse transparente. Quand bien même l’ouvrier voterait, ça lui arrive souvent de confondre isoloir et urinoir. La rime n’étant pas en cause : les deux endroits, aussi exigus que délétères, n’ont rien de poétique. Olympio, mon collègue et néanmoins ami, n’a jamais glissé un bulletin dans une urne. Pas même pour désigner un délégué syndical. « Tu votes ou tu votes pas, t’es toujours smicard mon gars ! », dit-il, convaincu, à l’approche de chaque échéance électorale. Son défaitisme citoyen n’en finit pas de déteindre sur nous autres, et ainsi il en a dissuadé plus d’un. Pour ma part, je vote à...