Femme de

Femme de

-

Livres
150 pages

Description

Voici un roman subtilement composé, et écrit sur un ton dont la cruauté fait merveille. Son cadre ? Un hôtel à La Baule, genre « relais et châteaux », dans lequel une grande entreprise multinationale rassemble ses cadres et leurs épouses pour un de ces séminaires où l'on va parler de « synergie » et de « compétitivité ». Ses héros ? Des cadres, précisément, tenaillés par le stress, l'ambition, l'envie, la déprime. Et, dans ce portrait de groupe, l'auteur privilégie trois couples qui, chacun, se retrouvera au centre de chacune des trois parties qui distribuent ce roman.
Pour chacun de ces couples, tout ne va pas pour le mieux. Là, une épouse bovaryse, et décide de quitter son mari sous les yeux de ses collègues amusés. Ici, une autre épouse, plutôt délaissée, s'éprend d'un inconnu qui, hélas pour elle, lui révélera tardivement son homosexualité. Ailleurs, sur le chemin du retour, un cadre, en pleine « mid-life crisis », se met à pleurer tant sa vie, soudain, lui apparaît vide..
Entre ces trois couples - dont les femmes sont, chaque fois, au premier plan - les intrigues se nouent et se répondent. Ils sont, successivement, observés de l'intérieur, puis de l'extérieur, selon un « montage » très cinématographique. Sur le fond, la romancière a voulu montrer du doigt, et du style, l'incroyable détresse sentimentale qui gouverne la vie des êtres, fussent-ils privilégiés et emblématiques d'une sociologie où l'on a « réussi ». C'est impitoyable, précis, pervers. Du sexe à l'argent, de la vanité à l'ennui, l'auteur explore tout. On a envie de rire, pourtant, devant ce miroir dont la franchise fait mal...

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 16 mai 2002
Nombre de lectures 20
EAN13 9782246635390
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Voici un roman subtilement composé, et écrit sur un ton dont la cruauté fait merveille. Son cadre ? Un hôtel à La Baule, genre « relais et châteaux », dans lequel une grande entreprise multinationale rassemble ses cadres et leurs épouses pour un de ces séminaires où l'on va parler de « synergie » et de « compétitivité ». Ses héros ? Des cadres, précisément, tenaillés par le stress, l'ambition, l'envie, la déprime. Et, dans ce portrait de groupe, l'auteur privilégie trois couples qui, chacun, se retrouvera au centre de chacune des trois parties qui distribuent ce roman. Pour chacun de ces couples, tout ne va pas pour le mieux. Là, une épouse bovaryse, et décide de quitter son mari sous les yeux de ses collègues amusés. Ici, une autre épouse, plutôt délaissée, s'éprend d'un inconnu qui, hélas pour elle, lui révélera tardivement son homosexualité. Ailleurs, sur le chemin du retour, un cadre, en pleine « mid-life crisis », se met à pleurer tant sa vie, soudain, lui apparaît vide.. Entre ces trois couples - dont les femmes sont, chaque fois, au premier plan - les intrigues se nouent et se répondent. Ils sont, successivement, observés de l'intérieur, puis de l'extérieur, selon un « montage » très cinématographique. Sur le fond, la romancière a voulu montrer du doigt, et du style, l'incroyable détresse sentimentale qui gouverne la vie des êtres, fussent-ils privilégiés et emblématiques d'une sociologie où l'on a « réussi ». C'est impitoyable, précis, pervers. Du sexe à l'argent, de la vanité à l'ennui, l'auteur explore tout. On a envie de rire, pourtant, devant ce miroir dont la franchise fait mal...