FEMMES AU CAFE
148 pages
Français

FEMMES AU CAFE

-

Description

Les femmes au café parlent, se racontent et rêvent de leur vie à mesure que passent les saisons. La porte du café s'ouvre et un souffle de vent éparpille ces bribes, fragments de vie, qui se décomposent et se recomposent encore et encore dans un dessin nouveau.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 13 septembre 2018
Nombre de lectures 0
EAN13 9782140099588
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

« Les proiteroles au chocolat sont pour moî le plat du condamné à mort. Je veux dîre le plat que je commanderaîs pour mon dernîer repas avant le peloton d’exécuïon… »
tabes aentour. La porte du café s’ouvre et un soule de
est lînguîste et a enseîgné à l’unîversîté Parîs VIII. Elle a publîé des textes dans des revues lîTéraîres et un recueîl de nouvelles.
Vivienne Méla
Femmes au café Nouvelles
Femmes au café
Écritures Collection fondée par Maguy Albet Findling (Véronique),Les mascarades, 2018. Serceau (Michel),Amours, tours et détourssuivi deLe temps de vivre, 2018. Sadoul (Gérard),Le cahier d’Henriette, 2018. Wallet (Jean-Marie),La lecture, 2018. Francis (Raoul R.),Crâne, 2018. Quentin Louison (Jacqueline),Apothéose, 2018. Ehrhard (Hugo),Pour le prestige, 2018. Ferrelli (Emi),Chroniques d’une stagiaire à l’opéra, 2018. Nhamunda (David), Caligo elenansis,Chronique d’un naufrage amazonien,2018. Guimard (Nathalie),Les disparus du foyer Sainte-Madeleine, 2018. Raimbault (Jean-Claude),Un mal des mots, 2018. Marcadé (Cécile),À cor et à cri, 2018. Dème (Babayel Alwaly),Destins croisés, 2018. Stellar (Nathalie),Hologramme(s), 2018. Guisset (Liliane),Sous la dictée, 2018. * ** Ces quinze derniers titres de la collection sont classés par ordre chronologique en commençant par le plus récent. La liste complète des parutions, avec une courte présentation du contenu des ouvrages, peut être consultée sur le site www.editions-harmattan.fr
Vivienne Méla Femmes au café Nouvelles
Du même auteur Théâtre Le Placard, pièce primée dans le cadre des Journées d’auteurs du Théâtre des Célestins de Lyon, mise en espace au Théâtre des Célestins en Janvier 1994. Nouvelles parues dans des revues « Les Petites Ailes des Bien-aimés »,Sapriphage, Revue littéraire de création, n°28, été/automne 1996. « La Consigne du Paradis », publiée dans Effets mer, Atelier du er Gué, 1997. 1 Prix concours de nouvelles, université Paris 8, mai 1993. « Les Oeufs de Noël », conte,Air France Magazine, décembre 1997. Recueil de nouvelles Le Gardien des Armoires/The Keeper of the Cupboards, bilingue français-anglais, autoédité. 2010. La Consigne du Paradis,L’Harmattan, 2013 © L’Harmattan, 2018 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-15748-1 EAN : 9782343157481
AuSouvenir d’Oran..........................................................9
Le plus grand pont du monde...................................25
Vacances de rêve .........................................................33
Les chèvres salissent la neige.....................................41
L’heure des mamans ...................................................73
Grand bleu ...................................................................79
Femmes au café ...........................................................85
AuSouvenir d’Oran
Rosalie marchait vite, tête baissée contre le vent du nord, traînant derrière elle, d'une main son caddie chargé et de l'autre sa petite fille. Les bourrasques de vent soulevaient le foulard serré sur ses cheveux, dévoilant ses boucles cuivrées. Au seuil de son magasin, Maurice la regardait. Quel âge avait maintenant Rosalie ? Dix-neuf, vingt ans, il ne savait plus exactement mais il se rappelait bien l’époque où, petite fille, elle venait chez lui faire les courses pour sa mère. Maintenant elle allait au supermarché, comme toutes d'ailleurs. Toutes, elles y allaient avec leur caddie, tête baissée contre le vent, traînant la marmaille qui savait à peine marcher. Elles ne venaient plus chez lui que pour les choses oubliées – le café qui manquait tout à coup, le soir ; quelques oignons, une gousse d'ail pour donner du goût à une viande trop fade, de la semoule surtout qu’il vendait en vrac dans de grands sacs de jute qui sentaient encore le voyage. Les rayons de sa boutique se vidaient peu à peu. À quoi bon commander de la marchandise ? Bientôt ce serait fini.
Contre toute attente, Rosalie tourna la tête et lui fit un signe timide avant de pousser la grille et de disparaître dans la vieille cité en face. Maurice s'aperçut alors que l'arbre rachitique dans la cour commençait à bourgeonner. Malgré le froid, le printemps s'annonçait.
Elle était jolie autrefois, cette cité, de la belle construction en briques rouges. Maintenant c'était noir de crasse, mais encore solide. Pas comme ces HLM qu'on construit de nos jours où les façades s'effritent au bout de deux ans. C'étaient de vraies maisons autour d’une cour pavée. Les habitants en