Fugue à Waterloo

Fugue à Waterloo

-

Français
261 pages

Description

« Alouette, vingt-deux ans, mariée trop tôt, et Zilou, étudiant pauvre vivant chez sa mère, rêvent de faire une fugue, afin de pouvoir s?aimer sans contrainte. Un ami leur a donné l?adresse d?une auberge solitaire à Waterloo. « L?air y est tonique, prétend-il, la viande incomparable. » C?est là qu?ils décident d?aller abriter leurs amours. Mais, sans le savoir, ils arrivent le jour des commémorations de la fameuse bataille?
Les voici tout à coup confrontés à l?Histoire. Bataillons de grognards, de hussards, de vétérans, de veuves napoléoniennes, pressant des aigles sur leur coeur, de culs-de-jatte glorieux leur font un étrange cortège nuptial : leur rêve tourne à l?hallucination.
Leur passion résistera-t-elle à cette tempête épique, aux soixante mille morts sous leurs pieds qui ne dorment que d?un oeil, à ce désastre qui est aussi, selon l?optique, une victoire ? »
René de Obaldia

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 30 mai 2007
Nombre de lectures 30
EAN13 9782246784616
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
« Alouette, vingt-deux ans, mariée trop tôt, et Zilou, étudiant pauvre vivant chez sa mère, rêvent de faire une fugue, afin de pouvoir s'aimer sans contrainte. Un ami leur a donné l'adresse d'une auberge solitaire à Waterloo. « L'air y est tonique, prétend-il, la viande incomparable. » C'est là qu'ils décident d'aller abriter leurs amours. Mais, sans le savoir, ils arrivent le jour des commémorations de la fameuse bataille? Les voici tout à coup confrontés à l'Histoire. Bataillons de grognards, de hussards, de vétérans, de veuves napoléoniennes, pressant des aigles sur leur coeur, de culs-de-jatte glorieux leur font un étrange cortège nuptial : leur rêve tourne à l'hallucination. Leur passion résistera-t-elle à cette tempête épique, aux soixante mille morts sous leurs pieds qui ne dorment que d'un oeil, à ce désastre qui est aussi, selon l'optique, une victoire ? » René de Obaldia