Gott Le retour vers la terre Roman

-

Français
257 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Notre jeune héros, Gora, doit retourner au pays s'il veut épouser la jolie Réhana qui l'attend depuis trois ans. Ce retour au bercail est émaillé de multiples remous et péripéties. Ce roman pose le problème du retour de l'immigré et les difficultés de tous ordres qui l'attendent et qu'il devra régler pour une réinsertion réussie.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 avril 2012
Nombre de lectures 120
EAN13 9782296485082
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0129€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
GottLe retour vers la terre Collection :Nouvelles Lettres Sénégalaises (NLS)
Dernières parutions chez L’Harmattan-Sénégal (Catalogue en ligne sur harmattansenegal.com) KANDJI Mamadou,Les récits de tradition orale en Grande-Bretagne et en Afrique noire, collection Littératures & Civilisations, mars 2012. SECK Mamadou Mansour,Nécessité d’une armée,mars essai, 2012. CHÉRIF Souleyman Abdelkérim,Quand l’évidence ne suffit plus, roman, « Nouvelles Lettres Sénégalaises », mars 2012. SAMBE Fara,Lettre d’un retour au pays natal, roman, Nouvelles Lettres Sénégalaises, février 2012. TOUNKARA Mamadou Sy,L’intégration réussie du nouvel employé, collection Zoom Sur, février 2012. NDIAYE Elhadji Mounirou,La Sonatel et le pacte libéral du Sénégal, collection Zoom Sur…,février 2012.NGOM Abdou,La danse du saltiki, roman, décembre 2011. SOLY Tombon,Autour du feu de nuit, contes, déc. 2011. NANKASSE Félix,L’impure, roman, novembre 2011. MBACKE Khadim,Le parcours d’un arabisant de Touba, collection Mémoires & Biographies, novembre 2011. DIOUF Malamine,Sinig, poèmes, Rimes & Proses, octobre 2011. GUISSÉ Ameth,Femmes dévouées, femmes aimantes, roman, Nouvelles Lettres Sénégalaises, septembre 2011. FOFANA Mamadou Lamine,Maître Abdoulaye Wade. Sa vision libérale de la gouvernance, essai, septembre 2011. DIA Khassimou,Pour une alternative générationnelle : l’humanisme, manifeste, septembre 2011.
i+77(639 $fgm%l=
_388 j/ 6/8396 :/67 + 8/66/
lj#
Nouvelles Lettres Sénégalaises (NLS) Collection dirigée par Mamadou Bâ, Abdoulaye Diallo et Bassirou ColyCHERIF Souleyman Abdelkérim,Quand l’évidence ne suffit plus, roman, « Nouvelles Lettres Sénégalaises », mars 2012. SAMBE Fara, Lettre d’un retour au pays natal, roman, « Nouvelles Lettres Sénégalaises », février 2012. GUISSÉ Ameth,Femmes dévouées, femmes aimantes, roman, « Nouvelles Lettres Sénégalaises », septembre 2011. © L'HARMATTAN-SÉNÉGAL, 2011 « Villa rose », rue de Diourbel, Point E, DAKARhttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr senharmattan@gmail.com ISBN :978-2-296-55768-0EAN :9782296557680
PREMIÈRE PARTIE
I.
À New York, le printemps avançait sur la pointe des pieds. Par endroits le gel traînait encore. Le crachin tombait à tout moment rendant les clients hésitants. Gora attendait Bathie pour rentrer. Il le ème vit bientôt déboucher de la 35 rue, les bras chargés de sacs comme d’habitude, visière rabattue sur la nuque. Il marchait les yeux rivés au sol pour dit-il éviter de les plonger dans un « puits sans fond ». Il est de grande taille et d’une forte carrure. Il aurait fait fortune dans l’arène, mais il est doux comme un agneau, simple aussi, le plus souvent en jeans et jacket, des baskets aux pieds. Aussitôt arrivé, il a pris le style de New York, impossible de le distinguer des autres. Commerçant de son état, il vend du tout ; très engageant avec les clients, il se démultiplie pour vous servir. Il est difficile de s’échapper ème de son étal sur la 42 rue sans prendre quelque chose. Parfois on revient avec son épouse ou avec des amis. 1 « Diambar , lança-t-il, aujourd’hui, ‘‘je suis tombé sur le calepin 2 d’un Dioula’’ ! – Vraiment ? – Qu’est-ce que cette mine d’enterrement ? Tu es malade ? Tu n’as rien vendu ? – Ce n’est pas ça. Rentrons. – Doucement. Explique d’abord. – C’est Réhana. – Qu’est-ce qu’il y a ? Elle ne veut plus de toi ? – Peut-être bien. Elle exige qu’on attende mon retour pour le mariage ! 1 Mon brave. 2 J’ai eu une chance extraordinaire.
9
BASSIROUTHIOUNE
– Tu es prêt, non ? – Et comment ! Regarde. Aujourd’hui encore, je suis allé lui acheter des effets. Bathie jeta un coup d’œil amusé au sac qui était rempli de produits cosmétiques et de lingerie fine. – Qu’est-ce qu’elle veut dire par là ? – La même chanson : “si on se marie c’est pour vivre à deux”. – Elle veut que tu rentres, c’est ça ? – Mais elle sait que je n’ai pas encore mes papiers et que de toute façon, je ne pourrai pas lui en procurer en ce moment. – Tu lui as expliqué ce que l’avocat a dit ? – Évidemment ! – Alors ? – Elle dit qu’elle comprend très bien, qu’elle n’est pas pressée, qu’elle attendra. “Ne t’en fais pas, elle a dit. Je ne te trahirai jamais.” – Bien sûr, on peut lui faire confiance à celle-là. Elle est sérieuse. – Cela ne m’avance nullement. Si je dois attendre ces sacrés papiers, quand est-ce que je prendrai femme ? – Allez, rentrons. Je savais que tu parviendrais à gâcher le reste de la journée. De bonnes affaires au moins ? – Journée moyenne. Tu as les tickets ? – Pas encore, mais Charles m’a assuré que c’était dans le courrier. De toute façon, on a déjà payé ; si nécessaire, nous les retirerons à la porte de Black Expo. Au fait, et si on créait la surprise à Phily ? – Qu’est-ce que tu veux dire ? – Presque tous les gars vont débarquer avec des tambours-jembéet des masques en plus des tissusfancyetbatikbien sûr. Il y en aura trop. Tu penses à quoi ? 1 – Mongut-feelingme dit que les bijoux feront un tabac cette année, surtout si on parvenait à en trouver de rares : des bijoux uniques. – C’est possible. Le métro était bondé à cette heure du jour et les sacs ème encombraient leurs bras. Heureusement, l’arrêt de la 110 rue arriva 1 Flair.
10