Grenouilles stars

Grenouilles stars

-

Livres
138 pages

Description

Quatre histoires de crapauds et de rainettes, rois et reines d'un jour précipités dans la folie du monde, ses illusions, ses fausses notes et ses harmonies sidérantes. Quatre fables venues tout droit de La Fontaine pour nous parler de l'homme d'hier et d'aujourd'hui. Que le bon maître me pardonne le détournement de sa grenouille qui fut le tremplin de ces histoires. La star c'est d'abord la sienne puisqu'on la récite à l'école et qu'elle est de tout temps et de tout lieu. Ses descendants se promènent de Paris à New-York en passant par la Creuse, les résidences Éden et une église de province... Drôles de paroissiennes!

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 25 avril 2013
Nombre de lectures 11
EAN13 9782342005608
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Du même auteur
Voyager ailleurs
Claude Maymes GRENOUILLES STARS Quatre histoires de batraciens un peu particuliers
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur :
http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France
IDDN.FR.010.0118449.000.R.P.2013.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication par Mon Petit Éditeur en 2013
Grenouille star Une grenouille vit un buf qui lui sembla de belle taille. Grand, musclé, jarret ferme et poitrail opulent, il promenait autour de lui un regard vif, qualité rare chez sa race. Et dune élégance ! Son ensemble en cuir seyait fort bien à son allure chaloupée qui en faisait chavirer plus dune. La grenouille se mit à fredonner une vieille chanson de Ray Charles :it should have been me :« çaurait dû être moi », oui, moi à sa place, sapée comme une princesse dans une bagnole de rêve et tout ce qui va avec  Qua-t-il donc ce bovin que je nai pas, mis à part ses ki-los ? Après tout, il ne possède ni mon charme, ni ma finesse, ni mon esprit, jen suis sûre. Et mes cuisses, vous avez vu mes cuisses ? À croquer ! Peut-être, mais une admiratrice se précipitait sur le colosse en criant :  Grand Buf ! Grand Buf ! Un autographe sil vous plaît, je vous aime tant ! Le bovidé lui sourit gentiment et signa la photo quelle lui tendait. Il se laissa même embrasser et poursuivit tranquillement son chemin. Près de la grenouille une souris sextasiait :  Rendez-vous compte, quelle simplicité ! Une si grande star ! Jai vu tous ses films
7
GRENOUILLES STARS
Ainsi le Buf était un célèbre acteur. Mais il avait plusieurs cordes à son arc : il donnait aussi avec bonheur dans les affaires et poussait même la chansonnette. Bref, il était plein aux as !  Bovin beau vain, marmonnait la grenouille, ça devrait être moi à ta place là-bas Et notre envieuse se jura de devenir quelquun daussi consi-dérable. Ce nétait pas du tout cuit. Chacun sait que le succès, le vrai, celui qui dure, se construit à force de travail, de patience et dhumilité. Pendant des années le grand Buf avait sué sang et eau dans les salles de sport à pousser des tonnes de fonte. Il sétait fabriqué dénormes biscoteaux dans la douleur et le sacri-fice des plaisirs quotidiens. Il avait passé nombre de journées ensoleillées dans les cinémas à étudier ses classiques. Puis quel-quun avait remarqué son physique et les portes dHollywood sétaient ouvertes.  Elles souvriront pour moi aussi, pensa la grenouille. Voyons, par quoi commencer ? Tiens quel est cet attroupement sur la place ? Jentends de la musique. On dirait un bal Cétait un radio-crochet. Un vieux zèbre à crinière dargent accueillait les candidats plus impressionnés par les rayures de son costume que par le maigre public de curieux.  Tentons notre chance, se dit la rainette en habituée du karaoké vespéral. Elle se faufila jusquau pied de lestrade, juste derrière une poulette sur son trente et un. Celle-ci se tourna, bien décidée à garder sa place et lon se toisa comme deux boxeurs à la pesée. Puis la coquette monta sur scène, se présenta et chanta sontruc en plumeavec une telle gaieté quelle remporta un vif succès. La grenouille ne se démonta pas. Elle sauta sur les planches et avant que le présentateur pût la questionner, elle entonna :on dit
8
GRENOUILLES STARS
que jai de belles gambettes, cest vraiii !En même temps elle les lan-çait si haut que le public senflamma et réclama un bis. Laiguille de lapplaudimètre resta bloquée à son maximum. La messe était dite. La poulette navait plus quà picorer les miettes vic-time de la cuisse de grenouille.  Nest-ce pas quelle a de belles jambes ? cria le zèbre dans son micro.  Ouiii ! répondit le public.  Alors que lui offre-t-on ?  Des dims ! hurla quelquun.  Mon cur ! lança un autre.  Mais bien sûr ! reprit le vieux beau en sadressant à la lau-réate. Vous avez gagné lestime, que dis-je, lamour du public et il nexiste pas de meilleure récompense, pas même linvitation que voici pour un enregistrement au studio French Kiss ! Bon vent mamzell grenouille et bravo ! Le carton indiquait une adresse dans une zone industrielle à la périphérie de la ville. Ce genre dendroit répète partout sa monotonie : des rangées de bâtiments en tôle ondulée le long de rues perpendiculaires aux croisements hérissés de flèches, des dizaines denseignes lumineuses ou peintes rivalisant de grosseur. Parfois un arbre rachitique qui végète dans le goudron et des parkings pour les clients et les livraisons. La grenouille eut beau lire les panneaux et sauter dans les rues, le studio restait invisible. Elle se résolut enfin à se rensei-gner dans le premier entrepôt venu. De lextérieur il semblait vaste comme le monde. Un peu intimidée, la rainette se faufila par lentrebâillement dune porte de service, franchit des câbles, des rails, traversa des corridors et se retrouva derrière un im-mense rideau noir quelle longea longtemps avant de pouvoir se glisser dessous. De lautre côté la lumière était si vive quelle forçait à cligner des yeux. Il régnait une intense agitation dans la salle et lon percevait au milieu du brouhaha général des notes
9
GRENOUILLES STARS
de musique et des éclats de voix. Soudain le silence se fit et une voix cria :  Moteur ! Aussitôt éclatèrent les cuivres dun orchestre de jazz tandis que des ballerines souriantes apparaissaient dans les faisceaux des projecteurs. Elles glissaient sur leurs pointes, tricotaient des entrechats, des ronds de jambes et bondissaient avec grâce. Leurs bras et leurs mains volaient dans lespace et invitaient à la danse. Tout disait la joie, la fête, jusquaux couleurs fantaisies des collants quelles portaient sous leurs tutus blancs. La rai-nette fut prise dune irrésistible envie de les rejoindre. Elle sauta sur la piste.  Coupez ! hurla un haut-parleur. La musique sarrêta.  Cest quoi ça ? Doù ça sort ? Les lumières de la scène séteignirent. Seule la poursuite res-tait braquée sur lintruse.  Sabotage ! reprit la voix. Une si belle prise ! Bon sang, il est interdit dentrer ici. Par où êtes-vous passée ?  Excusez-moi de vous déranger, dit doucement la gre-nouille, je me suis perdue. Je cherche le studio denregistrement French Kiss  Je me fous de French Kiss, des baves de regrets et des rengaines stupides ! Vous venez de mettre en lair une semaine de travail de quarante personnes. Vous pouvez être fière ! Mon cher Goureux, cest la première fois depuis que jexerce ce mé-tier quun tel incident se produit. Je suis navré. En trente ans de carrière, jamais une seule de mes prises de vue na été interrom-pue par une grenouille !  Jen suis moi-même assez contrarié, étant donné le prix dune heure de tournage, répondit une voix suave. Jaimerais pourtant voir les rushes si possible.
10