Héloïse

Héloïse

-

Livres
15 pages

Description

Dans l’austère enceinte monacale, Héloïse, recluse, nourrit une intimité spirituelle et une complicité avec le jardinier, tout en nous racontant l’histoire de son grand amour.
Les époques se mélangent et si l’on ne sait avec certitude à qui se rattachent cet amour et ces souvenirs, ils deviennent, eux, par la magie du récit, le temps présent et ce qu’il y a d’éternel en lui.
À travers La Rencontre, et la découverte d’elle-même, Héloïse concevra l’absolue nécessité d’un renoncement aux repères qui l’auront jusqu’alors préservée.
« Un jour au réveil, une phrase dut investir ma toute première pensée : …Laissez partir ce qui doit s’en aller… ». De l’exigence de cette mue, dont rien ne saurait l’empêcher de payer le prix, elle pourra accéder à la plénitude de la relation, naître enfin à la vie dans toutes ses dimensions.

Héloïse est une œuvre d’une grande noblesse d’écriture et de poésie, où se rejoignent dans la même sphère le profane et le sacré, le charnel et le mystique pour une ode à l’amour et à la vie magnifiquement portée par la voix pleine et chaude de Sarah Jalabert. 
Dans ce texte, où la plénitude de l’amour se conquiert de haute lutte, il est une leçon de vie remarquable : « …toute grande victoire passe par cet éprouvant paradoxe : pour gagner il faut apprendre à perdre… »

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 septembre 4297
Nombre de visites sur la page 0
EAN13 9791096379538
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Héloïse
Sarah JALABERT
ISBN : 979-10-96379-53-8
© 15K - Septembre 2017
Couverture : Quentin Marcadet
15K propose des textes courts inédits à lire et à écouter sur supports numériques.
www.15k.fr
Avertissement
Cette œuvre numérique, comme toutes celles publiées par 15K, ne comporte pas de dispositif de cryptage limitant son utilisation. Elle n’en demeure pas moins protégée par le droit d ’auteur et est strictement réservée à l’usage privé du client. Toute reproduction ou diff usion au profit de tiers, à titre gratuit ou onéreux, de tout ou partie de cette œuvre est stric tement interdite et constitue une contrefaçon prévue par les articles L 335-2 et suiv ants du Code de la propriété intellectuelle. L’éditeur se réserve le droit de po ursuivre toute atteinte à ses droits de propriété intellectuelle devant les juridictions ci viles ou pénales.
vant ma rencontre avec lui, un matin de vacance, lo nguement jusqu’au zénith j’avais arpenté la plage. Le soleil et le bord de m er que mes pieds nus foulaient auxAre moi, un homme marchait. Onbaumes de soins. À quatre ou cinq mètres derriè avaient donné à ma peau des hâles inapprochables, e xceptés aux onguents et peut dire qu’il me suivait, mais avant tout il marc hait. La seconde d’agacement à l’idée d’être importunée fut très vite écartée, la présenc e de cet homme à sa marche excluait de cet étranger l’ennemi. Aussi, sans me retourner, acceptai-je le contact qui s’établit entre nous. Sur plusieurs kilomètres nous dûmes ain si longer la mer sans qu’un instant ne se rompe le fil. Je savais quand la distance aug mentait, et quand elle augmentait trop et menaçait de distendre notre dialogue ; il arriva it qu’il s’arrêtât, peut-être pour contempler la mer et l’horizon, ou du regard jouer avec un enfant, ou me regarder m’éloigner. J’étais tentée de me retourner, mais la qualité du moment s’insurgeait et me conseillait avec ardeur de n’y point céder. Pourquo i, qu’est-ce qui, au travers de nos deux êtres inconnus, avait lieu, et devait avoir li eu ? Qu’est-ce qui se disait ? Et profitait à merveille de cet homme et de cette femme pour éploy er, dans une durée idéale, son sens ? Il fallait absolument en préserver la chance . De nouveau l’homme fut à quelque courte distance derrière moi. Je sentis l’espace en tre mon dos et son corps devenir plus consistant. Et je sentis aussi, d’une vertigineuse perception, qu’il était sur le point de me rejoindre, qu’il prenait à cet instant même la déci sion d’accélérer le pas afin de parvenir à ma hauteur et me parler. Alors, rapide comme la fou dre, une force s’échappa de moi, elle l’implora, lui, qui la reçut aussitôt, de ne point enfreindre les lois de notre rencontre.