Histoires de chasse (presque) imaginaires

Histoires de chasse (presque) imaginaires

-

Livres
155 pages

Description

Voilà de bien réelles histoires de chasse !

Ce livre regorge d’histoires improbables, émouvantes, de folie. Ce sont pourtant des faits réels, des accidents, des incidents, se répétant chaque année pendant la période de chasse, relatés avec humour ou quelques grincements de dents…

« Les chasseurs assassinent mais il est interdit de les traiter d’assassins. Comme c’est amusant ! Le fusil n'est pas une arme et le chasseur est un amoureux des bêtes et de la nature. Il n’y a pas tuerie mais prélèvement, régulation, loisir, agrément, trompe l’ennui.

Au fond, les chasseurs sont de grands surréalistes… »



Eve Lerne est médecin, historienne (avec un intérêt particulier pour l’antiquité : Alea jacta est, La trahison au pouvoir), adhérente de plusieurs associations de protection de la nature, qui seront bénéficiaires des droits d’auteur.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 23 juillet 2018
Nombre de visites sur la page 0
EAN13 9782915238341
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Eve LERNE Histoires de chasse (presque) imaginaires Éditions Les Asclépiades
Les faits, accidents ou incidents, rapportés dans c e livre, sont réels. Cependant, « toutes personnes qui prétendraient se reconnaître seraient purement imaginaires et fictives ». (Frédéric Dard)
SOMMAIRE
ENCORE CETTE HISTOIRE !
Ces dénaturés qui défendent les bêtes et non les hommes
Deux mots en particulier aux loups de France
« Les chasseurs ont un cœur ! Qu’est-ce que vous croyez ?
Bienvenue au club des promeneuses canardées du dimanche
La Saint-Hubert et les deux amis
Il existe la chasse à courre, la chasse au canard, la chasse à l’affût et... la chasse à l’homme
La mauvaise réputation
Les histoires de chasseurs avinés sont exceptionnelles... Coup de chance, en voilà une !
Pour la chasse aux gros gibiers, il est devenu indispensable de différencier un bison d’un sanglier
Même les chiens des chasseurs s'y mettent
Deux mots à mon chat
Histoire d’une union impossible : celle des chasseurs et des écologistes en Tchéquie
Les balles perdues ne le sont pas pour tout le monde
Histoire d'une autre union : celle des chasseurs et… des décontamineurs nucléaires
Le chasseur, ce héro
Les ours dansants enfin mis à la retraite
La régulation du gibier par son élimination jusqu’à extinction
Le petit bonheur
Plaisir du jogging
Chasse et pêche
Les arbres sont-ils dangereux ?
L'apiculteur, une grosse bête à abattre
Un automobiliste exécuté par un brave chasseur ?... M’en fout !
Tentative de réconciliation
Une histoire de copains, ça vous dit ?
Mourir en plein bois : le vrai retour à la nature
Les animaux se défendent
Œil pour œil, dent pour dent
Eh attention ! Pas question de confondre chasseurs et assassins !
Dernières nouvelles des interviewés
- Encore cette histoire !Si j'avais su que c'était pour ça que vous vouliez me voir... Ma femme a rien compris au téléphone. Vous l'avez e mbrouillée, c'est sûr ! Enfin puisque vous êtes là... Vous êtes pas journaliste a u moins ? Bon parce que ceux-là ils racontent n'importe quoi dans leurs feuilles de cho u. Oh et puis si j'avais pas envie de répondre à vos questions ? Hein ? Bon d'un autre cô té autant en finir une bonne fois. C'est ridicule de monter en épingle cette malheureu se anecdote alors qu'il y a tant de misères de par le monde. Regardez la télé ! Vous li sez les nouvelles sur internet aussi, mmh ? Alors en ce moment vous avez réellement de qu oi vous pencher sur des événements à faire peur.
- Quand même, l'affaire sort de l'habitude. Une bat tue au sanglier qui finit chez un particulier... dont le chat est bouffé par la meute . C'est pas tous les jours !
- Justement. C'est exceptionnel alors passez votre chemin ! Les chiens étaient surexcités. Nous aussi. C'est un jeu la chasse, une habitude aussi, une culture, une hérédité. Essayez de comprendre un peu. Pour cette trop fameuse journée... Nous aurions dû l'abattre, ce foutu sanglier, pas devant les bicoques, toutes les mêmes d'ailleurs ces maisons dans ces affreux lotissement s, mais en forêt. Faut dire que les promoteurs immobiliers font du grand n'importe quoi . Ils construiraient sur notre tête s'ils le pouvaient. Pourvu qu'ils s'en foutent plei n les poches. Ce groupe de maisons n'existait pas il y a seulement cinq ans. Des fois on a l'impression que les lotissements poussent comme des champignons. Des maisons à deux pas de la forêt où l'on chasse régulièrement. Je vous demande un peu ! Les chiens ? Ben ce sont des chiens de chasse, pas des toutous de canapé à la mémère. Cert ains sont enfermés dans des chenils pendant l'année alors pensez quand on les l ibère, c'est pas pour leur faire des papouilles et guili-guili. Ils sont excités faut vo ir comme ! Des vrais fauves. Mais attention, éduqués aussi. Des fois, je vous l'accor de, il y a des ratés. On a tenté de les rappeler mais ils ne nous ont pas obéi. Faut les co mprendre. Ils couraient comme des fous derrière le sanglier, une belle bête, un adult e de trois-quatre ans. J'ai pas eu le temps de bien voir ce qui s’est réellement passé. L 'animal a réussi à foncer dans les jardins et nous l'avons perdu de vue car certains j ardins ont des grillages recouverts de végétation, avec des trous... Il y avait un gros tr ou, le sanglier pas bête s'est engouffré dans la brèche, les chiens juste derrière. Manque d e chasse, euh... manque de chance, le sanglier était ressorti par un autre trou et don c déjà loin. Ces clôtures sont trop mal entretenues. Les propriétaires sont fautifs aussi ! S’ils veulent une clôture imperméable… Bref ! Les chiens étaient fous furieux . Ils se disputaient entre eux dans le jardin où il y avait deux chats. L'un a pu se ré fugier sur un toit d'appentis mais pas l'autre, attaqué par un chien particulièrement exci té puis par les autres... C'est vrai que le chat est mort, à moitié éventré. Un chat blanc e t noir de gouttière comme il y en a tant. Certes ! Ça n'a rien de drôle. Bah ! Un chat ça se remplace. Ces gens ! Je parle des gens qui ont perdu leur chat, ils en font une a ffaire d'État. Exagéré non ?
- Ils s'attendaient à des excuses. Je reconnais que c'est un tantinet naïf de leur part. La politesse devient chose rare. Les excuses ennuie nt tout le monde, surtout celui qui s'y risque...
- Des excuses, des excuses ! Nous n'étions que cinq et il fallait reprendre les chiens qui étaient dans un état de surexcitation que je n' avais encore jamais vu. Sept chiens, ça ne se récupère pas en deux secondes. Le tout éta it de s'éloigner. Alors les excuses, pour la forme du reste, car le chat une fois à moit ié bouffé... on avait autre chose en tête. Ramener les chiens... Ces gens ont porté plai nte tous azimuts, même auprès de l'Office national de la chasse. Tout le tintouin. Des procéduriers. Des fous furieux.
- Un de leurs voisins parle de lapins disparus, cla piers éventrés, deux chiens sur les lieux dans un autre jardin. Vous êtes sûr qu'il n'y avait que sept chiens ? La propriétaire des lapins porte plainte aussi...
- Eh ben, bientôt, on va être responsable des dispa ritions des hérissons, des chiens du voisinage, et pourquoi pas aussi des maris qui e n auraient ras le trognon de leur bergère ! Responsables de tout ! Mon chapeau est as sez grand oui ? Ça conviendra ? Ah ça ! Ça les amuse de porter plainte et de demand er une enquête. Je suppose que ça met un peu de piment dans leur vie tristounette de banlieusards. Pour s'accrocher à des détails pareils, on voit bien que la société vi t dans du coton. Une bonne guerre par-dessus et on verra si les mêmes pleurent pour leur chat ou leurs lapins. Ils les boufferont eux-mêmes oui ! Ils viendront même nous implorer pour qu'on vienne les zigouiller avant de les balancer dans la casserole. Des chochottes oui ! Allez au-revoir ! C'est assez pour aujourd'hui. J'en ai ras la casque tte de cette histoire de chat crevé. Les chiens sont dressés pour tuer ; c'est normal. E t puis ils l'ont pas complètement bouffé ce chat ! Il en restait. Pour un ragoût, ça pouvait suffire. Ben non je ne plaisante pas ! C'est aussi bon que le lapin à ce qu'il paraî t. Que de bruit pour rien. Bon allez ça suffit ! Ras le bol de ces histoires de rien du tou t. Je ne vais pas me laisser enquiquiner pour un fait divers jusqu'à la saint-glinglin. Alle z ouste ! Je ne vous dis pas à la revoyure, hein !