I disgraziati

-

Français
101 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

"Les yeux fatigués et éteints par l'inertie des vingt jours de voyage de haute mer fixaient la bande encore sombre qui annonçait la terre du châtiment (...) Une terre qui , malgré l'espoir d'une évasion et d'une vie moins tourmentée qu'on ne le disait, était, sans qu'ils en aient conscience, terre de fin de vie, tombe, sur ces rives amazoniennes précédées d'îlots éparpillés."
"L'affaire Seznec Corse" qui met en scène, dans une langue insulaire d'une très grande richesse, la Corse des années 1850, ses traditions et sa langue.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2006
Nombre de lectures 106
EAN13 9782296427686
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0062€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

l Disgraziati
Les InfortunésCollections « textes régionaux»
Dirigée par Philippe Blanchet et Thierry Bulot
Créée en janvier 2002, le collection Textes régionaux a pour
vocation de publier des textes en langues régionales de France:
créations ou inédits, traductions (que la langue source soit une
langue régionale ou une autre langue) et édition ou réédition de
tout document rare ou épuisé, moderne ou ancien appartenant au
patQmoine linguistique régional de la France.
Textes régionaux a une démarche d'ouverture: il s'agit de faire
découvrir, de valoriser, de diffuser des textes d'auteurs d'hier et
d'aujourd'hui, de donner à voir la modernité des langues et
cultures régionales ainsi que les échanges dont elles témoignent
avec d'autres textes, d'autres langues, d'autres cultures.
Textes régionaux souhaite ainsi contribuer à une approche
raisonnée et respectueuse de la diversité linguistique et culturelle,
avec la conviction que le plurilinguisme est toujours un
enrichissement. C'est pour cela qu'elle propose, toutes les fois que
cela est possible, une livraison bilingue, ce qui l'amène à publier
également des traductions de textes littéraires régionaux dans des
langues de grande diffusion et des traductions en langues
régionales des textes du patrimoine littéraire mondial.
Ouvrages paros
Marcel Dalarun, A men leisi( « enprenant le temps qu'ilfaut », poèmes
en norman), 2004.
Daniel Laumesfeld, Récits, chansons etpoèmes franciques, 2005.
site: www.1ibrairieharmattan.com
diffusion.harmattan@Wanadoo.fr
e.mail: harmattanl@wanadoo.fr
@ L'Harmattan, 2005
ISBN: 2-7475-9994-9
EAN : 9782747599948Alexandre Marcellesi
l Disgraziati
Les Infortunés
Préface de Jacques Biancarelli
L'Harmattan
5-7, rue de l'École-Polytechnique; 75005 Paris
FRANCE
Espace L'Harmattan Kinshasa L'Harmattan Italia L'Harmattan Burkina FasoL'Harmattan Hongrie
Fac..des Sc. Sociales, Pol. et Via Degli Artisti, 15 1200 logements villa 96Kônyvesbolt
; BP243, KIN XI 10124 Torino 12B2260Adm.
Kossuth L. u. 14-16
Université de Kinshasa RDC ITALIE Ouagadougou 12-1053 BudapestPour tous les êtres
fraPPés par les coups
d'une cruelle destinéePar tutti quiddi
Colpi da a piola
Lu maldistinuLes Infortunés
Ouvrage publié avec l'aide de :
- La Collectivité tem.toriale de la Corse
- La Direction régionale des affaires culturelles de la Corse
- La C.CA.S. de l'B.D.F. à Ajaccio
Dessin de couverture:
- Michel Rivière, professeur d'Arts Plastiques à Salon
Ont contribué à cet ouvrage:
(( Ordinaiutu)) à Calvi- Marie-Simone Nobili: Société
- Solange Rossi
- Marie-Hélène Launqy-Rossi
- Alain Piazzola éditions
- Véronique Marcellesi : mise en ordre de l'édition bilingueI Disgraziati
- Opara publicata incù l'aiutu di :
A Cullitività tirrituriali di Corsica
A Dirizioni Rigiunali di l'Affari Culturali di Corsica
A.C.C.S. di E.D.F. in Aiacciu
- Dissegnu di cuprendula di
Micheli Riviere, pruffissori d'arti plastici à Salà
opara da :- Priparazioni di l'
Mariasimona Nobili di Ordinaiutu in Calvi
Solange Rossi, Maria Lena Launay-Rossi
Alain Piazzola edizioni
Véronique Marcellesi, pa a cura di l'idizioni bislingua8
Préface
Ces quelques pages noircies par Alexandre Marcellesi ont attiré
mon attention à plus d'un titre.
Oublions tout d'abord lefait qu'Alexandre Marcellesi est pour
moi un ami, une de cespersonnes qui, sans fréquentes rencontres, vous
aide à poursuivre le chemin au début duquel on s'est rencontrés.
L'intérêt que J) porte procède aussi d'autre chose.
La lecture par nature, pose problèmes. Sinon, elle ne peut être
véritable lecture. Et JC dois avouer que JC me trouve parfois à mi-chemin,
parfois ni en pleine mer, ni au port. Mais qu'importe!
Ce que nous propose de lire Alexandre pourrait être soit une
nouvelle, soit la source d'un roman, soit un scénario. . .. pour le théâtre,
le cinéma ou même pour une œuvre t'hantée. C'est tout cela, mais plus
encore.
Ce pourrait être un recuei4 un essai rapportant des évènements
appréhendés dans une vision plus ou moins globale ou à l'inverse
pointilliste. Une manière comme une autre de Jeter un regard sur le
passé par la recherche de ses origines et de ses souvenirs personnels.
Des pages et des pages en témoignent. Mais!9
Prifaziu
Quis si pochi fogli di carta anniriti da Lisandru
Marcelelsi m'hani fattu casuu à più d'un titulu.
Mittimu subitu da cantu u fattu chi Lisandru hè par
mè un ammicu, una di quissi parsoni chi, senza bisognu
d'essa sempri capu e capu, musu è musu, v'aiutani à tèna u
solcu dundi vo seti scontri.
U impegni hè altru.
A littura poni quistioni. Sinno ; ùn po essa littura. E
di fattu qui, mi so trovu tandu à mezza strada, tandu ne in
mari ne in portio Eppo dopu. . .
U da leghja propostu da Lisandru pudaria essa sia
una nuvella sia una tamma d'un rumanzu, sia unu
scenariu. . .par teatru, sinemà 0 ancu opara cantata. Ed hè
quissa, mà mie ca chè quissa.
Pudaria essa par altru una questula, una prova
annant'à fatti più 0 menu generali, 0 à l'incontrariu più 0
menu particulari. Una manera comm'è una'altra di vultà in
circa di i so origini, di a so propria mimmoria.
Or di quissa ci n'hè pagini. Mà !10
Mais il reste surtout un récit fondé sur des faits vécus par une
communauté qu'Alexandre et moi, et d'autres, connaissons.
Il s'agit donc d'un récit mais avec toutes ses précisions mais
aussi rendu diaphane par l'oubli, par le doute, ici ou là.
Le récit a ses qualités propres, selon moz~ mais peut avoir aussi
valeur de témoignage et de document. Il faudra disposer de davantage de
temps et de place pour pouvoir exprimer toute la richesse de cette souche
entaillée par Alexandre. De lecture en relecture s'ouvre, pour nous, un
sésame qui pourrait nous aider à connaître et à comprendre ce que
furent la vie de nos aïeux et les méandres d'une société qui, à l'époque,
(( )),savait choisir ceux qu'elle frappait d'indignité de même
qu'atgourd'huz~ il nous serait nécessaire pour l'explication d'un
événement qui nous concerne, parce que nous ne savons pas ce qui nous
amve.
Alexandre nous propose une lecture qui reste inachevée. Il
laisse libre cours à notre imaginaire et va au-delà. Malgré lui et sans
prétention de sa part, il invite celui qui s'en estime capable, à s'engager
dans l'avenir et, en même temps, à se tourner vers lepassé pour être plus
présent dans le quotidien d'atgourd'hui. Sz~ quelquefois, sa manière
d'agencer son récit peut apparaître quelque peu passionnée, sans être
Jamais obsédante, il me semble qu'elle nefait qu'qjouter à l'intérêt de ce
qu'il nous propose.
Je souhaiterais, quant à moi, deux choses:
La première serait qu'Alexandre ne s'en tienne pas à ce seul
essai, mais qu'à partir de là, il produise une œuvre littéraire du genre:
nouvelle, roman, pièce de théâtre. Moz~Je sais qu'il lepeut.