Identification

-

Livres
115 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L'ensemble de ce recueil pourrait se résumer en une phrase, qui se trouve dans la nouvelle éponyme Identification : "Dès que je me concentre sur un humain, je ne suis plus moi, je me transforme en lui". L'auteur a une capacité d'empathie hors norme, et prête sa voix dans chaque récit à un personnage différent, par identification. (...) L'auteur montre des réalités souvent difficiles, lourdes, où l'enfermement est très présent, mais sans jamais tomber dans le désespoir". Luc Hazebrouck.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 octobre 2010
Nombre de lectures 237
EAN13 9782296708327
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0068€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème





































Identification

et autres nouvelles


Isabelle Guyon








Identification
et autres nouvelles
















L’Harmattan

Du même auteur
La Mer des Pluies, roman, L’Harmattan, 2009.

























































































































© L’Harmattan, 2010
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-296-12971-9
EAN : 9782296129719








ALuc D, Roger B, Gerardo, Giuseppe, Lionel… et Margot










Giuseppe





Jedois sortir dans un mois.
Ledirecteur m’a dit :« Giuseppe, il faut préparer
votre sortie ». Ce sont ses propres mots.

Maisje ne veux pas sortir.
Jeveux rester ici.

Depuisquinze ans que je visà l’intérieur, je me
suis habitué à ma cellule.
J’ypasse toutes mes journées, sauf quand je suis à
l’atelier.
Al’atelier, je découpe des confetti. C’est agréable,
c’est facile, pas besoin de réfléchir.
Ilparaît que l’usine d’articles de fête qui nous les
achète va faire faillite. Dommage.
Ensuite,je rentre.
Lesamedi et le dimanche, je ne sors pas.
Pasde visite, pas de parloir. Souvent je ne vais
même pas en promenade. De temps en temps
seulement, je descends discuter un peu avec Roger.
C’est bien comme ça.

Dansma cellule, je lis, je réfléchis, je fabrique des
choses. Je sculpte des objets dans des noyaux

11