J
416 pages
Français

J'étais Quentin Erschen

-

Description

Fille unique, Natacha Flinch a grandi dans la dévotion pour les enfants Erschen, ses voisins. Peut-être parce qu’ils avaient perdu leur mère et que leur statut d’orphelins les rendait fascinants. Ou peut-être simplement parce qu’ils étaient trois et inventaient des jeux étranges auxquels Natacha n’aurait jamais pu jouer seule. A Olsenheim, leur ville natale, elle n’avait qu’à sauter la haie séparant leurs jardins pour rejoindre Quentin, Raphaël et Delphine Erschen. Quinze ans plus tard, il lui suffit de pousser la porte de sa chambre : ils ont tous les quatre emménagé dans un appartement du boulevard Brune, à l’extrême sud de Paris, pour y suivre leurs études. Promis à un brillant avenir de chirurgien, Quentin est absorbé par ses cours et ses stages. Inscrite en fac d’anglais, Delphine ne pense qu’à tout arrêter. Raphaël ne semble penser qu’aux filles. Et Natacha ne pense qu’à Quentin. Ils ont grandi. Pourtant personne d’autre n’entre jamais chez eux. Comme si les murs de briques rouges des boulevards des maréchaux abritaient un temple dédié à leur passé commun. Les Erschen redoutent-ils de voir avec des yeux d’adultes la plaie ancienne de la disparition de leur mère ? Natacha préfère-t-elle retarder le moment où elle devra admettre que Quentin ne peut l’aimer que comme une seconde sœur ? Il faudra qu’un événement dévastateur frappe l’appartement du boulevard Brune pour forcer ses habitants à se poser la question : faut-il sacrifier l’avenir au culte des souvenirs, ou faire le choix du bonheur ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 28 août 2013
Nombre de lectures 33
EAN13 9782213679303
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Fille unique, Natacha Flinch a grandi dans la dévotion pour les enfants Erschen, ses voisins. Peut-être parce qu’ils avaient perdu leur mère et que leur statut d’orphelins les rendait fascinants. Ou peut-être simplement parce qu’ils étaient trois et inventaient des jeux étranges auxquels Natacha n’aurait jamais pu jouer seule. A Olsenheim, leur ville natale, elle n’avait qu’à sauter la haie séparant leurs jardins pour rejoindre Quentin, Raphaël et Delphine Erschen. Quinze ans plus tard, il lui suffit de pousser la porte de sa chambre : ils ont tous les quatre emménagé dans un appartement du boulevard Brune, à l’extrême sud de Paris, pour y suivre leurs études. Promis à un brillant avenir de chirurgien, Quentin est absorbé par ses cours et ses stages. Inscrite en fac d’anglais, Delphine ne pense qu’à tout arrêter. Raphaël ne semble penser qu’aux filles. Et Natacha ne pense qu’à Quentin. Ils ont grandi. Pourtant personne d’autre n’entre jamais chez eux. Comme si les murs de briques rouges des boulevards des maréchaux abritaient un temple dédié à leur passé commun. Les Erschen redoutent-ils de voir avec des yeux d’adultes la plaie ancienne de la disparition de leur mère ? Natacha préfère-t-elle retarder le moment où elle devra admettre que Quentin ne peut l’aimer que comme une seconde sœur ? Il faudra qu’un événement dévastateur frappe l’appartement du boulevard Brune pour forcer ses habitants à se poser la question : faut-il sacrifier l’avenir au culte des souvenirs, ou faire le choix du bonheur ?