Je Suis Matière

Je Suis Matière

-

Livres
145 pages

Description

Croyez-vous aux fantômes ? Ceux de l’intérieur existent, l’auteur les a rencontrés.

Croyez-vous à la réincarnation des animaux ? De Poupousse l’écureuil à Poupousse le chien, l’auteur a osé !

Toutes ces questions farfelues se bousculent aux portillons d’une vie apparemment dépourvue de sens mais que des fantômes tout comme des animaux vont révéler, chacun à leur manière.

A travers une enquête pointue, menée par le narrateur, nous débusquons ce que l’identité véritable doit à l’ouverture du Cœur dont Lui seul peut éteindre la question car Lui seul l’engendre. C’est du moins ce qu’enseignent les petits animaux de ce récit, véritables zoothérapeutes et maîtres spirituels par la même occasion.

Et même les fantômes se prêtent de mauvaise grâce à ce travail de reconquête de Soi...

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 20 avril 2018
Nombre de visites sur la page 1
EAN13 9782367910925
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
JE SUIS MATIÈRE de Georgia JANVIER (extrait) Il y a des moments dans la vie, juste avant l’épreu ve, où vous savez. Vous savez que vous vous engagez dans une voie sans issue. Vou s savez que la personne ou la situation que vous venez de rencontrer vous fera vi vre le pire. C’est une étrange connaissance car l’évidence est comme anesthésiée e n vous tandis que, posément, vous vous fourrez dans le guêpier que la vie vous p ropose. Je crois toujours que c’est très bien ainsi. Parce qu’il n’y a rien d’innocent dans tout cela. Quelque chose en nous veut, a les moyens de r encontrer ces moments malheureux et y cherche la répétition d’un état int érieur, son objectivation en quelque sorte afin que, dans l’ici et maintenant, surgisse l’opportunité d’y dénouer volontiers des nœuds, d’y réparer des blessures, supposées inguéri ssables, d’y dépasser des limites réputées infranchissables ou de nous libérer de cet te obscurité qui guette en nous les chemins de sa clarté. Si nous sommes capables de ne pas rendre l’autre, h omme ou situation, responsable de tous nos maux, si, malgré la douleur ressentie, il y a la possibilité de concevoir, ne serait-ce qu’imparfaitement, notre pr opre implication dans l’affaire, alors ces situations seront aussi des opportunités pour a ller de l’avant ou vers un à-valoir d’où surgira un jour un accomplissement possible ou une autoguérison. De ceci, je peux témoigner. ***** Ce qui nous trouble, c’est que visiblement le but d e la Vie n’est pas de créer un monde parfait. Visiblement, elle s’en fout. Alors q ue veut-ELLE ? À cette question, j’ai trouvé une réponse pour moi-même, au moins, et c’es t dans l’adéquation parfaite entre mon enfance et la mission que je me suis donnée en tant qu’adulte, face au réel de souffrance qui me défiait, que je l’ai trouvée. Pour moi, il s’agissait d’aller vers le « fou », de rencontrer la subconscience, sans 1m’y abîmer à jamais, de l’explorer, de la comprendr e, de la maîtriser . Comme Jonas dans le ventre de la Baleine, j’y suis demeurée lon gtemps prisonnière ; j’ai fini par y établir des repères, j’y ai forgé quelques outils, trouvé quelques réponses, dont Poupousse apporte ici une mince contribution de ce que j’aurais à vous dire au bout de ce long, très long voyage en inconscient… Et c’est cette enfance qui m’a donné ce potentiel d e déstructuration assorti de la force de tout reconstruire, ailleurs et autrement. Elle fut idéale pour affronter ce que la Vie me réservait. Je l’ai subie d’abord, digérée en suite, pour finir par y répondre intelligemment, peut-être, le temps passant… ***** Ce livre est l’histoire d’une assomption de la cons cience, scénarisée par la Vie elle-même, grâce à un transfert réussi et l’amour sacrif iciel de petits animaux qui sont ici de véritables maîtres spirituels, d’authentiques marab outs car, m’ont-ils enseigné, lentement, patiemment, tendrement la Vie, inépuisab le créatrice, change tout en bien…
Notes [1]  Il ne s’agit en rien de muscles bandés pour écraser l’obstacle mais d’ouverture et de collaboration, par-delà la douleur et d’intelligence active prompte à relever des défis.