//img.uscri.be/pth/f0ca7235dd220eb1c6401914ae08e8e8f2fa473f
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF - EPUB - MOBI

sans DRM

L'Aigle se fâche – Tome 1

De
88 pages

À la suite de la disparition de Sylvie Poitier, adolescente de 15 ans, fille de la Libellule et du Puma, ainsi que la disparition de sa copine, Nadine Carembois, l’Aigle est entraîné dans une organisation d’enfants prostitués qui sont formés pour l’espionnage. Cette mission va le conduire dans différents pays où la morale n’existe plus et les cadavres s’accumulent.


Voir plus Voir moins
Copyright
Cet ouvrage a été composér Edilivre 175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50 Mail : client@edilivre.com www.edilivre.com
Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction, intégrale ou partielle réservés pour tous pays.
ISBN numérique : 978-2-334-22487-1
© Edilivre, 2017
Toutes ressemblances avec des personnes ou des faits ayant existé, ne seraient que pures coïncidences.
Présentation des agents de cette mission avec l’autorisation du Lion et de la Libellule.
Compagnie Populaire d’Assurance
Directeur :
Le Lion :Alias Ernest Chamboux, sexe masculin, 59 ans, 1.69 m, 80 kg, QI 195.
Ancien sous-directeur :
Le Puma :Alias Georges Poitier, sexe masculin, 44 ans, décédé. Non remplacé à ce jour.
er Agents du 1 Degré :
La Libellule : Alias Françoise Poitier, sexe féminin, 35 ans, 1.70m, 60kg, QI 185. e Spécialités : renseignements, 5 Dan de karaté.
L’Aigle :Paul Murano, sexe masculin, 33 ans, 1.95m, 93 kg. QI 185. Spécialités : Alias e e 6 Dan de karaté, 3 Dan de judo. Noté 160/200 en boxe, Full contact, tir, combat à l’arme blanche et transmissions. Sa préférence : l’attaque à la gorge.
Le Naja :Alias Serge Simian, sexe masculin, 36 ans, 1.88m 91kg, QI 182, ceinture rouge de karaté, Kung-fu (technique du serpent), noté 150/200 en Thaï kuendo, tir, combat à l’arme blanche, transmissions et déguisements.
e La Fouine :Dan de karaté.Alias Michel Grandin, sexe masculin, 1.86m, 85kg, QI 180, 6 Spécialités : renseignements, spécialiste de l’écoute, de la visée, d’informatique et artificier.
ème Agents du 2 Degré :
El Toro :Pablo Guttierez, sexe masculin, 44 ans, 1.93m, 110kg, QI 178. Alias Spécialités. Boxe super lourd, haltérophilie, transmissions et mécanique.
El Gato, dit le chat :Alias Pedro Sanchez, sexe masculin, 38 ans, 1.98m 98kg, QI 182, e 6 Dan de karaté. Spécialités : faussaire, renseignements. Très impulsif, particularité : Hait l’organisation, 1 jeune sœur décédée par celle-ci.
e La Hyène : Alias Dan deNatacha Narienko, sexe féminin, 39 ans, 1.70m, 63kg, 6 karaté. Noté 170/200 en tir, combat à l’arme blanche, pilote de tous ce qui vole. Spécialités : Biologie, transmissions. Particularité : éventre ses victimes au couteau de chasse.
Le Bœuf : Alias Ivan Siaslokov, sexe masculin, 41 ans, 1.95m, 125kg, QI 182. Boxe super lourd, Close combat. Noté170/200 au tir, combat à l’arme blanche, Lance roquettes. Spécialités : mécanique, électronique, transmissions.
Le Bélier :Alias Ladislas Ivanovitch Grenko, sexe masculin, 39 ans, 1.82m, 90kg QI 180, e 6 Dan de karaté, Full contact, Kung-fu. Noté 165/200 au tir, combat à l’arme blanche. Spécialités : Instructeur artificier, transmissions, renseignements, faussaire. Sa préférence : le coup de tête.
Le Mulot :Alias Ahmed Zéroual, sexe masculin, 41 ans, décédé.
Le Mustang :Alias Rachid Zinédine, sexe masculin, 39 ans, décédé.
e Le Mandrill :Dan de Alias Phan Lee, sexe masculin, 46 ans, 1.78m, 88kg QI 183, 6 karaté. Noté 185/200 au tir, combat à l’arme blanche, boxe Thaï. Spécialités : renseignements, chimie, médecine, faussaire. Sa préférence : faire exploser le cœur de son adversaire en le frappant du plat de la main. Dirige un centre de réinsertion pour les enfants
de la rue.
Le Furet :Hector Van Deck, sexe masculin, 53 ans, 1.76m, 80kg, QI 185. Alias e Spécialités : faussaire, renseignements, ingénieur en électronique, 6 Dan de karaté. Noté165/200 au tir, combat à l’arme blanche. Sa préférence : inventer des gadgets pour les agents.
Chapitre 1
eudi 13 octobre, 12h45, Sylvie Poitier, une jeune lycéenne de 15 ans sort de l’école avec Json amie Nadine. Elles sont voisines, leurs villas étant mitoyennes. Les deux adolescentes rentrent tous les jours ensemble. Il y a un arrêt de bus devant chez elles mais elles préfèrent faire les deux kilomètres qui séparent le lycée de leur domicile, à pied. Cela leur permet de faire du lèche vitrine et aussi de regarder passer les garçons de leur âge. A 13h30, madame Colette Carembois, maman de la petite Nadine, frappe chez madame Françoise Poitier, inquiète de l’absence de sa fille. – « Il ne faut pas vous inquiéter, Colette, Nadine et Sylvie ont dû rester manger à la cantine pour mieux réviser leurs devoirs ensuite. Elles le font souvent et puis, à la fin du mois, elles ont leur contrôle sur toutes les matières. » – « Mais Nadine ne m’a pas demandé d’argent pour ses tickets de cantine et d’habitude, elle me le dit quand elle ne vient pas manger ! » – « Sylvie a toujours des tickets d’avance et elles ont dû décider de rester au dernier moment. Ce ne sont plus des petites filles. A leur retour, si je vois Nadine avant vous, je lui dirai que la prochaine fois, elle vous prévienne. Tenez ! Restez mangé. Cela nous tiendra compagnie. Depuis que Georges est mort, quand la petite n’est pas là, je ressens la solitude. Je suppose que pour vous, vous devez ressentir la même chose avec votre mari qui est sur les routes à longueur d’année ? » – « C’est vraie Françoise, mais je ne voudrai pas vous déranger. » – « Mais au contraire Colette, vous ne me dérangez pas du tout. Nous nous tiendrons compagnie et en plus, j’ai fait votre dessert favori à vous et à Sylvie. Des fraises à la crème. Vous mangerez sa part. La prochaine fois, Sylvie avertira de son absence. » – « Des fraises mi-octobre ? » – « Ha ! Je ne vous dirai pas où je les trouve, mais à cette époque, ça vaut une petite fortune. Allez, asseyez-vous. »
* * *
Vendredi 14 octobre 9h00, au dernier étage d’un immeuble d’assurance. La particularité de cette maison d’assurances-vie, c’est qu’elle ne propose pas de questionnaire de santé sur leurs contrats et pour cause ! Cet immeuble est en fait, le centre nerveux de la France. Un service qui voyage en eaux troubles. Un peu la police des polices du contre espionnage français. Son patron, Ernest Chamboux, la soixantaine, un mètre soixante-neuf pour quatre-vingts kilos, rondouillard et myope, ferait le parfais retraité de la SNCF s’il n’avait pas un QI de 195 et s’il n’avait pas été dans le service actif dans sa jeunesse. Trente-quatre ans dans la même maison, en gravissant tous les échelons. Cet homme est un père pour ses subalternes et un fauve sans pitié pour les ennemis de la France, même si ceux-ci ont travaillé sous ses ordres. Le seul humour qu’il accepte est le sien. En partant du principe que tous les êtres humains sont pis que des animaux, il se fait appeler le Lion et, bien entendu, chaque actif travaillant sous ses ordres a un nom d’animal comme code. Tous ses employés, administratifs ou actifs, ont l’impression qu’il vit dans son bureau. Personne ne connaît son domicile, ni qui il fréquente en dehors de son travail, ni même s’il a une vie de famille. Quant au nom d’Ernest Chamboux, tout son personnel sait que c’est le nom qui est affiché dans le hall d’entré, devant le grade de directeur. Tout son personnel sait aussi que cette identité est aussi fausse que la compagnie d’assurance. C’est pourquoi les administratifs l’appelle monsieur le directeur et les actifs, patron ou le Lion. – « Entrez l’Aigle, je vous ai demandé de venir pour vous confier une mission d’agrément.
Cela vous changera de la routine. Mais je vous en prie ! Asseyez-vous. Je vous offre à boire ? » – « Perrier menthe, merci. Mais je me méfie. Dois-je prendre l’armement lourd et demander un sous-marin nucléaire à l’armurerie ? Parce qu’à chaque fois que vous me confiez une mission d’agrément, je serais tenté par une assurance-vie ! » – « Votre humour est mal à propos. Et quand je vous dis une mission d’agrément, même votre fils de dix ans, si vous étiez papa, pourrait la mener à bien. Tenez, voici le dossier. » L’Aigle, alias Paul Murano, trente-trois ans, 1.95m pour 93 kilos de muscles, ceinture e e noire 6 Dan de karaté, 3 Dan de judo et très bien noté en boxe, full contact, tirs, et combats à l’arme blanche, sans compter son petit hobby pour construire des armes avec tous ce qui lui passe sous la main. Ce qu’il préfère, c’est ce que l’on pourrait appeler le panier de la ménagère. Faire un lance flamme avec un aérosol, une grenade offensive avec de l’ammoniaque et de la teinture d’iode qu’il filtre après avoir mélangé et récupéré ainsi, les petits cristaux qu’il peut transformer en grenade défensive en y ajoutant au choix, billes de roulements, écrous, clous, etc. Après avoir fait l’armée comme sous-marinier, dans les transmissions, il avait été choisi par l’agence pour son goût du sport de combat, de l’aventure mais surtout, pour son QI de 185 et son intégrité. N’ayant pas de famille et venant de l’assistance public, il n’avait aucun point faible où ses ennemis éventuels pourraient s’accrocher à part son goût immodéré pour la femme en général où il était en perpétuel coup de foudre et son amour ne durait que le temps d’en trouver une plus jolie. – « Mais Lion, c’est une mission de flic que vous me donnez ! Même un flic en uniforme serait capable de retrouver ces deux filles ! » – « C’est ce que je me suis dit avant de recevoir un coup de fil venant d’en haut et sur ma ligne privée et surtout, avant de connaître le nom de ces enfants. Il se pourrait que ces deux disparitions soient un petit grain de sable sur une affaire beaucoup plus grosse. De plus, le père décédé d’une de ces filles, Georges Poitier, travaillait au service actif puis, au service administratif. J’en fais donc une affaire personnelle. Ces disparitions pourraient avoir quelque chose en commun avec une organisation qui s’occupe de la traite des femmes en Europe. Mais la particularité de l’affaire, et c’est pour cela qu’Interpole n’est pas sur le coup ni aucun autre organisme d’ailleurs à part la police nationale qui s’occupe uniquement de la disparition, c’est qu’on a tout lieu de croire qu’à part la prostitution, ces filles suivent un entraînement et un lavage de cerveau pour être vendues ensuite, dans certains points stratégiques, comme prostituées et surtout, comme espionnes. Et leOn, croit aussi que tous les vrais faux papiers de ces belles de nuit sont faits par des diplomates à nous, en Belgique. Votre avion décolle pour Bruges à 11h00. Vous avez juste le temps de lire le dossier et de préparer votre valise. » – « Mais, il n’y a pas d’ambassade française à Bruges ? Et je descends où ? Hôtel Terminus, comme d’habitude ? » – « Non, vous irez voir votre contact qui tient un garage automobile. Tenez, voici l’adresse. Vous en profiterez pour lui louer une voiture. Il en a mis une de côté pour vous. Pour l’hôtel, vous irez à la (Petite France). C’est un trois étoiles et en plus, il y a un congrès de compagnie d’assurance. N’est-ce pas un hasard ? » – « Vous parlez d’un hasard ! Il s’appelle “On” ou le “Lion”, le hasard ? Et à part retrouver la petite et sa copine, je suis censé faire quoi là-bas ? » – « Foutez-moi en l’air cette organisation, succédez-moi, sans faire de vague évidement, le ou les diplomates compromis, prenez contact avec Interpole ensuite, pour qu’ils se chargent de retrouver le pays et les familles respectives de chaque enfant. Attention ! J’ai parlé de filles mais il y a peut-être aussi des garçons. Et enfin, revenez aussi avec leurs fichiers pour savoir où chaque enfant déjà entraîné a été placé. » – « Pouah ! Cette mission me donne déjà la nausée. Et avant que son chef, le roi des animaux, ne s’emporte. Bon ! J’y vais Lion. J’ai tout juste le temps de faire ma valise. »
Épilogue
amedi 29 octobre à 10h00, dans le bureau du Lion. S– « Bonjour Lion, et notre petite protégée, vous avez des nouvelles ? Je n’ai pas eu le temps de passer à l’hôpital. » – « Bonjour l’Aigle. J’ai téléphoné, il y a une heure. Elle ne restera pas longtemps là-bas. Cela ne faisait pas longtemps qu’elle était droguée. Le médecin m’a affirmé qu’un sevrage de deux...