//img.uscri.be/pth/368f6e5b4fe2e31ed39e9808c0fb5914c6bc7563
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

L'Amour est un fleuve de Sibérie

De
198 pages
Silvio est le gardien d’un camping au bord de la mer, en Camargue, à la morte-saison. Ce rêveur éveillé vit avec ses souvenirs, l’hôtel de la Bélugue où sa mère célibataire l’éduqua entre les transats et les disques de jazz. Silvio est surtout hanté par une question : qui est son père ? Et comment pourrait-il le retrouver ? Ainsi commence une enquête sentimentale absurde et obstinée, une filature du côté des pensionnaires de la Bélugue, des sentiments abandonnés, des vérités qui se dérobent. Serait-ce Monsieur Milianoff, pris en photo sur la plage, souriant tendrement ? Ou alors Johnny Wood, le guitariste à l’accent de l’Alabama ? Peut-être le Yachtman, un skipper à terre en attente éternelle de lever l’ancre ? Qu’importe, se dit-il, alors que les eaux du Rhône montent… Ce beau roman mélancolique de Jean-Pierre Milovanoff se lit comme un blues : un chant qui vous prend à la gorge.
Voir plus Voir moins
Silvio est le gardien d’un camping au bord de la mer, en Camargue, à la morte-saison. Ce rêveur éveillé vit avec ses souvenirs, l’hôtel de la Bélugue où sa mère célibataire l’éduqua entre les transats et les disques de jazz. Silvio est surtout hanté par une question : qui est son père ? Et comment pourrait-il le retrouver ? Ainsi commence une enquête sentimentale absurde et obstinée, une filature du côté des pensionnaires de la Bélugue, des sentiments abandonnés, des vérités qui se dérobent. Serait-ce Monsieur Milianoff, pris en photo sur la plage, souriant tendrement ? Ou alors Johnny Wood, le guitariste à l’accent de l’Alabama ? Peut-être le Yachtman, un skipper à terre en attente éternelle de lever l’ancre ? Qu’importe, se dit-il, alors que les eaux du Rhône montent… Ce beau roman mélancolique de Jean-Pierre Milovanoff se lit comme un blues : un chant qui vous prend à la gorge.