//img.uscri.be/pth/24ac81443a21d1ce3822d871efd305343b47316d
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

L'envers de la cape

De
192 pages

La tauromachie comme terre promise.
La gloire des arènes pour reconquérir une
Espagne d’où furent chassés ses ancêtres
marranes.Son nom en lettres noires sur le
revers d’une cape pour en finir avec ses
origines cachées.Voilà ce qu’il voulait.
Mais comment revêtir un costume de
lumière quand on s’appelle Domb ?
Comment se forger un destin ibérique
quand on est né à Nîmes de parents exilés ?
Sitôt franchies les Pyrénées, le jeune
torero se choisit un autre patronyme.
« Casas » donnera mieux sur les affiches.
Aujourd’hui son passeport porte la mention
« Domb Pseudo Casas ». Et parfois il
lui semble que c’est toute sa vie, tout son
être qui se résume à ce nom-là : Pseudo.


Fragments autobiographiques mêlés
aux plus belles histoires – vraies ou inventées
– du mundillo composent cette quête
d’identité romanesque. Du sable brûlant
de la piste au silence des chambres
d’hôtel s’y déploie tout ce que la corrida
peut susciter d’émotions extra-taurines.
Pourtant les errances ramènent toujours
aux arènes.L’endroit où l’homme, face à
la mort, est sûr d’être lui-même.


Né à Nîmes, Simon Casas en dirige
aujourd’hui les arènes.L’envers de la cape est
son troisième livre, après Taches d’encres et
de sang
(Le diable vauvert, 2003).

Voir plus Voir moins
La tauromachie comme terre promise.
La gloire des arènes pour reconquérir une
Espagne d’où furent chassés ses ancêtres
marranes.Son nom en lettres noires sur le
revers d’une cape pour en finir avec ses
origines cachées.Voilà ce qu’il voulait.
Mais comment revêtir un costume de
lumière quand on s’appelle Domb ?
Comment se forger un destin ibérique

quand on est né à Nîmes de parents exilés ?
Sitôt franchies les Pyrénées, le jeune
torero se choisit un autre patronyme.
« Casas » donnera mieux sur les affiches.
Aujourd’hui son passeport porte la mention
« Domb Pseudo Casas ». Et parfois il
lui semble que c’est toute sa vie, tout son
être qui se résume à ce nom-là : Pseudo.

Fragments autobiographiques mêlés
aux plus belles histoires – vraies ou inventées
– du
mundillo composent cette quête
d’identité romanesque. Du sable brûlant
de la piste au silence des chambres
d’hôtel s’y déploie tout ce que la corrida
peut susciter d’émotions extra-taurines.
Pourtant les errances ramènent toujours
aux arènes.L’endroit où l’homme, face à
la mort, est sûr d’être lui-même.

Né à Nîmes, Simon Casas en dirige
aujourd’hui les arènes.L’envers de la cape est
son troisième livre, après Taches d’encres et
de sang
(Le diable vauvert, 2003).