L’homme battu, un tabou au coeur du tabou

-

Livres
99 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Pour la majorité des gens, parler d'hommes battus est incroyable. Pourtant, la triste réalité est qu'il existe des hommes battus. Sauf que ceux-ci n'en parlent pas et qu'ils ne peuvent, contrairement aux femmes, compter sur des ressources communautaires pour les aider à sortir du cycle infernal de la violence conjugale.
Pour la première fois, une femme, Sophie Torrent, fait de l'homme battu par sa conjointe le sujet d'un livre. En se basant sur le témoignage d'hommes reconnus violentés, elle pénètre au cur de la dynamique relationnelle sise au sein de la sphère conjugale. Elle définit ce qu'est un homme battu par sa conjointe et en quoi la violence féminine diffère de la violence masculine.
Elle explique aussi pourquoi les hommes n'en parlent pas et persévèrent à entretenir une relation dont ils sont victimes. Elle démontre les conséquences négatives des violences physiques sur l'identité de l'homme. Elle décrit les stratégies de l'homme battu pour essayer de gérer cette violence, de la limiter et, même, de la minimiser. Elle pose une question cruciale : l'homme battu peut-il retrouver sa dignité ?
Heureusement, ce livre se termine sur une note optimiste lorsque l'auteure décrit ce que peut faire l'homme battu pour quitter une relation conjugale souffrante et dépasser sa réalité d'homme violenté.
Ce livre souhaite briser le tabou des hommes violentés par leurs conjointes, sensibiliser la population et les intervenants socio-judiciaires à cette réalité. Il invite à dépasser les stéréotypes de l'homme agresseur et de la femme violente et rétablit la violence comme le fruit d'une interaction entre deux personnes responsables.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 12 février 2009
Nombre de visites sur la page 15
EAN13 9782981753113
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0082 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
À toutes celles et tous ceux qui pensent que la vio lence conjugale est l’apanage des hommes.
Aux hommes qui m’ont livré leur témoignage, et à ce ux qui souffrent sans témoigner.
Préface Avertissement Introduction
Sommaire
Première partie Le phénomène: l’homme violenté dans son rôle
Chapitre 1 :Les formes de violence envers l’homme 1. Les violences psychologiques 2. Les violences corporelles
Chapitre 2 :La cible de la violence: les rôles masculins 1. Les atteintes dans la sphère publique La sphère professionnelle La sphère familiale et amicale 2. Les atteintes dans la sphère privée L’homme dans son rôle d’amant L’homme dans son rôle de partenaire L’homme dans son rôle de père
Chapitre 3 :Les conséquences de la violence: une vulnérabilité identitaire 1. L’identité personnelle 2. L’identité sociale
Deuxième partie Les modes de gestion du phénomène
Chapitre 1 :Les stratégies de gestion du stigmate 1.1. L’homme battu, discréditable La stratégie d’évitement La stratégie de déguisement 2. L’homme battu, discrédité La stratégie de sélection
Chapitre 2 :Les stratégies de survie 1. La stratégie de dénégation La perception de la responsabilité La perception de la gravité La perception de l’avenir 2. La stratégie d’adaptation
L’autoprotection Le surinvestissement Le dépassement de soi
Troisième partie Le dépassement du phénomène
Chapitre 1 :lématique etLa prise de conscience de la réalité conjugale prob l’intention de changer 1. Partir ou rester Les sentiments Les rôles significatifs Les bénéfices secondaires Les ressources propres 2. Les éléments déclencheurs
Chapitre 2 :La tentative de dépassement du phénomène 1. La rupture: un processus abouti? 2. La victimisation: un processus avorté? Devenir une victime-objet Devenir une victime-sujet, une tentative avortée
Conclusion
Annexes Annexes:Stratégie d’enquête et présentation des personnes interrogées
Note
Bibliographie
Préface
La Violence faite aux hommes
Le féminisme nous a ouvert les yeux sur la violence conjugale et a ainsi contribué à l’évolution positive de notre société. Toutefois, c ertaines féministes n’ont ouvert qu’un seul oeil sur cette violence: celle faite aux femmes. Elles ont fermé l’autre oeil sur la violence faite aux hommes parce qu’elles ont fait de la violence conjugale un débat politique, où l’homme est perçu comme l’abuse ur et la femme la victime, plutôt que de présenter la violence comme un réel phénomèn e social dont les solutions ne sont pas seulement d’ordre politique ou sexiste.
Pour la majorité des gens, hommes et femmes confond us, parler d’hommes battus est incroyable. Lorsque, autour de moi, autant dans ma vie personnelle que professionnelle, j’évoque les statistiques officiel les concernant la violence faite aux hommes, on a peine à me croire. Le sujet est tabou et peu documenté. Les médias n’en parlent pas. Basés sur les rapports de police ou les statistiques d’agences en services sociaux de plusieurs pays, les chiffres di sent qu’il y aurait de 12 à 15 femmes battues pour un homme victime de violence co njugale. Ces rapports ne décrivent pas la réalité, car ils ne compilent que les cas rapportés et non pas tous les cas de violence conjugale. Rares sont les homme s qui déclarent à la police ou à un travailleur social: «Ma femme me bat».
Comme l’explique Sophie Torrent dans son ouvrage à partir des travaux de De Gaulejac, la honte constitue, entre autres, une rai son qui empêche les hommes de parler de la violence psychologique et physique qu’ ils subissent. Nombre d’anecdotes démontrent que les institutions (servic es communautaires, police, groupes de femmes…) et beaucoup d’intervenants (méd ecins, psychologues, travailleurs sociaux) minimisent ou nient la violen ce faite aux hommes. Contrairement aux femmes qui peuvent compter sur de s ressources communautaires, l’homme, lui, se retrouve seul, san s support de sa communauté. La déresponsabilisation de la femme violentée lui f acilite probablement l’aveu de la violence subie, la culpabilisation de l’homme l’en empêche. La société ne dénigre pas la femme, qu’elle soit violente ou violentée. E lle cherche plutôt à la comprendre et à l’excuser, compatissant souvent à son sort. En revanche, l’homme battu ne trouve aucune aide et l’homme violent est considéré comme un psychopathe ou un sociopathe.
L’idée de la violence féminine à l’endroit des homm es est difficile à accepter parce qu’elle bouscule l’organisation d’une société basée sur un rapport social des sexes où l’homme est perçu comme le dominateur. Les actes de violence d’une femme envers son conjoint vont à l’encontre du stéréotype de la «faible femme sans défense» que l’homme se doit de protéger. C’est pou rquoi les féministes utilisent le «syndrome de la femme battue» pour déclarer que tou te violence féminine ne peut être que de la légitime défense. Comment une «faibl e petite femme» pourrait-elle être l’initiatrice de comportements violents envers son conjoint, fort et plein de
muscles?
N’est-ce pas déjà, en soi, une forme de violence qu e de nier ou de camoufler cette réalité pour faire passer un point de vue, celui du mâle dominateur et violent dont il faut se méfier? Qu’il y ait des hommes violents bat teurs de femmes ne fait aucun doute: c’est une triste réalité. Mais c’est aussi u ne triste réalité que de constater qu’il existe des femmes violentes batteuses d’hommes et d ’enfants. Il nous faut, si nous voulons contrôler la violence conjugale, cesser de la voir en termes de femmes battues et la considérer comme une personne (peu im porte le sexe) abusant une autre personne. C’est un problème humain et non un problème sexué. Aucun sexe ne possède le monopole de la souffrance ou de la vi olence: ce sont des individus qui souffrent ou qui abusent. Même celui qui agresse so uffre de ne pouvoir entrer en relation avec l’autre autrement que par la violence .
La violence est la conséquence d’une dynamique rela tionnelle interactive, due à l’incapacité des deux partenaires à développer une intimité empreinte de respect et d’appréciation des différences existant entre l’hom me et la femme. La violence constitue l’aboutissement de la schismogenèse compl émentaire de Grégory Bateson. Comment expliquer, autrement, que la viole nce a tendance à se répéter à l’intérieur d’un même couple? Comment expliquer qu’ une femme battue par un premier conjoint se retrouve souvent avec un deuxiè me conjoint, parfois même un troisième conjoint, qui exercera lui aussi de la vi olence? En accusant tous les hommes d’être des violents (ou des violeurs) en pui ssance? Ou en supposant une co-responsabilité des deux conjoints dans la constr uction d’une situation qui mène immanquablement et inexorablement à l’explosion émo tive et physique? Pourquoi dit-on qu’il faut être deux pour se disputer, mais qu’on n’ose pas poser le même diagnostic lors de violence conjugale? Pourquoi les policiers arrêtent-ils l’homme lorsque des voisins appellent pour tapage dans l’ap partement d’à côté? Pourquoi, sur simple allégation de sa conjointe, des maris pa ssent-ils régulièrement la nuit en prison? Parce que notre esprit humain, conditionné par la notion du bien et du mal, fonctionne de façon bipolaire et recherche donc un coupable et une victime. Tout cela ne peut qu’entretenir le cycle infernal de la violence.
Sophie Torrent démontre dans cet ouvrage qu’il exis te de nombreux points de similitude entre la violence féminine et la violenc e masculine. Par exemple, que les hommes restent dans des relations de violence pour les mêmes raisons que les femmes, à savoir des raisons d’ordre économique et pour les enfants. Autres exemples: que des hommes entretiennent eux aussi de s croyances illusoires sur «l’amour qui peut surmonter tous les obstacles», qu ’ils sont portés à minimiser les actes de violence, ou même à les nier, qu’ils espèr ent que le temps va arranger les choses…
Mais ce qui fait l’originalité de la recherche de M me Torrent, c’est qu’elle souligne les spécificités de la violence des hommes battus: la v iolence subie par l’homme n’atteint pas seulement son intégrité personnelle, mais aussi son intégrité sociale et professionnelle. Plus que son identité, ce sont les rôles masculins qui sont bafoués et humiliés chez l’homme battu. C’est l’individuali té de l’homme en tant qu’être public que la femme violente attaque ou refuse de reconnaî tre. «La femme violente attaque les espaces conquis par l’homme, essentiellement la sphère publique.» Mme Torrent
fait aussi la preuve que, plus encore que la violen ce physique, c’est la violence psychologique qui «tue» l’homme.
Que ce livre ait été écrit par une femme donne à ce lui-ci une crédibilité qu’un auteur masculin n’aurait pu avoir. Bravo, Mme Torrent, pou r votre recherche et votre courage d’avoir abordé ce tabou de la violence fémi nine au coeur du tabou de la violence domestique. J’espère que la conscientisati on de la violence faite aux hommes par votre ouvrage constituera un pas dans ce tte direction, car c’est la violence sous toutes ses formes qui doit être éradiquée
Yvon Dallaire, M. P.s. Psychologue-sexologue Auteur deHomme et fier de l’être Fondateur du Centre Psycho-Corporel de Québec, Cana da